L’Église au féminin ? Les saintes femmes et leurs espaces dans les églises de la Crète vénitienne

Chromonastiri, église de la Panagia, bras sud, conque absidale :  Sainte Anne et la Vierge

Nicolas Varaine, chargé d’études et de recherche à l’INHA, doctorant et spécialiste de l’art religieux byzantin, inaugure notre toute nouvelle rubrique ! L’onglet « Nos recherches » accueillera désormais, et ce tous les mois, quelques mots d’un jeune chercheur de l’institution présentant le sujet de sa thèse. Il s’agira d’éclairer brièvement les enjeux de ses investigations ainsi que leur intérêt pour l’histoire de l’art et l’archéologie.

L’île de Crète est riche d’un héritage byzantin d’importance majeure, avec plus de huit cent églises médiévales subsistantes dont la plupart abritent des fresques en grande partie conservées. Les nombreuses figures féminines (portraits et cycles narratifs) présentes dans les églises de cette île exposée à la double influence culturelle de Byzance et de Venise participent d’une culture visuelle et de cultes dont la diffusion et la portée sociale sont au cœur de mes recherches. Une meilleure connaissance du rôle des saintes femmes permet d’éclairer les fonctions des édifices étudiés, les pratiques cultuelles des commanditaires et l’histoire des cultes. Mes recherches en cours, présentées à Nicosie à l’occasion de la Third International Conference on Byzantine and Medieval Studies organisée par la Byzantinist Society of Cyprus, visent à comprendre les modalités selon lesquelles la présence de ces saintes se construit, aussi bien dans le paysage sacré de la Crète que dans le décor de l’église et dans l’espace pictural. La prise en compte de ces trois échelles permet d’aborder la visibilité de ces saintes dans son aspect le plus immédiat, mais aussi d’aborder leur inscription dans l’économie d’un système décoratif investi d’un fort contenu symbolique.

Maza, église Agios Nikolaos, mur ouest : Crucifixion. A gauche de la porte : sainte Photini, sainte Paraskevi. A droite : sainte Barbara et sainte Anastasia, au-dessous de l’inscription dédicatoire

Dès les premiers siècles du christianisme, se met en place une structuration religieuse de l’espace, qui s’organise autour des hagioi topoi (tombes de personnages saints, lieux associés à la vie du Christ, sites où se manifeste le pouvoir divin à travers des miracles…), et que renforcent pèlerinages et les processions. La dédicace d’églises et l’hagiotoponymie sont deux manières d’inscrire les saintes femmes dans ce réseau. Chacun des nœuds de cette géographie sacrée permet ainsi l’activation de la mémoire des saintes et de leurs exploits, souvent dans des sites choisis pour leur capacité à signifier, notamment des espaces liminaires ou marquant la présence d’une ressource naturelle nécessaire à la communauté monastique.

Episkopi, église d’Agia Paraskevi, sainte Paraskevi en prison, XVe siècle

À l’intérieur de l’église, se fait jour un système de relations entre les saintes femmes, les autres figures saintes représentées, les cycles christologiques, mais aussi les commanditaires dont la présence se manifeste par des inscriptions dédicatoires et occasionnellement par l’inclusion de leur portrait dans le décor. L’emplacement des saintes femmes dans l’église peut être révélateur de leur place dans la hiérarchie qui gouverne le collège des saints ; ainsi, à l’exception d’Anne, il est peu fréquent de trouver des saintes à proximité du béma, espace le plus sacré de l’église. Il n’est pas rare en revanche de les trouver dans des espaces liminaires, à l’ouest de l’église en particulier. D’autres logiques, qui souvent se combinent, contribuent à expliquer le regroupement de ces figures saintes : prise en compte du calendrier, mise en exergue de certains modèles de sainteté (érémitisme, martyre) ou fonctions des saintes et de leurs pendants masculins (guérisseuses par exemple), création d’une géographie spirituelle, mise en évidence des saints les plus significatifs pour la communauté villageoise, ou encore mise en avant des figures d’intercession privilégiées par les commanditaires..

Kritsa, église de la Panagia Kera, nef nord, mur nord : sainte Polychronia et les commanditaires

L’analyse de l’espace pictural, dans les cycles narratifs consacrés aux vie des saintes, renseigne sur la construction même de cette sainteté. Cet espace symbolique se construit le plus souvent par l’accumulation d’éléments topographiques empruntés notamment à l’iconographie christique et mariale ; ces emprunts à une grammaire visuelle aisément reconnaissable explicitent ainsi les correspondances entre les saintes et leurs modèles. Par ailleurs, alors que les textes hagiographiques de la période paléologue célèbrent une conception de la sainteté reléguant les femmes dans la sphère domestique – épouses fidèles, mères dévouées – , les décors peints montrent des saintes évoluant dans l’espace public, ce qui constitue un défi vis-à-vis des normes sociales. Mais cet espace est bien souvent celui du contrôle du corps féminin, que les scènes de martyres représentent enfermé, maîtrisé par des figures d’autorité masculine, voire effacé, révélant l’ambivalence de cette présence publique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.