À propos

Qui sommes-nous ?

Une vingtaine de doctorantes et doctorants à avoir obtenu un contrat doctoral auprès de l’Institut national d’Histoire de l’art à Paris et à y travailler depuis, en tant que chargés d’étude et de recherches ! En ce sens, nous disposons d’un cadre optimal – car rémunéré – pour réaliser nos recherches de doctorat. Mais la contrepartie reste de taille : nous consacrons ainsi une partie de notre temps aux activités de l’INHA, allant des recherches pour les programmes, en passant par la participation aux séminaires collectifs ou la préparation d’événements scientifiques.

L’INHA nous offre surtout la possibilité de rencontrer et d’interagir très régulièrement avec d’autres doctorants et jeunes chercheurs (qu’ils soient pensionnaires – c’est-à-dire postdoctorants -, boursiers ou invités). Ces échanges fréquents constituent un terreau fertile d’émulation, de soutien et d’entraide. Par la grande diversité de nos thématiques de recherche (peinture, sculpture, architecture, manuscrits, films d’animation ou ébénisterie), notre équipe est composée d’archéologues, de médiévistes, de modernistes et de contemporanéistes. Fortes de cette hétérogénéité, nos discussions nous permettent de débloquer certaines difficultés rencontrées au cours de nos thèses, de se conseiller des lectures, des logiciels, ou tout simplement de partager nos inquiétudes, découvertes ou ressentis sur cette période complexe qu’est la thèse.

Les objectifs du carnet

Plus qu’un contrat doctoral ou de simples espaces de travail, nous partageons une expérience commune propice à l’émulation. C’est cette dernière que nous avons souhaité transmettre à travers ce carnet de recherche. Il s’agit d’y mettre en valeur les activités de chacun des doctorants, à l’INHA comme au dehors, mais aussi de diffuser largement nos recherches et leurs avancées.

Nous y partagerons également des ressources, astuces, conseils méthodologiques ou plus généraux ayant trait au milieu de la recherche afin de les mettre à la disposition d’autres doctorants et jeunes chercheurs en histoire de l’art. Plus largement, ce carnet se conçoit comme un véritable support d’échanges entre chercheurs en sciences humaines et sociales. 

Les auteurs

Mecthilde AIRIAU dans le cadre de son doctorat, s’intéresse aux « Mots et usages de la couleur chez les peintres du Trecento florentin », sous la direction de Philippe LORENTZ à l’Université Paris-IV Sorbonne. Arrivée en octobre 2018 à l’INHA, elle travaille pour le programme Colorants et textiles de 1850 à nos jours, sous la direction de Marie-Anne SARDA. 

Camille AMBROSINO prépare une thèse sous la direction de Philippe SÉNÉCHAL, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Picardie Jules Verne à Amiens, et de Clario DI FABIO, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Università degli Studi di Genova. Cette thèse en cotutelle s’intitule « Des couleurs en plus : incrustations et applications dans la sculpture figurative en Italie septentrionale et centrale (v. 1280 – v. 1470) ». Depuis 2019, elle travaille dans le domaine « Histoire de l’art du XIVe au XIXe siècle » sous la direction de Claire BOSC-TISSÉ.

Morgan BELZIC réalise sa thèse de doctorat sur les sculptures funéraires de Cyrénaïque (VIe siècle avant – IVe siècle après J.C), sous la direction de François QUEYREL à l’EPHE. Il a intégré en octobre 2017 le programme Répertoire des ventes d’antiques en France au XIXe siècle dirigé par Cécile COLONNA.

Aurore BUFFETAULT consacre son doctorat au CAYC (Centro de Arte y Comunicación) à Buenos Aires dans les années 1970, sous la direction de Pascal ROUSSEAU à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Chargée d’études et de recherche depuis octobre 2016, elle travaille auprès d’Elitza DULGUEROVA dans le domaine « « Histoire de l’art du XVIIIème au XXIème siècle ».

Pauline D’ABRIGEON s’intéresse, dans le cadre de son doctorat, à la circulation des céramiques chinoises en France au XIXème siècle, sous la direction de Jean-Michel LENIAUD à l’EPHE. Depuis octobre 2017, elle travaille à l’INHA pour le programme Collectionneurs d’œuvres d’art en France, 1400-1914.

Johanna DANIEL, doctorante à l’Université Lyon II Lumière et à l’Université de Montréal, prépare actuellement une thèse sur la vue d’optique, une production européenne d’estampes semi-fines (1740-1830) sous la direction de Sophie RAUX et d’Emmanuel CHÂTEAU. Depuis octobre 2019, elle travaille au sein du Service numérique de la Recherche sous la direction d’Antoine COURTIN.

Coline DESPORTES prépare actuellement une thèse à l’EHESS sous la direction d’Anne LAFONT. Ses travaux portent sur l’historiographie des arts de l’Afrique, les circulations artistiques et l’articulation entre politique, idéologie et culture matérielle au Sénégal. Elle étudie particulièrement les productions des manufactures de tapisserie sous la présidence de Léopold Sédar Senghor au Sénégal. Depuis 2019, elle travaille dans le domaine « Histoire de l’art du XIVe au XIXe siècle » sous la direction de Claire BOSC-TISSÉ.

Claire DUPIN DE BEYSSAT consacre son doctorat à la question du succès artistique dans la seconde moitié du XIXème siècle, codirigée par Séverine SOFIO et France NERLICH à l’Université François-Rabelais de Tours. Chargée d’études et de recherche depuis octobre 2016, elle travaille sur les débuts de la Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet, sous la direction de Marie-Anne SARDA.

Lou FORSTER s’intéresse, dans le cadre de son doctorat à l’EHESS, à l’œuvre de Lucinda Childs, sous la codirection de Béatrice FRAENKEL et Carrie LAMBERT-BEATTY. À l’INHA depuis octobre 2018, il travaille au sein du programme « Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques (XVe-XXIe siècles) », sous la direction de Pauline CHEVALIER.

Stéphane GAESSLER prépare une thèse sur l’architecture et l’urbanisme soviétique dans les années 1970 et 1980, sous la direction de Jean-Baptiste MINNAERT à l’Université Paris-IV Sorbonne. Arrivé en octobre 2017 à l’INHA, il travaille auprès de Zahia RAHMANI et du domaine « Histoire de l’art mondialisée ».

À l’EPHE et à l’Ecole du Louvre, Justine GAIN prépare une thèse intitulée Jean-Baptiste Plantar (1790-1879), le sculpteur ornemaniste de la Monarchie de Juillet sous la direction de Jean-Michel Leniaud, spécialiste de l’architecture du XIXe siècle et de Lionel ARSAC, conservateur au château de Versailles. Elle a intégré le domaine « Histoire des collections, histoire des institutions artistiques et culturelles, économie de l’art » depuis octobre 2019, se consacrant successivement au programme des Envois de Rome puis au projet Barye.

Pauline GUYOT consacre son doctorat aux intérieurs et aux collections du demi-monde au XIXème siècle, sous la direction de Bertrand TILLIER à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Chargée d’études et de recherche depuis octobre 2018, elle est rattachée au domaine « Histoire des collections, histoire des institutions artistiques et culturelles, économie de l’art ».

Eléa LE GANGNEUX s’intéresse, dans le cadre de son doctorat, aux évolutions de l’ébénisterie en France de la seconde moitié du XXème siècle à nos jours, sous la direction de Jean-Yves ANDRIEUX à l’Université Paris-IV Sorbonne. À l’INHA depuis octobre 2016, elle travaille auprès d’Elitza DULGUEROVA dans le domaine « Histoire de l’art du XVIIIème au XXIème siècle ».

Antonin LIATARD prépare une thèse sur le décor des églises jésuites en France et dans les anciens Pays-Bas au XVIème, XVIIème et XVIIIème siècle, sous la direction d’Olivier BONFAIT à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, et de Ralph DEKONINCK à l’Université catholique de Louvain. Arrivé à l’INHA en octobre 2018, il travaille pour le programme « Chorégraphies. Écriture et dessin, signe et image dans les processus de création et de transmission chorégraphiques (XVe-XXIe siècles) » sous la direction de Pauline CHEVALIER.

Marion LOISEAU consacre son doctorat à la représentation des femmes via les livres d’heures de la France de l’Ouest au XVeme siècle, sous la direction de Cécile VOYER à l’Université de Poitiers. Chargée d’études et de recherche depuis octobre 2016, elle travaille dans le domaine « Histoire de l’art du IVème au XVème siècle » sous la direction d’Isabelle MARCHESIN.

Marjolaine MASSE s’intéresse, dans le cadre de son doctorat, aux représentations des élites sur les images entre le IXème et le XIème siècle, sous la direction de Cécile VOYER à l’Université de Poitiers, et d’Anne-Orange POILPRE à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. À l’INHA depuis octobre 2017, elle est rattachée au domaine « Histoire de l’art du IVème au XVème siècle » sous la direction d’Isabelle MARCHESIN.

Vladimir NESTOROV prépare une thèse sur la peinture à Paris au début du XVIIème siècle, sous la direction d’Olivier BONFAIT à l’Université de Bourgogne Franche-Comté. Arrivé à l’INHA en octobre 2016, il travaille pour le programme Recensement de la peinture française du XVIème siècle.

Jacopo RANZANI s’intéresse, dans le cadre de son doctorat, aux manuels de dessin publiés en Europe au XVIIe siècle, sous la cotutelle d’Olivier BONFAIT à l’Université de Bourgogne Franche-Comté et d’Ulrich PFISTERER à la Ludwig-Maximilians-Universität. A l’INHA depuis octobre 2017, il travaille pour le programme Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (XIVe – XIXe siècle), sous la direction de Claire BOSC-TIESSE.

Julia RAYMOND prépare une thèse sur la poésie-action et son développement dans les années 1950, sous la direction de Danièle COHN à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Arrivée à l’INHA en octobre 2017, elle travaille sous la direction d’Elitza DULGUEROVA pour le programme 1959-1985, au prisme de la Biennale de Paris.

Bastien RUEFF consacre son doctorat aux lampes, à l’éclairage et à l’architecture en Crète, à l’âge du Bronze, sous la direction d’Hara PROCOPIOU à Paris I Panthéon-Sorbonne. Chargé d’études et de recherche, il travaille dans le domaine « Histoire de l’art antique et de l’archéologie » sous la direction de Cécile COLONNA.

Katia SCHAAL consacre son doctorat à la médaille de sculpteurs produite entre les années 1870 et 1920, sous la direction de Claire BARBILLON et d’Inès VILLELA-PETIT, en co-encadrement avec l’Université de Poitiers et l’École du Louvre. Chargée d’études et de recherche de 2015 à 2019, elle a contribué au programme Sociétés des Amis des Arts, de 1789 à l’après-guerre.

Ariane TEMKINE s’intéresse, dans le cadre de son doctorat, au queer coding dans le cinéma d’animation Disney, sous la direction d’Anne LAFONT à l’EHESS. Depuis octobre 2018, elle travaille à l’INHA sous la direction de Zahia RAHMANI dans le domaine « Histoire de l’art mondialisée ».

Nicolas VARAINE prépare une thèse sur les images des saintes femmes dans le décor des églises de la Crète vénitienne, aux XIIIème-XVème siècles, sous la direction d’Ioanna RAPTI à l’EPHE. Arrivé à l’INHA en octobre 2018, il est rattaché au domaine « Histoire de l’art du IVème au XVème siècle » sous la direction d’Isabelle MARCHESIN.

Euan WALL prépare, depuis 2019, une thèse de doctorat sous la direction d’Olivier DE CAZANOVE sur les offrandes miniatures dans l’Italie préromaine. Recruté à l’INHA la même année, il travaille y au sein du domaine « Histoire de l’art antique et de l’archéologie »sous la direction de Cécile COLONNA.

Yongsong ZHENG, dans le cadre de sa thèse commencée en 2019, réalise une nouvelle synthèse sur le Blanc de Chine autour de trois axes principaux : sa réception par les Européens, les techniques de sa fabrication, le contexte historique et les raisons du développement de sa production. Depuis 2019, il travaille à l’INHA dans le domaine «  Histoire de l’art du XIVe au XIXe siècle » sous la direction de Claire BOSC-TISSÉ.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search