Entre transmission et renaissance, quelques repères pour apprécier la porcelaine blanche de Dehua

« De tout temps, le blanc de Chine a conquis nos suffrages et mérité notre estime. Il figure déjà avec honneur à l’époque des Song, et sa fabrication n’a jamais été abandonnée jusqu’à nos jours… Certaines pièces sont enduites d’une glaçure diaphane, vitreuse qui les pare merveilleusement… ; c’est à cette qualité seule que s’applique ordinairement la dénomination de blanc de Chine ».1

Ce genre de porcelaine décrit sous la plume du collectionneur érudit Ernest Grandidier (1833-1912) vient de Dehua. Cette ville est devenue, depuis le Xe siècle, l’une des plus importantes villes porcelainières chinoises, réputée pour la qualité exquise de sa porcelaine blanche translucide. 

Afin de faire mieux apprécier cette porcelaine magique, nous allons aborder les secrets de sa fabrication, son histoire en Chine et en Europe et son actualité créatrice.

Continuité dans l’histoire de la porcelaine de Dehua

D’après le spécialiste de la céramique ancienne chinoise John Ayers, la plus ancienne connue  porcelaine chinoise arrivée en Europe provenait de Dehua. Il s’agit du Vase Marco Polo (fig.1),  aujourd’hui conservé dans la Basilique Saint-Marc. Il aurait été rapporté par Marco Polo au début de la dynastie Yuan, à la fin du XIIIe siècle.2 Cependant, ce type de porcelaine, qingbai (porcelaine blanche bleutée), est plutôt représentatif de Jingdezhen, autre ville porcelainière, que de Dehua. La porcelaine de Dehua se distingue par sa teinte crème et sa finesse de réalisation, connue sous le nom de « Blanc de Chine », depuis la dynastie Ming.    

fig. 1 Vase Marco Polo, h : 12,1 cm, porcelaine qingbai, époque médiévale, fabriqué à Dehua, Inv. N. 138, Venise, Basilique Saint-Marc, ©Basilique Saint-Marc.

La fabrication qui a débuté à Dehua sous la dynastie des Tang (618-907), puis s’est développée sous les Song (960-1279), est devenue célèbre sous les Yuan (1271-1368), et a ensuite prospéré sous les dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1616-1912). Grâce aux réseaux fluviaux, de Dehua à la mer, cette porcelaine fut exportée vers l’Asie du Sud-Est à partir du Xe siècle, puis vers l’Europe depuis le XVIIe siècle, malgré les difficultés économiques et politiques rencontrées par les marchands.   

Pureté des matières premières

Le secret de la blancheur et de la translucidité du blanc de Chine est avant tout dû à la haute qualité de ses matières premières. Généralement, une porcelaine est fabriquée à partir de trois ingrédients principaux : le kaolin, le quartz ainsi que le feldspath.3

Cependant, la porcelaine de Dehua ne peut être réalisée qu’avec du feldspath extrait sur place. D’après l’analyse de M. Antoine d’Albis, cette pâte comprend 40% de kaolinite, 30% de quartz, 30% de feldspath. Par rapport à la porcelaine blanche de Jingdezhen comprenant 70% de kaolinite, la température de cuisson du Blanc de Chine est plus basse et varie entre 1250 et 1280 degrés.

fig. 2 Compositions chimiques de la pâte de Dehua.

Pour aller plus loin, examinons la composition chimique de ce matériau (fig. 2). Le blanc de Chine est caractérisé par une haute teneur en potassium et en silice et une faible teneur en oxyde de fer, ce qui explique directement sa blancheur et sa translucidité.

La  blancheur de la porcelaine est en effet obtenue grâce à la résistance aux influences du fer. L’oxyde de fer jouant le rôle d’agent colorant, moins il est présent, plus la couleur blanche est pure. La silice agit comme un solidifiant, empêchant le fer de couler.

fig. 3 Couverte du blanc de Chine, ©Yongsong ZHENG.

La concentration élevée de l’oxyde de potassium permet d’une part de baisser la température de cuisson, d’autre part, d’obtenir une vitrification plus intense. Cette dernière phase fournit la translucidité de la porcelaine. De plus, la spécificité de la porcelaine de Dehua s’explique par la fine épaisseur de sa couverte (0,1 à 0,2 mm) (fig. 3) contenant la même proportion d’oxyde de potassium. 5 Cela produit une glaçure diaphane.    

Art du geste

Afin de réaliser une statuette de Guanyin, telle celle de Chen Yihui (fig. 4), deux phases délicates sont nécessaires : le modelage et la cuisson. 

fig. 4 Guanyin (détail), Chen Yihui, 18 x 13 x 45 cm, porcelaine de Dehua, 2015.

Attardons-nous, par exemple, sur la réalisation de  la chevelure d’une statuette de Guanyin. Les lignes fines et parallèles ont l’air d’être tracées avec un peigne. L’artisan préparait en amont neuf boules de pâte en les roulant régulièrement, rapidement et à tour de rôle entre les paumes de la main afin d’en faire échapper l’air pour l’obtention d’une forme idéale. Par la suite, il les collait symétriquement sur le crâne avec de la barbotine à l’aide d’un ébauchoir en suivant une composition personnelle. Avec son ébauchoir en bambou taillé, il traçait les sillons de la chevelure à main-levée avec fluidité, en se guidant d’un doigt. 

Cuisson dans un four dragon à chambres

Par ailleurs, le blanc de Chine ne peut être produit qu’en suivant des techniques de cuisson particulières qui se font dans des fours spécifiques dits « fours dragon à chambres ». Ce sont ces techniques qui permettent la richesse de tonalités de cette porcelaine : la teinte crème, la teinte ivoire, la teinte rosée et la teinte légèrement verte. 

fig. 5 Four dragon à chambres, cité dans : Donnelly, Patrick. J., Blanc de Chine: Porcelaine of Tehua in Fukien, Londres, Faber and Faber, 1969, p. 31.

En Chine, on donnait l’appellation générale « fours dragon » aux fours grimpants sur les montagnes, car ils rappelaient l’allure de cet animal mythique. Le four dragon à chambres (fig. 5) est une structure longue de 10 à 30 mètres, large de 4 mètres et haute de 3 à 5 mètres. Cette imposante construction est pourvue d’un foyer et de 4 à 6 chambres juxtaposées, d’une profondeur de 4 à 7 mètres. Le foyer, situé en bas de la pente, envoie la chaleur par une série d’ouvertures au bas du mur de la chambre. Ensuite, celle-ci la traverse en suivant la courbe du plafond et repart dans la chambre suivante de la même manière et ainsi de suite jusqu’au bout de l’édifice d’où part la cheminée. Ceci permet une égale diffusion de la chaleur dans chaque chambre et donc une homogénéisation de la cuisson. 

Un seul artisan est incapable de remplir à lui seul un four aussi important ; ce dernier est mis en route une fois qu’il est rempli de la production de plusieurs artisans. C’est donc un système collectif, par souci d’économie et de rentabilité, qui consiste à « fabriquer individuellement, mais à faire cuire ensemble (gezi zhipi, hezuo shaoyao 各自制坯,合作烧窑) ».6

La cuisson prend soixante-huit heures dans un four à chambres de taille moyenne. Durant la cuisson, huit artisans sont indispensables en permanence. Parmi eux, un responsable, le plus chevronné, décide des moments de l’ajout de combustible et de la fin de la cuisson. 

Diffusion en Chine et réception en Europe

Les productions de Dehua étaient principalement des statuettes religieuses, des vases imitant les formes de bronzes antiques chinois, ainsi que des objets destinés au cabinet du lettré. Une partie importante de cette production fut exportée vers l’Europe à partir du XVIIe siècle. 

Le blanc de Chine est représenté dans de nombreux musées et collections, tant en Chine que de par le monde. On le rencontre ainsi au Musée de la Cité Interdite à Pékin, au Musée national des arts asiatiques-Guimet, au Musée des Arts Décoratifs de Paris, dans l’ancienne collection du roi de Saxe, Frédéric Auguste le Fort, à Dresde en Allemagne, ainsi que dans de nombreuses collections publiques ou privées. 

La production du blanc de Chine a non seulement contribué à l’histoire des échanges culturels et commerciaux, mais elle a aussi profondément influencé la fabrication de la porcelaine européenne : dès qu’il a atteint l’Europe, le blanc de Chine est devenu une source d’inspiration pour les manufactures royales, telles celle de Meissen en Allemagne, ou celles de Vincennes et de Saint-Cloud en France.

D’après les Annales de Anping, les meilleurs produits de Dehua ont « été offerts à la cour impériale des Yuan (元时上供) ». 7 Ainsi, on peut trouver trois statuettes de Guanyin de Dehua conservées aujourd’hui encore dans le Grand Autel bouddhique (Dafo tang 大佛堂) de la Cité interdite depuis l’époque de l’Impératrice douairière Xiaozhuang (1613-1688). Cela prouve que les cours impériales appréciaient la porcelaine de Dehua en raison de sa qualité remarquable, même si les fours Dehua gardaient toujours un statut « populaire » par rapport aux fours impériaux de Jingdezhen. Il n’en est pas autrement dans les cours royales européennes : un nécessaire de Marie Leczinska présente deux gobelets de Dehua offerts par Louis XV à la reine pour la naissance du Dauphin (fig. 6, 7).8

fig. 6 Nécessaire de Marie Leczinska, h : 0,13 m, L : 0,024 m, porcelaine dure, argent, dorure, ébène, velours, palissandre, XVIIIe siècle, Inv. OA9598, Paris, musée du Louvre, ©RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi.
fig. 7 Gobelets de Dehua, porcelaine dure, XVIIIe siècle, Inv. OA9598, Paris, musée du Louvre, ©RMN-Grand Palais (musée du Louvre)/Jean-Gilles Berizzi.

La ressemblance involontaire des statuettes de Guanyin donneuse d’enfants avec des Vierges à l’enfant peut expliquer en partie l’accueil fait en Europe au blanc de Chine (fig. 8). 

fig. 8 Guanyin donneuse d’enfants, H. 37 cm, porcelaine de Dehua, dynastie Qing, règne de Kangxi (1662-1722), dépôt du musée national des arts asiatiques – Guimet, Musée de la Compagnie des Indes.

Par ailleurs, afin de satisfaire les marchés d’outre-mer, les artisans ont modifié les figures des statuettes et les formes des objets, à l’instar des figurines qui représentent des scènes de la vie quotidienne des Hollandais (fig. 9). 

fig. 9 Groupe en blanc de Chine, dynastie Qing, © Musée de la céramique de Su Qinghe.
Création d’aujourd’hui

Aujourd’hui, Dehua reste méconnu en dehors de la Chine. Cela s’explique par deux raisons principales : les lacunes actuelles des recherches sur le Blanc de Chine et la sédentarisation des artistes de Dehua. 

La plupart des artistes actuels de Dehua, regroupés dans « le courant traditionnel », reprennent les motifs ancestraux. Néanmoins, ils ne se contentent pas de les copier. Ils étudient la nature de la porcelaine pour améliorer et perfectionner les techniques anciennes de fabrication, à partir de la composition chimique de la pâte et de la couverte, des techniques de cuisson et de modelage. Parmi eux, Qiu Shuangjiong (fig. 10), Li Jinfeng, Chen Mingliang et Chen Shiwei ensont des représentants importants.  

A presque quatre-vingt-dix ans, Qiu Shuangjiong 邱双炯 se consacre à la création de sculptures en porcelaine depuis la fin des années 1980. Il s’est lancé dans l’amélioration du procédé de cuisson, en remplaçant les fours à bois par des fours électriques. Puis, il se consacre de nos jours à l’étude de l’impression 3D afin de faciliter le processus de la fabrication des moules.

fig. 10 Guanyin, Qiu Shuangjiong, 18 x 14 x 33 cm, porcelaine de Dehua, 2018.

Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Xiamen, sous la direction du grand sculpteur chinois Wang Zejian, Li Jinfeng 李锦峰 perfectionne les techniques ancestrales et est très sensible aux détails des œuvres, tels les doigts de Guanyin (fig. 11).

fig. 11 Guanyin (détail),Li Jinfeng,29 x 15 x 49 cm,blanc de Chine, 2018.
fig. 12 Dieu de la littérature,Chen Mingliang, Chen Shiwei,16 x 10 x 36 cm,porcelaine de Dehua, 2018.

Chen Mingliang 陈明良 et son fils Chen Shiwei 陈世伟 nous montrent la transmission du savoir-faire de génération en génération (fig. 12). Par ailleurs, cela mérite d’être souligné, le premier est un collectionneur érudit de la porcelaine ancienne de Dehua. 

Bien que les sujets traditionnels occupent une place incontournable à Dehua, certains artistes essaient de dépasser les limites de la tradition. Ils ne manifestent pas une attitude de rupture totale mais adoptent l’idée confucéenne du « juste milieu » : en s’inspirant des motifs anciens et ajoutant des créations personnelles, comme l’œuvre intitulée « Objet II » (fig. 12) du couple Jian Lihua 简丽华 et Chen Yihui 陈艺辉. Cette série résulte d’une combinaison entre les  motifs anciens du Blanc de Chine (le trait de vêtements, les fleurs, etc.) et des objets de la vie quotidienne (Coca-cola, boîte de yaourt). 

fig. 13 Objet II, Chen Yihui, Jian Lihua, 5,5 x 6 x 13,5, porcelaine de Dehua, 2017.

Su Xianzhong 苏献忠, professeur de Jian Lihua, met en valeur le matériau. Dans son œuvre « Papier » (fig. 14), il représente un papier volant afin de souligner la spécificité de la pâte de Dehua et de sa technique de fabrication : délicate, facile à manipuler mais fragile.

fig. 14 Papier,Su Xianzhong,25 x 23 x 33 cm, brique et porcelaine de Dehua, 2017.

Les artistes de Dehua prennent désormais leur envol à l’international afin d’ouvrir leur création, de lui donner un nouveau souffle et d’éviter le repli permanent sur eux-mêmes.

Un blanc de Chine, de la réalisation de la pâte à la cuisson, doit traverser plus d’épreuves qu’Hercule. En regardant de très près les détails des sculptures en blanc de Chine, on tombe amoureux de son matériau et de la perfection de cet art du geste !

 

Notes :

  1. Grandidier, Ernest, La Céramique chinoise, Paris, Librairie de Firmin-Didot et CIE, 1894, p. 60-61.
  2. Ayers, John, Blanc de Chine divine images in porcelain, New York, China Institute Gallery, 2002, p. 22-23.
  3. Le kaolin confère non seulement la plasticité à la porcelaine, mais également sa résistance au feu. Le rôle du quartz est double : « il participe à la constitution de la phase vitreuse de la porcelaine et, par cela même, à la translucidité ». Le feldspath est un fondant et dégraissant, permettant la cuisson des deux autres éléments, qu’il est nécessaire de faire fondre à haute température vers 1400 degrés.  Voir : D’Albis, Antoine, La porcelaine artisanale, Paris, Dessain et Toltra, 1975, p. 15-19.
  4. Ye Wencheng, Lin Zhonggan, Chen Jianzhong, 叶文程, 林忠淦, 陈建中 (dir.), Dehuayao 德化窑 (Fours de Dehua), Nanchang, Jiangxi meishu chubanshe, 2016, p. 5.
  5. Guo Yanyi 郭演仪, Li Guozhen 李国桢 (dir.), Lidai Dehuabaici de yanjiu 历代德化白瓷的研究 (Recherches sur la porcelaine blanche de Dehua au fil des dynasties), Pékin, Guisuanyan xuebao, volume 13, n° 2, 1985, p. 205.
  6.  Chen Jianzhong, Chen Lihua, Chen Lifang 陈建中, 陈丽华, 陈丽芳 (dir.), Zhongguo Dehua cishi 中国德化瓷史 (Histoire de la porcelaine de Dehua), Shanghai, Shanghai jiaotongdaxue chubanshe, 2011, p. 201. 
  7. Xu Benzhang, Ye Wencheng 徐本章 (dir.),  叶文程 (dir.), Dehua ciqi shiliao huibian xiace 德化瓷器史料汇编·下册 (Collections de documents historiques sur la porcelaine de Dehua : volume II), Dehua, Dehuaxiankexuejishu xiehui, 1980, p. 12.
  8. Département des Objets d’Arts Musée du Louvre (éd.), Catalogue de l’orfèvrerie du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle, Paris, Éditions des Musées Nationaux, 1958, p. 120.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search