Compte-rendu de soutenance de thèse – Elsa Besson, Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770–1950)

Thèse de doctorat en histoire de l’architecture (Université de Rennes 2, Unité de recherche 1279 Histoire et Critique des arts), soutenue le 3 décembre 2021. Jury composé d’Hélène Jannière (directrice de thèse), Martine Kaluszynski (co-directrice de thèse), Antoine Brucculeri (rapporteur), Nabila Oulebsir (rapporteure), Guy Lambert (examinateur), Xavier Rousseaux (examinateur) et Jean-Baptiste Minnaert (examinateur et président du jury).

« Du monde l’à peu près à l’univers de la précision ». C’est en citant le philosophe des sciences Alexandre Koyré qu’Elsa Besson a débuté la soutenance de sa thèse de doctorat en histoire de l’architecture, expliquant que son travail déroule le fil de l’histoire longue des prisons, en partant d’un moment où cet objet commence à se préciser en réponse à des considérations carcérales qui ne peuvent plus se satisfaire d’approximations.
Le 3 décembre 2021, cette thèse intitulée Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770–1950), a été unanimement saluée par les membres du jury, réuni presque entièrement en présentiel dans la salle des Thèses de l’Université de Rennes 2.
Le présent compte-rendu entend retracer, de façon linéaire, le déroulé de cette soutenance. Elle a en effet donné lieu à des échanges intellectuels particulièrement stimulants, faisant la part belle à l’interdisciplinarité, et qui nous semblent être de nature à intéresser une audience plus large que celle qui était réunie pour l’écouter, sur place comme à distance.

· Elsa Besson (doctorante en histoire de l’architecture, Université Rennes 2)

14h30, passées de quelques minutes.
À la suite de la traditionnelle prise de parole introductive du président du jury, Jean-Baptiste Minnaert donne la parole à Elsa Besson. La candidate commence son exposé en explicitant l’objectif de son travail de thèse : approfondir l’état des connaissances sur l’architecture carcérale en France, en interrogeant plus finement le lien entre logiques pénales et logiques spatiales.

Sans prétendre avoir réalisé une prosopographie complète, elle explique qu’elle a cherché à enquêter au plus près des acteurs — architectes, experts, réformateurs sociaux ou encore professionnels pénitentiaires —, afin d’étudier le développement de formes dites « modèle » ou « type », et ce à plusieurs échelles.
La méthodologie s’appuie en effet tant sur un croisement des sources que sur un croisement des niveaux d’analyse. Si c’est un corpus d’opérations françaises qui est étudié — composé de onze maisons départementales, deux prisons centrales et une colonie pénitentiaire —, il est replacé au sein d’un contexte de circulations des savoirs, discours et modèles à l’échelle internationale. L’étude de ces échanges et réseaux se base notamment sur l’analyse de sources imprimées, au premier rang desquelles les bulletins des congrès pénitentiaires internationaux.
C’est d’ailleurs pour rester en cohérence avec les sources issues du droit et de la justice que la borne chronologique haute a été fixée en 19501. Pour justifier le choix de la borne basse, établie en 1770, la candidate précise que le phénomène de « pré-internationalisation » des réflexions pénitentiaires ne peut se comprendre sans que soient prises en compte les dernières décennies du XVIIIe siècle.

Divisée en trois parties chrono-thématiques, la thèse reflète, dans son organisation, les préoccupations méthodologiques d’Elsa Besson. Elle explicite en effet sa volonté de faire se croiser les échelles — départementale, nationale et internationale — au sein de chacun des neuf chapitres, sans jamais laisser un corpus dominer sur un autre.
La première partie (1770–1830) ambitionne d’établir une cartographie des premiers échanges européens dans le domaine pénitentiaire. Elle se concentre sur la circulation des modèles spatiaux repérables en France, en interrogeant le rôle de certaines personnalités (à l’image de Jeremy Bentham) et, plus largement, de certains pays (comme l’Angleterre).
Portant sur une période caractérisée par de nombreux changements de régimes politiques, la deuxième partie (1830–1870) analyse notamment la cristallisation de l’activité pénitentiaire dans les années 1830-1840. La candidate y relève un certain antagonisme : si les discussions internationales sont généralement marquées par un certain idéalisme, ce sont en revanche des solutions pragmatiques qui sont adoptées au niveau local.
La dernière partie du travail (1870–1950) commence au moment où se produit un important renversement politique, qui marque le renouveau des enquêtes parlementaires et des débats publics sur la question carcérale. La prison républicaine renoue toutefois plus prudemment avec ambitions architecturales, la notion d’économie devenant primordiale dans la construction de nouveaux édifices. Elsa Besson souligne la position singulière de l’architecture dans ces programmes, et le relatif effacement des architectes dans les réseaux d’experts à la fin du « long XIXe siècle ». Dans un contexte où les projets de prisons tendent à décliner des solutions rebattues, si le concours apparaît comme un dispositif central qui mêle enjeux professionnels et de politiques publiques, il n’est cependant le lieu d’innovation espéré. Après 1914, c’est le rôle des revues d’architecture qui est interrogé de façon plus poussée, afin de saisir les moyens originaux par lesquels sont présentées les prisons de l’entre-deux-guerres.

L’exposé se termine par la mention de quatre approfondissements envisagés. Le premier, chronologique, porterait l’analyse vers le moment « pivot » de l’après-guerre. Le deuxième viserait à étendre géographiquement les horizons de recherche, afin d’étudier les architectures carcérales d’Espagne et d’Italie, pays ayant joué un rôle moteur dans ce domaine. La troisième piste d’approfondissement est thématique : il s’agirait d’analyser le glissement de la science pénitentiaire vers les savoirs médicaux à partir des débuts de la IIIe République. Enfin, Elsa Besson ambitionne de relier son travail à des considérations portant sur l’histoire de la profession architecturale, en questionnant notamment l’évolution de la posture des architectes français dans le domaine carcéral.

“Italie. Maison d’arrêt de Saint-Michel en Rome. Cellule pour le jour et pour la nuit”, Actes du congrès pénitentiaire de Rome, 1885, vol. 3, 2e partie “Exposition des types de cellules”.

· Hélène Jannière (professeure, Université de Rennes 2 – directrice de thèse)

Après avoir remercié les membres du jury pour leur présence, Hélène Jannière rappelle brièvement le parcours d’Elsa Besson. Elle loue notamment la grande autonomie intellectuelle de la candidate, la variété de ses productions scientifiques ainsi que sa participation à plusieurs projets de recherche collectifs, notamment dans le cadre de son poste de chargée d’études et de recherche à l’INHA, occupé entre 2014 et 2017.
La directrice précise qu’elle encadre ses recherches depuis son mémoire de Master — déjà consacré à l’étude de la fabrication de l’espace carcéral — durant lequel elle avait constaté son affinité avec les textes, qui se retrouve dans ce travail doctoral. Toutefois, si cette thèse est inscrite en histoire de l’architecture, elle articule en réalité plusieurs champs de recherche. Dans ce contexte, la codirection a permis à Elsa Besson de bénéficier des apports de Martine Kaluszynski sur le plan de la sociohistoire.

Elle ajoute une précision sur l’évolution de la chronologie du sujet de thèse. Celle qui avait initialement été retenue (1846–1950) suivait les congrès internationaux, et son élargissement a présenté un défi supplémentaire, alors que la travail croisait déjà plusieurs échelles et plusieurs disciplines. La prise en compte de la période 1770–1830 a néanmoins permis d’inclure une réflexion sur la pré-industrialisation, et d’élargir « au-delà des congrès » l’analyse de la théorie pénitentiaire.
Car, selon Hélène Jannière, cette étude est bien plus qu’une histoire de l’architecture des prisons. La deuxième partie de la thèse montre ainsi le basculement qui se produit vers la notion de « science pénitentiaire », une question qui se situe au cœur du travail et qui dépasse celle de la spatialisation et de la concrétisation des théories dans l’architecture carcérale. Elle signale d’ailleurs la richesse des frises chronologiques présentées dans les annexes, estimant qu’elles rendent compte des multiples échelles inlassablement tressées au cours de la thèse.

Citant l’inspecteur Charles Lucas — qui définissait le rôle de l’architecte dans le domaine carcéral comme celui de « faire passer dans la pierre l’intelligence de la discipline »2 — Hélène Jannière souligne ensuite l’intérêt de ce sujet pour analyser l’organisation de la profession d’architecte.
Enfin, elle note que la question de la représentation est surtout abordée dans la troisième partie, lorsqu’est étudiée la diffusion des édifices par les revues d’architecture. Le champ carcéral ne semble toutefois pas constituer un sujet brûlant pour la presse, si bien qu’elle se demande si l’on ne pourrait pas parler d’un « rendez-vous manqué » — en notant tout de même que les publications architecturales jouent un rôle important dans le cas de la prison des Baumettes à Marseille. Les recherches sur l’architecte Guillaume Gillet (1912–1987), que la candidate a mené en parallèle de son travail de thèse, mériteraient selon la directrice d’être poursuivies afin de mieux saisir l’articulation entre les débats architecturaux et les constantes recherches typologiques constatées dans le domaine carcéral.

Concluant sur le plaisir qu’elle a eu à accompagner cette thèse et à la voir mûrir au fil des années, la directrice salue enfin la générosité de ce travail, qui met à la disposition de futurs chercheurs et futures chercheuses de nombreuses sources de première main.

Remerciant sa directrice, Elsa Besson confirme qu’elle partage cette impression d’un « rendez-vous manqué » entre les revues architecturales et le domaine carcéral, mais nuance ce constat en expliquant que la présence limitée des prisons dans ces publications ouvre néanmoins des perspectives de recherche intéressantes.

La prison des Baumettes en construction, années 1930 (Gaston Castel, architecte).
Source : Musée d’histoire de Marseille.

· Martine Kaluszynski (directrice de recherches au CNRS, UMR 5194-PACTESciences Po Recherche – co-directrice de thèse)

Revenant tout d’abord sur sa rencontre avec Elsa Besson, la co-directrice Martine Kaluszynski relève la grande maturité scientifique et les « qualités sociologiques » qu’elle a perçu chez la candidate, ainsi que sa véritable volonté d’ouverture sur d’autres sciences sociales. Son travail en témoigne : il apporte à la fois à l’histoire de l’architecture, à la sociologie et à l’histoire des prisons.

Après avoir souligné la richesse des sources et des annexes, elle revient sur la chronologie adoptée, qu’elle juge pertinente car intimement liée à l’histoire des prisons — même si les questions liées au contexte politique général ont parfois tendance à être un peu trop rapidement évacuées.
Décrivant cette thèse comme une « fresque », la co-directrice souligne qu’Elsa Besson a envisagé les circulations comme une méthode. Avec l’ambition de repérer les traductions et les appropriations, la candidate s’est moins intéressée aux différences qu’aux interconnexions, qui se situent au cœur d’un champ en pleine construction.

Martine Kaluszynski note également que cette thèse interroge à la fois le rôle de l’architecte pour les prisons et le rôle de la prison pour les architectes. En questionnant le profil de ces derniers, elle juge qu’Elsa Besson a mené une belle sociologie des acteurs, dont témoigne notamment le riche répertoire biographique présent en annexe.
Le travail soulève en outre une interrogation féconde sur la place que tient la question pénale dans la résolution de la question sociale.

Le propos de la co-directrice se termine sur deux suggestions d’ouverture.
La première concerne la nature des échanges entre les architectes et les réformateurs sociaux durant les congrès internationaux : il s’agirait de saisir de façon encore plus fine la façon dont est considérée la discipline architecturale, et surtout d’aborder la question de la notabilité des architectes — qui transparaît dans les biographies présentées en annexe.
La seconde propose de questionner, dans une perspective diachronique, le profil et le rôle des architectes des prisons aujourd’hui.

Elsa Besson remercie sa co-directrice et précise qu’elle conserve ces questions en tête, notamment en ce qui concerne la posture des architectes et leur notabilité — interrogations qu’elle aimerait poursuivre en s’intéressant à d’autres terrains géographiques, en particulier à l’Italie et à l’Espagne.

· Nabila Oulebsir (maîtresse de conférences HDR, Université de Poitiers – rapporteure)

Le président du jury donne ensuite la parole à la première rapporteure, Nabila Oulebsir, qui introduit son propos par une présentation de la thèse dans sa matérialité. Décrivant le premier volume, qui s’élève à 674 pages, elle note qu’il ne comporte que de très rares coquilles. Selon elle, les quelques imperfections ont plutôt à voir avec les exigences que supposerait l’édition du travail. Le deuxième volume n’est en effet pas présenté dans l’ordre, et semble avoir été envisagé sur le mode du catalogue. La rapporteure regrette cette dissociation, considérant que l’iconographie doit plutôt refléter et accompagner l’évolution de la réflexion.

Ces quelques critiques une fois énoncées, elle poursuit en notant que la structure de la thèse lui apparaît tout à fait justifiée et la problématique bien ancrée. Elle juge en outre très réussi le passage d’une échelle à une autre, qui offre le matériau d’une riche réflexion comparée.

Suivent plusieurs questions et remarques. La première concerne le choix de la borne chronologique basse de l’étude, qui exclut notamment le travail sur Les Prisons imaginaires de Piranèse, datant du milieu du XVIIIe siècle. Nabila Oulebsir revient ensuite sur la notion de « voyage pénitentiaire », puis relève que si les échanges transatlantiques sont abordés dans la thèse, il n’est pas fait mention de la traversée d’autres mers — et ce faisant, des échanges avec les espaces colonisés notamment.

Après avoir remercié la rapporteure pour ses remarques, la candidate lui répond point par point. Concernant le catalogue, elle explique que son intention initiale était d’intégrer les images les images dans le corps du texte : cette idée a finalement été mise de côté, ce qui peut se ressentir dans le volume iconographique. Elle justifie ses bornes chronologiques, et son choix de laisser de côté Piranèse, en expliquant que son travail ne semble pas avoir fait avancer l’action réformatrice dans le domaine carcéral — même s’il témoigne d’une nouvelle manière de concevoir l’espace. Sur la notion de « voyage pénitentiaire », celle-ci s’applique plutôt aux architectes mandatés par le gouvernement pour aller voir ce qu’il se passe à l’étranger. La démarche est plus officielle, mais souvent moins spécialiste, ces architectes ne connaissant parfois que très mal la question carcérale. Le terme « inspection pénitentiaire » peut, quant à lui, être utilisé à partir de la IIIe République. Elsa Besson explique enfin qu’elle aurait aimé aborder plus avant la question coloniale, mais souligne que les bagnes ont déjà été assez largement étudiés, et qu’ils apparaissent dans les sources de l’époque comme des lieux d’enfermement périphériques : on ne semble s’intéresser qu’aux prisons. L’Algérie n’est, en outre, que très peu mentionnée.

Giovanni Battista Piranesi, “La Plate-forme aux prisonniers” in Les Prisons imaginaires, 1ère édition, c. 1745-1750, pl. VIII.
Source : Universiteit Leiden.

· Antonio Brucculeri (professeur, ENSA Paris La Villette – rapporteur)

Après une courte pause, la soutenance reprend avec la prise de parole du second rapporteur, Antonio Brucculeri, qui commence par saluer un travail doctoral jugé riche et remarquable. Il souligne la capacité d’Elsa Besson à aborder la démonstration scientifique avec un style d’écriture et une manière de construire le récit qui amènent la démonstration sans effort. Le rapporteur félicite également les deux co-directrices pour leur travail d’encadrement ainsi que pour leurs présentations précises et fines données pendant la soutenance.
Sans revenir en détail sur la matérialité de la thèse, il rebondit sur la question de Nabila Oulebsir, en suggérant de réfléchir à la place des images au sein du texte — une question qui se posera nécessairement au moment de l’édition. Il souligne en outre que l’important travail mené sur les sources britanniques transparaît dans la sélection iconographique.

Selon lui, la thèse assume avec courage et réussite trois défis qui ne peuvent pas être séparés.
Le premier est celui de l’ouverture chronologique. Si l’on peut de prime abord s’interroger sur la pertinence de poursuivre l’analyse jusqu’en 1950, le défi est en fait relevé avec intelligence, en assumant d’éventuelles failles qui n’en sont pas. Certaines zones n’ont certes pas pu être explorées, mais il trouve une grande cohérence dans cette chronologie longue. Toutefois l’inclusion de cette période appelle un développement ultérieur : si le dernier congrès pénitentiaire international, tenu à La Haye en 1950, est présenté comme concluant un cycle, il en ouvre en réalité un autre dans le même temps. Selon le rapporteur, le manuscrit aurait été tout à fait complet s’il avait comporté un dixième et dernier chapitre conclusif abordant les changements des années 1950 — dans lequel les recherches menées sur Gillet auraient eu toute leur place.
Le second défi est celui de l’adoption d’une double focale, nationale et internationale. Le rapporteur juge remarquable la capacité de la candidate à jongler entre les deux plans, à articuler le centre et la périphérie.
Enfin, la thèse réussi le défi de replacer l’histoire des bâtiments des prisons en interaction avec l’histoire pénitentiaire. Le travail dans les archives de douze départements est là encore jugé remarquable, car il permet de faire entrer en résonance les archives locales et le travail mené à l’échelle internationale.

Le rapporteur revient ensuite rapidement sur la structure de la thèse. Il juge la première partie très bien menée, et souligne notamment l’intérêt de l’analyse des débats autour de l’architecture pénitentiaire anglaise. La deuxième partie pose la question du rôle de l’architecture comme « banque d’essai », et analyse les objets bâtis jusqu’à l’échelle départementale, tout en poursuivant la mise en récit du réseau d’acteurs au niveau global et local. Dans la troisième partie, on lit une sorte d’atrophie créative mais celle-ci n’est pas présentée comme un processus linéaire. Il juge en outre que le projecteur utilisé pour aborder la réception de l’architecture carcérale dans les revues est pertinent, et permet de montrer comment cet objet — qui semble en perte de vitesse — est pourtant considéré comme ayant une certaine valeur esthétique.

Concernant l’état de l’art, Antonio Brucculeri le définirait plutôt, dans le cas de cette thèse, comme un essai historiographique pluridisciplinaire, qui contribue à montrer les différentes facettes du sujet. Il souligne que la thèse aborde un terrain loin d’être vierge, comprenant de nombreux travaux dont certains ont été récemment soutenus, à l’image de la thèse de Caroline Soppelsa3. Toutefois, si ces études sont bien prises en compte, la thèse a le mérite d’apporter une approche nouvelle, sur deux plans : d’une part en prenant en compte l’échelle internationale ; d’autre part en conjuguant les méthodes de l’histoire de l’architecture et de la sociohistoire, dans ce qu’il considère être un travail modèle pour l’historiographie.

Le rapporteur évoque enfin plusieurs pistes de réflexion à creuser.
Il insiste d’abord sur l’intérêt qu’aurait une analyse de ce que peut et doit être la méthodologie d’un·e historien·ne de l’architecture. Cette thèse met en effet en exergue une démarche à laquelle on devrait nécessairement s’attendre dans notre discipline : celle de l’ouverture vers l’histoire culturelle et les sciences sociales.
Il poursuit son propos en évoquant la construction de l’objet à plusieurs échelles. Questionnant d’abord la place que tiennent les voyages, concours et expositions, il félicite ensuite la candidate pour son travail sur l’histoire du concours de Tours, qui ouvre selon lui une piste de réflexion féconde sur le rôle de la micro-histoire — et il mentionne à cette occasion les travaux de Jacques Revel4.

Elsa Besson remercie le rapporteur et revient ensuite sur la période postérieure à 1950 — date qui se situe en effet au cœur d’une actualité architecturale cruciale. Elle explique que la question d’un chapitre conclusif s’était posée, et admet que sa conclusion aurait pu donner une meilleure compréhension de cette zone en « clair-obscur ». La candidate précise que la question des réseaux pénitentiaires se pose, à partir de 1950, de façon tout à fait différente, avec l’émergence de nouveaux réseaux d’acteurs tels que le Conseil de l’Europe, la mise à distance des architectes et la construction de nouveaux moments d’échange. Revenant ensuite sur la constitution de son corpus, elle explique que le choix des prisons départementales à étudier a été difficile, et qu’elle avait d’entrée de jeu écarté les prisons parisiennes, déjà étudiées par Caroline Soppelsa. Sa volonté était que le corpus départemental ne soit jamais absent d’une période, même dans le moment qui marque une certaine atrophie. Elle évoque ensuite la question du rôle de la micro-histoire, expliquant qu’elle ne se l’est pas posée, peut-être par manque de recul — ce à quoi Antonio Brucculeri répond qu’elle le possède aujourd’hui. La place des expositions reste selon elle à mieux creuser, qu’il s’agisse des expositions pénitentiaires tenues en parallèle des congrès, ou bien des expositions universelles comme celle de 1878. La question se pose en effet de la réception, par le public, de l’architecture carcérale. Enfin, concernant les concours, elle explique s’être appuyée sur des concours départementaux, car cette échelle permet d’interroger des dynamiques locales spécifiques, qui tendent à montrer que le concours sert parfois plutôt à promouvoir un architecte déjà favori.

· Xavier Rousseaux (directeur de recherches, UC Louvain – examinateur)

Xavier Rousseaux prend ensuite la parole. Après avoir remercié les directrices de thèse, l’examinateur rappelle que le travail doctoral d’Elsa Besson s’intègre à un courant de recherche sur les formes d’enfermement qui est aujourd’hui en pleine expansion, et marqué par de nombreux échanges entre des acteurs issus de disciplines diverses — il cite notamment la thèse récemment soutenue par Elsa Génard5.
Selon lui, les recherches de la candidate témoignent du tournant matériel et visuel actuellement à l’œuvre dans les sciences historiques. Il salue son travail, jugeant l’ensemble présenté convaincant.

Suivent cinq observations.
Xavier Rousseaux souligne d’abord l’analyse fine menée par la candidate, mais note qu’il est parfois peu aisé de naviguer entre les projets de papiers et les projets réalisés. Les annexes permettent heureusement de mieux s’y retrouver, c’est pourquoi il suggère de les publier, peut-être de façon numérique.
En deuxième lieu, il se déclare fasciné par les changements de focale concernant l’espace carcéral, allant de l’unité de la cellule à la question de l’insertion dans l’espace urbain.
Sa troisième remarque porte sur l’irruption des technologiques modernes dans la prison. L’examinateur se demande ainsi si l’on pourrait considérer la prison comme un laboratoire de l’habitat moderne, et si ces innovations dans un contexte carcéral ont donné lieu à des récriminations de la part du reste de la population.
Il questionne ensuite la vision de l’espace de la prison que peuvent avoir d’autres groupes professionnels — tels que les magistrats ou les médecins.
Enfin, en ce qui concerne le relatif engourdissement du caractère créatif de l’architecture pénitentiaire à partir des années 1850, il suggère de mobiliser le concept de dépendance au sentier.

Le propos de l’examinateur s’achève avec l’énonciation de plusieurs questions. Il s’interroge ainsi sur les effets sur l’expertise architecturale que peuvent avoir les retours d’expérience du terrain — évoquant le cas de Tocqueville dans les années 1820. En évoquant d’éventuelles réactions critiques de la part des usagers (directeurs, gardiens ou même détenus), il se demande si leur avis était pris en compte. Il revient ensuite sur les objets et événements qui marquent la scène architecturale — médailles, brochures, revues ou encore concours et expositions — et dont il se pose la question du rôle qu’ils pouvaient jouer. Enfin, il évoque le fait qu’il semble difficile de trouver des espaces d’enfermement différents dans nos sociétés occidentales, et ouvre une réflexion sur ceux qui pourraient exister dans d’autres groupes et communautés.

Remerciant l’examinateur pour ces diverses pistes, la candidate retourne immédiatement à la question des espaces extra-européens. Elle explique ainsi que lorsque la Turquie, la Grèce, ou certains pays d’Amérique latine surgissent dans les congrès internationaux, ils semblent exprimer une certaine fascination pour le modèle occidental. Le continent africain a, quant à lui, déjà été étudié, et les travaux semblent indiquer que la prison s’est établie dans ces territoires par le biais de la colonisation. Dans ses recherches elle n’a en tout cas pas croisé de discours sur l’enfermement dans le monde non-occidental. Elsa Besson évoque ensuite la question du rapport au travail en prison, et mentionne la fascination qu’elle a constaté au XIXe siècle pour l’importance du travail comme voie de rédemption du détenu. Au siècle suivant, cette valeur travail est détrônée par d’autres intérêts : l’attention des spécialistes se déplace vers l’économie pénitentiaire, qui envisage la prison comme une industrie, et tend à considérer qu’il ne peut y avoir de travail de rédemption au sein de la cellule individuelle. Revenant subséquemment sur l’enquête sociologique de Tocqueville, elle explique que celle-ci n’a eu aucun écho du côté des détenus. Enfin, la candidate évoque la question des médailles : elle juge passionnant l’exemple belge donné par Xavier Rousseaux, et dont elle n’avait jusqu’alors pas connaissance. L’exemple qui lui vient à l’esprit est celui de la Bastille, qui semble montrer que la valeur mémorielle de l’événement joue, dans ce cas, un rôle plus important que celle du bâti.

Guillaume-Abel Blouet, Projet de prison cellulaire pour 585 condamnés, Paris, Firmin Didot Frères, 1843, n. p.
Source : Gallica.

· Guy Lambert (maître de conférence, ENSA Paris Belleville – examinateur)

Le premier rapporteur, Guy Lambert, prend ensuite la parole et commence par s’associer au « concert de louanges » sur le travail d’Elsa Besson. Selon lui, si la question ambitieuse de la circulation des modèles à l’échelle internationale est souvent supposée, elle est ici démontrée. Il souligne le « brio » de cette approche, qui s’intéresse à la fois à la réception et à la diffusion des modèles, et qui parvient habilement à croiser les échelles de lecture. Le travail fait apparaître plusieurs mondes professionnels, et l’objet prison est placé à la croisée de nombreux champs disciplinaires, qui vont jusqu’à l’histoire de l’administration.
La thèse fait en outre ressortir le caractère ambigu de ce que l’on considère de « l’architecture », terme qui semble parfois ici désigner de simples constructions qui garantissent l’économie. Cette ambiguïté tient aussi aux acteurs, et se retrouve dans les objets, dont on dessaisit parfois les architectes eux-mêmes.

Guy Lambert poursuit son propos en partageant plusieurs références se rapportant à la question de l’expertise — autour de laquelle la littérature s’est étoffée ces dernières années : les travaux de Catherine Paradeise6 et de Jean-Yves Trépos7 sur l’expertise professionnelle ; les deux numéros de la revue Genèses dirigés par Isabelle Backouche8 ; et enfin les travaux de Christelle Rabier sur l’expertise médicale9.

Suivent plusieurs réflexions sur des questions transversales concernant l’architecture publique et la formation des architectes.
Tout d’abord, le travail d’Elsa Besson fait apparaître l’architecture carcérale comme l’une des voies de renouvellement de l’architecture publique, qui s’oriente vers l’efficacité. La sévérité d’aspect est revendiquée, ce qui semble préfigurer la recherche de sobriété que l’on retrouve pour d’autres édifices, suivant l’idée de Julien Guadet d’une certaine « valeur proportionnelle dans l’ensemble des constructions » devant être respectée. Le rôle des techniques récentes dans les édifices semble pertinent à analyser au prisme des circulations internationales. Il concerne à la fois les techniques de construction (tel que l’usage du métal chez Bentham) et les équipements (sièges d’aisance, électricité) — qui soulèvent la question des pannes et des défaillances, notamment sur le plan de la sécurité. On assiste visiblement à une tension entre un rôle de laboratoire et une notion de « luxe exagéré » pour un programme carcéral.
La deuxième réflexion porte sur le monde de l’enseignement de l’architecture. Guy Lambert avance d’abord l’idée d’un « baromètre » de la pénétration des idées chez les architectes, en faisant référence à l’ouvrage de Jean-Marie Pérouse de Montclos sur les prix de Rome10 — notant que le sujet du prix de Rome en 1778 est d’ailleurs une prison. L’examinateur se dit frappé par le fait que la recherche typologique dans le domaine carcéral se déroule en parallèle du développement d’une culture de la composition. Celle-ci envisage le projet architectural à la fois à partir des éléments (des parties) et de l’ensemble global. Guy Lambert se demande donc si les prisons constituent des objets de la culture Beaux-Arts. Celle-ci est une culture de la démonstration graphique du projet, facilement compréhensible par la personne qui le regarde. Partant de ce constat, on pourrait réinterpréter certains de ces projets non pas comme utopiques mais comme l’illustration du brio dans l’utilisation de ce vocabulaire. Dans quelle mesure la culture de la composition permet-elle de comprendre l’évolution de l’intérêt donné à l’élément qu’est la cellule ? Cette dernière est considérée d’un point de vue technocratique : certains acteurs paraissent tentés de penser qu’ils peuvent prévoir le coût de construction de l’établissement par le coût unitaire de la cellule — ce qui, dans une perspective diachronique, fait bien sûr penser aux grands ensembles.
Une réflexion subsidiaire porte sur la notion de communauté chez ces architectes. La réponse semble devoir être nuancée : la profession n’est certes pas formalisée, mais on note en son sein des marques de solidarité, de la part d’architectes qui entendent défendre l’honorabilité de leur profession — avec une certaine volonté d’écarter certaines personnes qui ne la représenteraient pas correctement. Les sociétés d’architectes jouent ici un rôle de cadre corporatif. En outre, un des éléments qui devrait être mis en avant est celui des conditions d’accès à la commande : peut-on parler d’architectes-conseils ? En tant que mode d’accès à la commande, la question du concours est ici centrale.

Après avoir remercié l’examinateur pour ses remarques, Elsa Besson reprend chacune de ses remarques. Elle affirme tout d’abord que la question de la diffusion est centrale, et qu’elle a notamment essayé d’en prendre compte en mobilisant des revues — à l’origine elle souhaitait également étudier la presse grand public. Depuis Bentham, on note en effet une véritable volonté des experts pénitentiaires d’exposer leurs discussions et d’influencer l’opinion publique. Sur la question du dénuement, elle a, elle aussi, noté que celui-ci finit par devenir un code esthétique. La candidate répond également à la question relative aux innovations techniques : il est selon elle intéressant de noter que les ingénieurs sont plus souvent sollicités que les architectes, ce qui témoignerait d’une primauté donnée à la résolution de questions techniques. En qui concerne la culture de la composition dans le système Beaux-Arts, elle précise qu’au cours du XIXe siècle l’espace de la cellule finit par prendre le pas sur le reste, rendant ainsi secondaire les autres espaces. Revenant sur les considérations relatives à la profession d’architecte, elle note que Guillaume-Abel Blouet (1795–1853) incarne selon elle cette fonction d’architecte-conseil. Elle explique enfin que la focalisation sur les concours lui a permis d’analyser de façon plus large la question de l’accès à la commande institutionnelle, à un moment où elle se spécialise et devient l’objet des experts plus que des architectes.

Source : F. L., “Nouvelles prisons départementales de Marseille”, La Construction moderne, 52e année, n° 27, p. 573.
Source : F. L., “Nouvelles prisons départementales de Marseille”, La Construction moderne, 52e année, n° 27, p. 574.

· Jean-Baptiste Minnaert (professeur, Université Paris-Sorbonne – président du jury)

Il est 18h lorsque le président du jury prend la parole. Il commence par saluer le travail aussi considérable que remarquable d’Elsa Besson, qui a abouti à une thèse jugée extrêmement intéressante. Il note que le propos fait preuve d’une réelle élégance rhétorique et, s’il relève quelques petites imprécisions — la légende d’une illustration, le nom d’un architecte —, il ajoute cependant que les coquilles sont très rares et peu gênantes à la lecture du texte.

Jean-Baptiste Minnaert rappelle ensuite la composition du corpus et revient sur les sources utilisées par la candidate. Selon lui, si l’ambition annoncée est d’écrire une histoire mondiale de la prison, c’est plutôt une histoire américano-européenne qui est présentée… « et c’est déjà beaucoup ».

La pertinence du choix des bornes chronologiques est encore une fois remarquée : la borne basse exclut les bâtiments anciens réutilisés à des fins carcérales — dont la prise en compte aurait considérablement dilaté le corpus — tandis que la base haute permet d’esquisser la mutation sans précédent des sociétés contemporaines. Comme l’avait remarqué Antonio Brucculeri, il note que la période de l’après-guerre offre de nombreuses perspectives pour des travaux futurs.

Selon lui, la question du jeu d’acteurs est centrale dans ce travail. Il pointe notamment le rôle d’intermédiaires que jouent certaines personnalités, comme Dumont, traducteur suisse de Bentham. Jean-Baptiste Minnaert estime que la question de la traduction comme « malentendu construit mais assumé » pourrait être davantage abordée. Il aurait notamment voulu en apprendre plus sur les modalités de déviation des modèles. Sur cette dernière notion, il note d’ailleurs que la thèse ne se focalise pas sur des exemples déjà très étudiés, comme la prison de la Santé, mais plutôt sur des « exceptionnels normaux ». Il souligne enfin que l’intertextualité entre archive de pierre et archive de papier, question déjà soulevée par Caroline Soppelsa dont il avait encadré le travail de thèse, est ici consolidée.

Son exposé s’achève par de chaleureuses félicitations à Elsa Besson, dont il salue l’énorme travail de recherche, d’érudition et de documentation.

Elsa Besson remercie le président du jury et ajoute un mot sur la place de la chapelle dans les édifices pénitentiaires : au niveau spatial, c’est une question qui cristallise les débats jusque dans les années 1840, puis qui se retrouve mise de côté et ultimement plutôt rattachée aux lieux d’enseignement (chapelle-école). La candidate revient ensuite sur la question de l’introduction des matériaux modernes dans l’architecture des prisons qui selon elle dépasse la simple justification économique que l’on peut retrouver sous la plume de Bentham. Sur la question de la traduction, Genève apparaît comme un pont entre la pensée anglaise et les réalisations occidentales : elle note en effet un lobbying des Britanniques dans la ville suisse, que l’on remarque notamment au moment de la construction d’une prison dans les années 1820. Elsa Besson souligne d’ailleurs que les réformateurs français voient dans cet édifice genevois une construction peut-être trop digne pour les détenus. Elle précise ensuite que si les architectes citent bien leurs propres projets, ce sont souvent d’autres personnes qui s’occupent de les défendre. La candidate revient enfin sur la notion de modèle, qu’elle trouve particulièrement intéressante, et note que des personnalités comme Charles Lucas s’y opposent, estimant qu’elle est trop présente chez les architectes. Son travail aura en outre permis de montrer que certaines prisons deviennent des modèles alors même qu’il s’agit d’exemples très modestes.

Après délibération, le jury, présidé par Jean-Baptiste Minnaert, décerne à Elsa Besson le grade de docteure en histoire de l’art de l’Université de Rennes 2, et lui adresse ses unanimes félicitations.

 

Cite this article as: Lucie Prohin, "Compte-rendu de soutenance de thèse – Elsa Besson, Logiques spatiales et logiques pénales : acteurs, modèles internationaux et diffusion de l’architecture carcérale en France (1770–1950)," in Les jeunes chercheurs de l'INHA, 14 avril 2022, https://inhadoc.hypotheses.org/2716.

 

 

  1. Date à laquelle se tient le douzième et dernier congrès pénitentiaire international, à La Haye. []
  2. Lucas, Charles, De la réforme des prisons ou de la théorie de l’emprisonnement, de ses principes, de ses moyens, et de ses conditions d’applications, Paris, E. Legrand et C. Descauriet, 1858, p. 141. []
  3. Soppelsa, Caroline, Le XIXe siècle et la question pénitentiaire : un siècle d’expérimentations architecturales dans les prisons de Paris, thèse de doctorat (dir. Jean-Baptiste Minnaert), Université de Tours, 2016. []
  4. Revel, Jacques (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, « Hautes Études », 1996. []
  5. Génard, Claire, À la peine. Une histoire sociale des interactions carcérales (France, années 1910 – années 1930), thèse de doctorat (dir. Dominique Kalifa puis Claire Zalc), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2021. []
  6. Paradeise, Catherine, « Rhétorique professionnelle et expertise », Sociologie du travail, 27ᵉ année n°1, janvier-mars 1985, p. 17-31. []
  7. Trépos, Jean-Yves, La sociologie de l’expertise, Paris, Presses universitaires de France, 1996. []
  8. « Expertise », Genèses, 2006/4, n° 65 ; « Devenir expert », Genèses, 2008/1, n° 70. []
  9. Rabier, Christelle (dir.), Fields of Expertise. A Comparative History of Expert Procedures in Paris and London, 1600 to present, Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2007 ; Rabier, Christelle, « Écrire l’expertise, traduire l’expérience. Les rapports des chirurgiens parisiens au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, n° 44, 2013, p. 39-51. []
  10. Pérouse de Montclos, Jean-Marie, « Les Prix de Rome ». Concours de l’Académie Royale d’architecture au XVIIIe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1995. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search