L’actualité des C.E.R – Décembre 2019

La saison des inaugurations est ouverte ! Après notre Twitter et notre Instragram (que nous vous invitons vivement à rejoindre), nous avons le plaisir de vous présenter notre toute nouvelle rubrique : L’actualités des C.E.R.

Tous les mois, nous vous proposons de découvrir l’actualité des chargés d’études et de recherche de l’INHA à travers leurs diverses activités dans le domaine de l’histoire de l’art et de l’archéologie. Hyperactifs et investis, au sein de l’institut comme en dehors, ces jeunes chercheurs sont à l’origine de nombreux projets. Articles, publications, conférences ou séminaires, nous vous tiendrons informés de la moindre nouveauté !

Tout d’abord, une brève présentation des nouvelles recrues fraîchement arrivées en octobre 2019 s’impose ! Tous les ans, l’Institut national d’histoire de l’art recrute 6 doctorants en tant que chargés d’études et de recherche. Cette année nous ont donc rejoint :

Euan Wall, diplômé en histoire de l’art – archéologie et en histoire à l’université Panthéon-Sorbonne, poursuit ses recherches en master. Il obtient ainsi un diplôme d’archéologie et des sciences de l’archéologie à la Sorbonne ainsi qu’un master’s degree d’histoire de l’art de l’université de Columbia à New York. En 2019, il est agrégé d’histoire. Dorénavant, il prépare une thèse de doctorat sous la direction d’Olivier de Cazanove sur les offrandes miniatures dans l’Italie préromaine. 

Camille Ambrosino est d’abord diplômée d’un BTS Design Graphique option média numérique où l’histoire des arts a été une grande source d’inspiration. Elle effectue ensuite une licence d’histoire de l’art et d’archéologie à l’université de Picardie Jules Verne avec une troisième année passée à l’université de Rome 2 – Tor Vergata dans le cadre du programme Erasmus. Elle complète sa formation par un master en histoire de l’art. Camille est désormais doctorante sous la direction de Philippe Sénéchal, professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Picardie Jules Verne à Amiens, et de Clario Di Fabio, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Università degli Studi de Gênes. Elle prépare une thèse en cotutelle intitulée : Des couleurs en plus : incrustations et applications dans la sculpture figurative en Italie septentrionale et centrale (v. 1280 – v. 1470).  

Coline Desportes est diplômée de l’École du Louvre, spécialité histoire des arts d’Afrique et d’un master de recherche en histoire de l’art de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. En tant qu’assistante scientifique aux musées d’Orsay et de l’Orangerie, elle a contribué à de nombreuses expositions comme Dada Africa, sources et influences extra-occidentales, Les Contes cruels de Paula Rego ou Le Modèle Noir de Géricault à Matisse. Elle prépare actuellement une thèse à l’EHESS sous la direction d’Anne Lafont. Ses travaux portent sur l’historiographie des arts de l’Afrique, les circulations artistiques et l’articulation entre politique, idéologie et culture matérielle au Sénégal. Pour sa thèse, elle étudie les productions des manufactures de tapisserie sous la présidence de Léopold Sédar Senghor au Sénégal.

Justine Gain débute ses études d’histoire de l’art à l’École du Louvre où elle se spécialise en histoire de la peinture française (XVIe – XIXe siècle). Elle y poursuit son cursus en master en intégrant le groupe de recherche Versailles. Elle enrichie sa formation grâce à plusieurs stages : au musée d’Orsay, au château de Versailles ou à la Frick Collection à New York. Elle travaille désormais à sa thèse intitulée Jean-Baptiste Plantar (1790-1879), le sculpteur ornemaniste de la Monarchie de Juillet sous la direction de Jean-Michel Leniaud, spécialiste de l’architecture du XIXe siècle et de Lionel Arsac, conservateur au château de Versailles, à l’École du Louvre ainsi qu’à l’École Pratique des Hautes Études.

Yongsong Zheng, après une licence en histoire de l’art à l’Académie centrale des beaux-arts de Chine à Pékin, poursuit ses études à la Sorbonne sous la direction d’Antoine Gournay, professeur d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Extrême-Orient. Passionné par la céramique, il se consacre à l’étude de la porcelaine blanche de Dehua appelée Blanc de Chine. Peu de recherches ont été effectuées en France sur cette porcelaine alors que les collections muséales en sont très riches. La thèse de Yongsong vise donc une nouvelle synthèse sur le Blanc de Chine autour de trois axes principaux : sa réception par les Européens, les techniques de sa fabrication, le contexte historique et les raisons du développement de sa production. L’objectif est double : contribuer à la mise en valeur des collections françaises et faire reconnaître en Chine la valeur patrimoniale des fours dragon de Dehua.

Johanna Daniel est diplômée du premier cycle de l’École du Louvre et d’une licence d’histoire de l’Université Paris X-Nanterre, où elle s’est spécialisée dans le domaine de l’estampe occidentale. Elle obtient le diplôme du deuxième cycle de muséologie de l’École du Louvre en 2013 avec un mémoire portant sur la matrice d’estampe comme objet patrimonial, mené sous la direction de Cécilia Hurley-Griener. Son intérêt pour la numérisation du patrimoine l’amène à intégrer le master Technologies numériques appliquées à l’Histoire de l’École nationale des Chartes, dont elle est diplômée en 2014. Doctorante à l’université Lyon II Lumière et à l’université de Montréal, elle prépare actuellement une thèse sur la Vue d’optique, une production européenne d’estampes semi-fines (1740-1830)  sous la direction de Sophie Raux et d’Emmanuel Château.

Pour en savoir plus, l’ensemble des présentations des CER est disponible dans la rubrique À propos du blog.

Revenons-en aux actualités plus immédiates ! Cette année 2019 s’achève dans les grèves et le froid mais voici quelques nouveautés à découvrir !

Le 13 décembre dernier a eu lieu, dans la galerie 1618, le vernissage de l’exposition Blanc de Chine : entre tradition et modernité qui se tiendra jusqu’au 12 janvier 2020. Yongsong Zheng, organisateur de l’événement, est également l’un des commissaires scientifiques. Cette exposition offre un aperçu sous un angle nouveau, celui de la continuité temporelle, la porcelaine chinoise, particulièrement celle de Dehua. 

Dans le cadre du partenariat entre l’INHA et Le Quotidien de l’art, Justine Gain est l’auteur d’un article, L’académisme au XIXe siècle, à la lumière des envois de Rome, en lien avec le programme auquel elle est affiliée à l’INHA. Elle y évoque ses divers enjeux ainsi que les possibilités d’utilisation aussi bien pour les professionnels de l’histoire de l’art que pour les amateurs passionnés.

Alexis Axilette, L‘Été, 1890, localisation inconnue. 

D’autres actualités arrivent prochainement !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search