Méthodologie de datation pour un objet multiple tel que la médaille

Même si nous ne sommes pas confrontés à un matériel archéologique, des problèmes de datation peuvent aussi se rencontrer pour des œuvres d’art modernes, voire contemporaines. Cette problématique se renforce d’autant plus quand les strates entre date de création du modèle, de conception de l’objet ou encore d’évènements liés à son usage s’entremêlent pour confondre la compréhension que nous pouvons en avoir. Pourtant, tous ces facteurs, une fois dénoués, servent à enrichir l’histoire de l’objet et tisser une biographie matérielle qui concourt à le rendre unique. En outre, la notion d’unicité et la quête de sa preuve se montrent essentielles quand le chercheur se trouve en présence d’une œuvre issue des arts du multiple, comme l’est la médaille.

 

Rappelons que la médaille naît sous les coups successifs que lui assène le balancier. Cette violente opération transforme une simple rondelle de métal écrouie, en une œuvre pourvue d’un relief en bosse présent sur les deux faces. Le relief se forge par l’empreinte progressive des outils que sont le coin de face et le coin de revers, sur un disque de bronze, d’argent ou parfois même d’or. Au fur et à mesure du processus de forgeage, les deux coins, contenant le relief en creux de la médaille, transfèrent ce dessin à la surface et dans le volume de la médaille.

La puissance de la machine et la résistance des outillages en acier permettent de multiplier les opérations de frappe et donc les objets. Nous sommes bien là en présence d’une industrie d’art dont l’échelle peut prendre une dimension colossale en fonction des besoins et surtout de la commande. Si dans certains cas de figures, comme par exemple la commémoration d’un jubilé académique, le commanditaire ne sollicite qu’une dizaine d’objets, d’autres événements comme l’attribution de prix à la majeure partie des participants français et étrangers de l’Exposition universelle de 1900, a engagé une production qui a atteint le chiffre astronomique de 45 000 médailles.

 

Dans cette multitude d’objets similaires, comment identifier l’originalité d’une médaille qui se serait retrouvée en collection publique et pour laquelle l’opération d’inventaire nécessite de lui attribuer une identification et surtout un numéro unique ?

Il est important de chercher ailleurs les critères de sa singularité. À côté de la nature métallique de la médaille en question, de son poids, de l’état de conservation du bien ou de l’identité du récipiendaire, la datation de la médaille s’avère une donnée décisive pour documenter son unicité. Sauf qu’il existe plusieurs niveaux de datation qu’il nous importe ici de détailler afin d’encourager le numismate, le responsable de collection ou l’amateur à défaire les states pour se garder de toute erreur. 

 

La date de la fabrication de la médaille, entendue comme le moment où elle sort fraîchement de l’opération de forgeage, diffère souvent du moment de la conception des outils de frappe. Dans le domaine numismatique, il est une réalité qui est souvent passée sous silence : la refrappe. Cette opération visant à produire des médailles à l’aide d’outils anciens n’est pourtant pas différente de l’édition d’estampes grâce à d’anciennes plaques de cuivre et n’est foncièrement pas de la contrefaçon puisque la Monnaie de Paris a décidé après-guerre d’apposer un poinçon à la date de la refrappe sur la tranche des objets sortant de ses ateliers.

 

Tranche d’une médaille comportant un poinçon [Corne d’abondance] qui sert de différent pour identifier les ateliers de la Monnaie de Paris. Il est suivi par la mention « BR » indiquant la nature métallique de l’objet, à savoir le bronze. Puis, est mentionnée l’année de frappe, ici « 1985 ». Enfin, l’indication « EE/500 » signifie une épreuve d’édition dont la production totale est limitée à 500 exemplaires.
Château-Chinon, musée du Septennat, inv. 58 DMF FRA 1857.

Prenons pour exemple, la médaille à l’effigie de Claude Joseph Rouget de Lisle, frappée à l’occasion d’une commémoration que lui a rendue sa ville natale, Lons-le-Saunier, le 30 mars 1987. L’auteur du portrait en buste est Alfred Borrel (Chevilly-Larue, 1836 – Paris, 1927), médailleur formé au milieu du XIXe siècle, dont Leonard Forrer consacre le talent sous cette formule : « Among the modern French Medallists, M. Borrel Holds a place of honour, both for the beauty of his work and the rare elegance of his conceptions. He is one of those whose productions will ever attract the admiration of the expert in medallic art[1] ».

En 1911, l’Administration des Monnaies et Médailles lui commande pour sa galerie des grands hommes une médaille comportant, au droit, un portrait en buste de profil à droite et au revers un hommage à la Marseillaise, dont le refrain est finement déclinée sur six portées, suivies de cinq blocs de strophes entourant un flambeau.

Alfred Borrel, Rouget de Lisle, 1911, Bronze frappé, D. 5,7 cm, Paris, BnF, dép. des Monnaies, DL 14181 ou SI 2341.

L’artiste s’attèle rapidement à la tâche puisqu’il compose et signe son buste sous la troncature de l’épaule droite « A. BORREL 1911 ». Nous disposons là de la première strate de datation, à savoir, la date  de création du modèle.

Détail de la signature

Un premier lot de médailles est produit dès le troisième trimestre 1911 puisqu’un exemplaire entre le 10 octobre de cette année au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France dans le fonds du dépôt légal (voir l’illustration ci-dessus).

Les outillages demeurant en usage, ils peuvent à tout moment sortir des réserves de la Monnaie de Paris pour être ajustés sur le balancier et ainsi servir à un nouveau cycle de production. C’est ce qu’il advient en 1986, en présage de l’hommage que compte rendre la municipalité de Lons-le-Saunier l’année suivante. De fait, elle commande à la Monnaie de Paris la refrappe d’un exemplaire du droit de la médaille composée 75 ans plus tôt, accompagné d’un nouveau revers. Ce dernier se constitue d’une inscription nouvelle tout à la gloire de la ville natale de l’auteur de La Marseillaise. Nous disposons désormais d’une seconde strate de datation qui concerne la date de conception de la médaille.

En outre, la médaille n’étant pas destinée à être offerte telle qu’elle, un précieux dispositif de présentation est imaginée pour la mettre en valeur et compléter sa signification commémorative. Un large plat de reliure en cuir moucheté, orné sur le pourtour d’un filet doré et garni à l’intérieur d’un velours brun est commandé pour l’occasion. Ce livret intérieur prévoit dans la seconde de couverture un petit écrin à la dimension de la médaille, sous laquelle un ruban aux couleurs de Lons-le-Saunier, sert à l’extraire délicatement. Sur la troisième de couverture, une notice de quatre pages reprend en fac-similé l’Hymne des Marseillais et une explication de la main de Rouget de Lisle sur les conditions de la création de ce qui était à l’origine le Chant de l’armée du Rhin. Pour ajouter à la commémoration, une reproduction de la statue de Rouget de Lisle, conçue par le sculpteur Auguste Bartoldi pour la place de la Chevalerie de Lons-le-Saunier, figure en pleine page au-dessus des dates des cérémonies commémoratives : le 30 mars 1987.

Cette troisième date s’affirme comme le troisième et ultime critère d’unicité pour la médaille en question, puisqu’il rappelle le moment de sa remise. Cet évènement ainsi que l’identité du récipiendaire, qui n’est autre que le président de la République de l’époque, François Mitterrand, confèrent à l’objet une charge historique indéniable.

Monnaie de Paris d’après Alfred Borrel, Médaille remise à François Mitterrand à l’occasion de la commémoration de Rouget de Lisle à Lons-le-Saunier, le 30 mars 1987, 1911 (modèle) ; 1986 (frappe) ; 1987 (remise), Bronze frappé, D. 5,8 cm, dans un plat de reliure en cuir et velours, Château-Chinon, musée du Septennat, inv. 58 DMF FRA 1150.

[1] Leonard Forrer, Biographical dictionary of medallists, coin, gem- and seal-engravers, mint-masters, etc., ancient and modern, with references to their works, B. C. 500-A. D. 1900, Londres : Spink and son, 1904-1930, t. I, p. 108.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.