In situ – Art en Chine (6) : L’art à la campagne peut-il reconstruire le village ?

Ces dernières années, « l’art » et « la construction de la campagne 乡建 » sont devenus une combinaison récurrente à la vue du public. Les pratiques liées à cette combinaison se traduisent de différentes manières : il s’agit soit d’un projet utopique de reconstruction de la campagne, soit d’un projet caritatif visant à renouveler les bâtiments et à améliorer l’environnement alentour, soit d’un événement artistique prenant la forme d’un festival d’arts ou de biennale, soit d’un projet commercial destiné au développement du tourisme local… Initialement, l’art intégré dans la campagne possède la caractéristique évidente des « arts sociaux ». Cette pratique porte le rêve et les souhaits de son initiateur qui essaye de reconstruire la campagne de manière artistique. 

Le retour sur l’évolution au cours des dix dernières années a montré que de multiples pratiques à la campagne ont, de façon inattendue, correspondu aux mesures politiques chinoises, bien que tous les projets ne soient pas toujours soutenus.  

De manière générale, qu’il s’agisse d’une pratique individuelle ou d’une volonté gouvernementale, cela révèle un problème auquel nous devons faire face : la majorité des villages doivent être rapidement reconvertis ou réorganisés sur le plan culturel, économique et esthétique. D’une part, « comment animer la campagne » est toujours une question urgente. D’autre part, le potentiel commercial de l’art contemporain attire de plus en plus l’attention et la reconnaissance du gouvernement. À ce titre, « l’art à la campagne 艺术下乡 » ou « l’art construisant la campagne » semble devenir une possibilité pour animer la campagne et résoudre les problèmes ruraux. Le mariage de l’art contemporain et de la construction de la campagne se fait naturellement et les deux surfent sur la même vague. Cependant, qu’en est-il vraiment ? Comment les artistes peuvent-ils répondre aux questions locales ? D’autres problèmes se cachent-ils, sous la vague d’une construction de la campagne par l’art ? Le mouvement de la construction rurale, initié au siècle précédent en République de Chine, nous apprend, qu’il s’agisse d’un rêve personnel ou d’un projet gouvernemental, que si cette pratique ne peut pas s’intégrer à la vie des villageois et la culture des lieux, elle restera vaine. 

Les intervenants : 

OU Ning, vit et travaille aux États-Unis, artiste, commissaire d’expositions et écrivain. Il est l’initiateur du « Projet Bishan ». 

JIAO Xingtao, né à Chengdu, vit et travaille à Chongqin. Professeur en sculpture et vice-président de l’Ecole des beaux-arts du Sichuan, il est l’initiateur du projet « la coopérative d’art de Yangdeng ».

CHI Xin’an, chercheur postdoctoral à l’Université chinoise de Hong Kong, commissaire de projet pour le programme d’appui au développement durable rural « One University One Village ». Son domaine principal de recherche est l’amélioration des performances sismiques des architectures en terre, leur promotion et application dans les zones rurales.

WAN Li, docteure en architecture et chercheuse de l’Université chinoise de Hong Kong, fait partie des initiateurs du projet « One University One Village ». Ses recherches portent principalement sur la conception architecturale durable des villages et son système d’évaluation. Son équipe et elle ont continué à mener des projets de reconstruction post-séisme et de rénovation de bâtiments dans les zones rurales pauvres de Chine pendant plus de dix ans.

Lanba Art Museum (Wulong, Chongqin), construit dans le cadre du Festival d’arts de Lanba, cliché : Pang Yidan.

Comment considérer le phénomène de « l’art à la campagne » ou « l’art construisant la campagne » ? Est-ce que ces pratiques peuvent être classées comme un nouveau projet d’art public ? Comment considérer vos pratiques/projets dans cette perspective et correspondent-elles/ils à la catégorie de « l’art construisant la campagne » ?

OU Ning : Je n’ai pratiquement jamais utilisé l’étiquette « l’art construisant la campagne » parce que je ne suis pas d’accord avec cette affirmation. Lorsque j’ai lancé le « Projet Bishan » en 2010, je partais en fait d’une réflexion sur les problèmes ruraux. Je voulais aller à la campagne pour faire quelque chose. A cette époque, je sentais qu’il existait trop d’activités publiques dans la ville, surtout à Beijing. Les questions rurales sont des questions très compliquées. Elles ne concernent pas qu’une discipline et ne peuvent pas être simplement traitées par une seule spécialité, mais à l’époque je n’avais que des ressources artistiques, donc si je voulais me lancer, je devais commencer par l’art. Vous devez regarder la matière première et les outils dont vous disposez, ce qui déterminera ce que vous pouvez faire. J’ai toujours pensé de cette façon, d’abord agir, puis faire savoir au plus grand nombre ce que nous voulons faire, dans l’espoir d’attirer plus de personnes de différentes professions pour participer au processus. Donc mon intention initiale n’est pas seulement de répondre aux problèmes dans la campagne à la manière de l’art. Les problèmes ruraux nécessitent la participation de nombreux militants sociaux. Par exemple, cela peut nécessiter des recherches sur la finance rurale comme la finance intégrée rurale pratiquée par Li Changping. De même, les sujets écologiques dans les zones rurales nécessitent la participation de spécialistes en écologie. Bref, je sentais qu’il fallait attirer des spécialités différentes à l’époque, mais sur le plan pratique, les ressources étaient très limitées, d’autant plus que mon parcours d’origine était essentiellement dans le domaine de la production culturelle, donc je ne pouvais partir que du point de vue de l’art. Cependant, durant la diffusion du « Projet Bishan », celui-ci a été progressivement étiqueté comme « art ». Ce label est en fait loin de ma vision, c’est la raison pour laquelle je n’accepte pas le terme de « l’art construisant la campagne ». 

Au cours des dernières années, le thème de « l’art construisant la campagne » semble être devenu populaire. Tout d’abord, cela est indissociable du contexte politique de la construction ou de la revitalisation rurales. Par rapport à 2010, les conditions politiques actuelles sont bien meilleures à tous égards. Mon « Projet Bishan » était complètement spontané, pas commandé ou conduit par le capitalisme. Maintenant que dix ans se sont écoulés, ce type de pratique est devenu très populaire, et il existe de nombreuses études, y compris sur le « Projet Bishan » qui la relient aux arts sociaux. Dans une certaine mesure, nous avons, en effet, fait beaucoup à Bishan. Car avant la suspension du projet, notre pratique n’était vraiment restée qu’au niveau artistique, et n’avait pas évolué alors que je m’attendais à ce que plus de métiers différents nous rejoignent. D’un autre côté, nombre de pratiques que nous faisions à Bishan étaient, sans aucun doute, proches de l’art public. J’ai moi-même effectué de nombreuses recherches durant ce projet pour trouver des ressources historiques et des expériences pouvant être utilisées comme références, y compris l’art public. J’ai également écrit un article intitulé « Discours sur l’art public 论公共艺术 », qui est toujours disponible sur la plateforme publique Douban. Dès lors, si « l’art construisant la campagne » est mis en place, il peut en effet être associé à l’art public.

JIAO Xingtao : Personnellement, je pense que ces phénomènes sont étroitement liés aux politiques de réduction de la pauvreté et de revitalisation rurale de la Chine. Ils sont également le résultat de l’allocation des ressources dans le cadre de ces politiques macroéconomiques. Les activités artistiques existantes que nous appelons « l’art construisant la campagne » sont principalement influencées par les festivals d’art japonais tels que la biennale d’Echigo-Tsumari et de Setouchi, en utilisant des projets artistiques ruraux pour promouvoir la fusion entre culture et voyage. L’objectif est d’espérer gagner la faveur des touristes urbains à travers des festivals d’art, des performances ou des paysages ruraux avec des spectacles, et de stimuler la demande économique avec la consommation de chambres d’hôtes ou de produits culturels touristiques et de dérivés artistiques. Du point de vue de la nature de l’art, il n’est pas impossible de classer « l’art construisant la campagne » dans l’art public. Mais il faudrait aussi prendre en considération certains liens historiques, y compris la relation entre « l’art populaire » d’autrefois et « l’art à la campagne » d’aujourd’hui ; il faudrait également réfléchir sérieusement dans ces projets impliquant des zones rurales, sur la relation entre la campagne, les villageois, l’art, l’artiste et le gouvernement. 

Je n’ai jamais pensé que la coopérative d’art de Yangdeng [le bourg Yangdeng se trouve dans la province du Guizhou] était une question d’« art construisant la campagne » ou de construction rurale. Lors de sa création en 2012, nous avons avancé un principe de « cinq nons » : il ne s’agit pas de construction rurale, de sorties culturelles à la campagne, de collection de coutumes folkloriques, d’assistance à la région au moyen de la culture et de l’art contemporain. Parce que nous ne savions pas quoi faire à ce moment-là, nous avons juste senti ce que nous ne pouvions pas faire. Contournez ce qui ne peut pas être fait et peut-être trouverez-vous ce que vous voulez faire.

WAN Li & CHI Xin’an : Titulaires d’un diplôme en architecture, nous avons tous les deux fait partie de la vague des « architectes partant à la campagne ». Cependant, au sujet de « l’art à la campagne » ou « l’art construisant la campagne », nous ne sommes peut-être pas les plus compétents pour en parler. L’objectif de notre travail est plutôt, à partir de l’intervention de l’architecture rurale, d’intégrer les connaissances professionnelles et les ressources humaines de plusieurs disciplines dans les universités. Pour cela, nous utilisons une approche stratégique et systématique visant à promouvoir la durabilité des villages dans les trois dimensions : environnementale, sociale et économique. L’objectif est d’améliorer l’environnement et les conditions de vie des populations rurales. Cela peut ne pas appartenir à la catégorie de « l’art à la campagne », du moins pas complètement.     

Carte mentale du Projet Bishan créée par Ou Ning pour l’exposition « Art and China after 1989: Theater of the World » (Du 6 octobre 2017 jusqu’au 7 janvier 2018, Solomon R. Guggenheim Museum, New York), conçue par Xiaomage/Chengzi, image donnée par Ou Ning.

En tant qu’initiateur d’un projet, pourquoi avez-vous décidé de pratiquer votre art dans un milieu comme la campagne ? Autrement dit, pourquoi avoir choisi un milieu rural ? Quelles sont vos motivations et vos attentes ?

OU Ning : Cela a commencé en 2005. Cette année-là, j’ai vu certaines réalisations de Wen Tiejun, spécialiste reconnu des problèmes ruraux, dans la ville de Dingxian au Hebei, et j’ai rencontré les architectes Hsieh Ying-chun et Huang Sheng-Yuan lors de la Biennale d’architecture de Shenzhen. Hsieh Ying-chun a participé à des projets de Wen Tiejun, et Huang Sheng-Yuan a également travaillé pendant de nombreuses années dans la campagne de Yilan, à Taïwan. À cette époque, j’ai commencé à en apprendre davantage sur la construction de la campagne, puis je suis allé chercher des livres sur la période de la République de Chine. Je me souviens qu’après avoir lu la biographie de Yan Yangchu, pédagogue chinois connu qui intervenait beaucoup à la campagne, à ce moment-là, j’ai été très ému. Je suis moi-même né à la campagne. Mais au début, j’avais le sentiment de détester ma ville d’origine. Depuis que je suis enfant, je sentais que ma ville natale était loin de la société dominante, avec des informations limitées et un manque de ressources culturelles. Alors j’étudiais désespérément et je voulais la quitter. Après avoir obtenu mon diplôme à l’Université de Shenzhen, vers 2000, j’ai commencé à changer d’idée. J’ai pensé que ma ville natale était assez importante. Toujours en 2005, je faisais un documentaire sur un quartier commercial connu appelé Dàshílànr 大栅栏 à Beijing. En regardant la population étrangère et les étrangers, j’ai soudain ressenti un fort sentiment d’identité. J’ai senti que j’étais en fait pareil à eux. Un jour que je tournais, j’ai soudainement reçu un appel de mon père, un appel très simple pour me souhaiter un joyeux anniversaire, mais cela m’a brusquement rappelé que j’avais encore une ville natale à plus de deux mille kilomètres. Mais aujourd’hui, cette ville n’a pas beaucoup changé depuis mon départ. De plus, plusieurs de mes frères et sœurs ayant échoué aux examens ont fini par être salariés à Shenzhen. Tout cela m’a fait penser que les problèmes à la campagne sont vraiment énormes, ce qui m’a poussé à y réfléchir. Les projets du documentaire San Yuan Li 三元里 et Dàshílànr m’ont fait comprendre que les problèmes des zones urbaines et rurales de la Chine sont en fait les deux faces d’un même problème. Après avoir pris connaissance des pratiques de Wen Tiejun, j’ai découvert un mouvement de reconstruction rurale brillant et vigoureux en République de Chine, qui m’a donné une référence historique, alors j’ai décidé de faire quelque chose. 

Rapidement, j’ai pensé à retourner dans ma ville d’origine. Mais celle-ci, comme je viens de l’indiquer, connaissait des conditions réelles encore très pénibles. Mes idées au stade embryonnaire auraient certainement rencontré beaucoup de frictions avec la réalité de la campagne, et la frustration aurait été très forte. Depuis 2006, j’ai souvent profité de diverses occasions pour me déplacer dans les zones rurales. Je suis allé dans celles du Jiangsu, du Sichuan et du Hebei. Il se trouve que deux amis poètes, Hanyu et Zheng Xiaoguang, tenaient une maison d’hôte à Bishan lorsqu’ils étaient au collège. Bishan appartenait à l’ancienne région d’Huizhou. Dans le passé, de nombreux marchands Huizhou, littéralement marchands Hui 徽商, sont nés ici. Bien qu’ils aient réussi dans les affaires commerciales, leur statut social, n’était pas toujours idéal. Par conséquent, les marchands Hui ont encouragé leurs enfants à étudier. Il n’existait qu’une voie pour entrer dans le système du pouvoir et gagner un statut confortable : être le lauréat des concours gouvernementaux. Dans ma ville natale, les gens attachent toujours une grande importance à l’enseignement et les coutumes populaires sont fortes. De plus, Bishan a un patrimoine architectural qui m’a séduit. J’ai donc choisi Bishan pour mon projet.

JIAO Xingtao : C’est une question qui est constamment posée. Il y a plusieurs raisons. Premièrement, en 2012, le marché de l’art contemporain chinois a connu une chute après la crise financière mondiale. Cela a eu une influence évidente sur l’art chinois contemporain, en particulier la sculpture. Toutes les sculptures iconiques, visuelles et colorées semblaient disparaître du jour au lendemain. Tout le monde a commencé à chercher des langages autres que la sculpture, comme les matériaux, les corps et les substances. Par conséquent, l’Arte povera en Italie et le Mono-ha au Japon ont été particulièrement recherchés par les sculpteurs à cette époque. En fait, j’ai clairement l’impression que ces mouvements ne sont qu’une étape temporaire dans le développement de la sculpture chinoise contemporaine. Bien que je ne puisse pas trouver de direction, je n’ai pas pensé qu’il fallait m’arrêter à ce genre d’exploration.

Deuxièmement, en 2012, la Biennale de Chengdu a lancé le thème Xishan qingyuan 溪山清远, littéralement « Vue claire et lointaine de rivières et de montagnes ». J’ai soudain découvert que de nombreux artistes contemporains ont commencé à copier ou à recréer les symboles des peintures chinoises anciennes de diverses manières. S’il s’agit de la culture traditionnelle chinoise, c’est trop superficiel, ou c’est devenu une chose symbolique et consommée. Cherchons-nous une continuation de la consommation de la culture chinoise après le mouvement artistique Political Pop qui a fusionné le pop art occidental avec le réalisme socialiste chinois au cours des années 1980 ? Je pense que s’il existe une culture traditionnelle chinoise, elle doit exister dans nos vies, dans notre vie quotidienne et nos habitudes, et pas seulement sous la forme de symboles. Sinon, ce n’est qu’un patrimoine culturel immatériel. Dans le processus d’adoption rapide de la mondialisation par la Chine, toute la vie urbaine est sans relief. Il nous est difficile de sentir que quelque chose enraciné dans la culture traditionnelle chinoise existe vraiment dans notre vie quotidienne. Alors j’ai pensé à l’époque que si cette habitude existait quelque part dans la vie quotidienne, elle pourrait exister dans les villages, loin de la vie urbanisée d’aujourd’hui. Bien sûr, une telle situation n’existe peut-être pas du tout, mais il faut tenter même si les essais échouent. [Confucius a dit que] si le rituel est perdu, alors il faut aller le chercher dans les peuples à la campagne. C’était une raison très importante pour déterminer si les racines de la culture chinoise existaient encore dans la campagne en dehors de la ville. De plus, j’ai découvert de nombreuses recherches sur la construction rurale pendant la République de Chine (de nos jours, ce sujet est devenu soudainement une étude très populaire) : entre 1928 et 1938, de nombreux intellectuels en Chine pratiquaient déjà la construction rurale, comme le mouvement de Lu Zuofu 卢作孚 à Beibei dans la ville de Chongqing, et l’expérience de Yan Yangchu 晏阳初 à Bishan. Ces contextes historiques m’ont aussi beaucoup éclairé.

Quatrièmement, c’était très spécial et c’était en lien avec la scène chinoise. Weibo, un site chinois de microblogage, était très populaire en 2012. Les internautes y discutaient de divers phénomènes de la réalité sociale en plein essor. Nous avons senti que le monde était sur le point de changer. Mais si vous allez au marché, vous ressentirez un sentiment de frustration et constaterez que rien n’a changé. J’ai pensé que chacun devait agir, ne pas seulement aimer et partager ces faits divers, ou crier des slogans. A cette époque, j’espérais surtout que l’art puisse vraiment passer à l’action et participer à la vraie vie. 

Ce qui précède sont les quatre motifs que j’avais à l’époque pour initier le projet, et c’est également par accident que je suis arrivé à Yangdeng. Au tout début, j’espérais surtout développer des activités artistiques dans des endroits où l’artisanat traditionnel chinois était encore très présent, comme Dazu à Chongqing, Jianchuan dans le Yunnan et Hui’an dans le Fujian. Je savais même qu’il y a un village dans le Henan qui est très doué pour la contrefaçon de bronze. Par curiosité, j’avais très envie d’y aller et de travailler avec eux. Mais à ce moment-là, l’un de mes étudiants, Lou Jin, m’a demandé si je voulais aller dans sa ville natale pour jeter un coup d’œil. Il y avait beaucoup de menuisiers. J’étais d’accord. Sa ville natale est le bourg Yangdeng dans le Guizhou, non loin de Chongqing, et il ne faut que trois heures et demie pour s’y rendre en voiture. Puis j’ai commencé à travailler avec quelques menuisiers dès que j’y suis arrivé, et c’était très intéressant. Dès le début de ce projet, il a été déterminé qu’« il y avait une direction, mais pas de but ». Nous ne voulions pas réaliser quelque chose concrètement, peu importait ce que nous voulions faire. Donc, comme j’ai senti que Yangdeng était le bon endroit et que les amis menuisiers ici étaient très bons, nous avons persévéré dans le projet pas à pas. Et ce projet se poursuit finalement à ce jour.

CHI Xin’an : Depuis mon master, j’ai commencé à participer bénévolement à la construction rurale. J’ai travaillé, dès le début du projet, à la fondation Wuzhiqiao 无止桥 visant à construire des passerelles dans la campagne pauvre et reculée ; j’ai ensuite rejoint le programme pour promouvoir la durabilité des villages intitulés « One University One Village », initié par le professeur d’architecture Edward Ng Yan Yung et la docteure Wan Li à l’Université chinoise de Hong Kong. Pendant une dizaine d’années, mes pratiques et travaux ont toujours été liés à la campagne. Au cours de cette période, la Chine a connu un développement urbain rapide, tandis que les zones rurales sont relativement à la traîne et manquent du soutien à long terme et efficace des professionnels. Il existe déjà suffisamment d’architectes et de paysagistes qui se concentrent sur le développement des villes. Alors, prêtons plus d’attention au développement de la campagne. 

WAN Li : J’ai commencé,  au cours de ma licence et donc avant Chi Xin’an, ma pratique à la campagne. Ma ville natale est un bourg de la province du Guizhou et la campagne n’est pas éloignée de ma vie. Si j’ai choisi la construction rurale aussi bien comme bénévole que pour ma carrière, c’est pour deux raisons principales. Premièrement, l’expérience rurale dans ma vie m’a beaucoup nourrie. J’ai toujours le sentiment que la campagne a sa propre valeur et son attrait. Deuxièmement, je vois les difficultés de la campagne. J’aperçois la possibilité de lui apporter ma contribution pour la campagne à travers ma formation. Bien évidemment, durant cette période, j’ai rencontré nombre d’enseignants très importants, comme des amis qui partagent les mêmes idées, et j’ai été grandement influencée par eux.        

Le premier projet du programme « One University One Village » a porté sur la reconstruction rurale après le séisme de 2014 dans le Yunnan. Dans un premier temps, nous avons réuni les spécialistes de la prévention des séismes et de la construction parasismique de l’Université de Cambridge et de l’Université des sciences et de la technologie de Kunming. Ils sont allés dans la zone de l’épicentre pour mener des enquêtes sur le terrain. Après avoir compris la situation réelle et les nombreux défis auxquels il fallait faire face, nous espérions non seulement reconstruire les maisons des sinistrés, mais aussi suivre une voie différente pour alléger le fardeau économique et le traumatisme psychologique des paysans et leur redonner confiance et espoir en l’architecture et en la vie rurales. Par conséquent, sous le prétexte d’améliorer la sécurité et le confort des bâtiments vernaculaires traditionnels et de répondre aux besoins physiologiques de base des villageois, nous avons employé « des matériaux locaux, des technologies locales et des artisans autochtones » pour reconstruire cette zone. Simultanément, nous avons également enseigné aux villageois ces moyens afin d’augmenter leurs revenus et leurs compétences. (En innovant ou en améliorant les bâtiments traditionnels en terre, nous avons considérablement augmenté leur résistance anti-sismique. Nous avons transmis aux villageois cette technique qui réduit le coût de construction et protège les caractéristiques locales.)

Formation des villageois à de nouvelle technique pour établir des bâtiments, cliché : Equipe « One University One Village ».

À quelles difficultés avez-vous été confronté durant cette pratique ? Et qu’avez-vous obtenu ? Quelle évolution a-t-elle engendré sur vous-même et sur la campagne ?

OU Ning : La question de l’espace politique était le plus gros problème rencontré par le « Projet Bishan », et c’était aussi la plus grande différence entre nous et la construction rurale en République de Chine. 

Par exemple, pendant la République de Chine, Liang Shuming 梁漱溟 s’est rendu à Zouping, dans la province du Shandong, pour construire à la campagne. À cette époque, le gouverneur de cette province, Han Fuju 韩复榘, pouvait directement remettre l’administration du comté de Zouping à Liang Shuming et le laisser faire des expériences. Liang Shuming a créé l’Institut de recherche en construction rurale du Shandong, traitant l’école comme un organe administratif en même temps, mettant en œuvre la soi-disant « intégration de la politique et de l’éducation ». L’Institut est un collège qui forme des cadres. Une fois les cadres formés, ils seront envoyés dans la campagne qui dépend de ces secteurs. Une fois que ces gens seront partis pour la campagne, ils dirigeront de nombreuses écoles, et ces écoles deviendront les centres administratifs des villages. 

Pendant la République de Chine, le pouvoir du gouvernement central n’était pas aussi efficace. A cette époque, c’était encore un état de décentralisation. En termes simples, ils étaient des seigneurs de guerre chinois. Si un seigneur peut soutenir ce que construisent les d’intellectuels dans sa zone administrative, il peut disposer d’un espace politique très large. Mais nous sommes maintenant confrontés à une situation complètement différente. La structure autoritaire est profondément enracinée. Le comité de village et le gouvernement de base dans chaque village sont très puissants. Cette structure administrative n’est pas seulement destinée à la collecte des impôts, mais aussi au contrôle social et à la discipline. Dans une telle situation, si l’on veut stimuler la volonté personnelle des agriculteurs, le gouvernement local pourrait considérer que cela constitue un risque d’instabilité.

En fait, je me suis rendu compte très tôt que si nous voulions entrer dans un endroit inconnu ou dans une zone rurale, il fallait avoir de bonnes relations avec le gouvernement local. Dès le début, nous avons pris l’initiative de faire connaissance avec le secrétaire du comité local du parti. Ce dernier était relativement ouvert à ce moment-là. Il a été très favorable à nos idées. C’est pourquoi le Bishan Harvestival 碧山丰年祭 a vu le jour en 2011. En 2012, ils nous ont même offert le festival officiel de la photographie du district Yixian. Mais les fonctionnaires de base sont très volatiles, et nous pouvons avoir des problèmes d’expression lorsque nous faisons des plans. Selon eux, certains propos sont trop éloignés de la direction du parti. Si votre voix est trop forte, ils craindront que le pouvoir du peuple éclipse le parti et le gouvernement. C’est la plus grande leçon que le « Projet Bishan » m’a apprise. Peu importe ce que vous faites, vous devez partager vos réalisations avec le gouvernement local, dans le cadre politique local. Je ne connaissais pas bien cette mesure. Bien que j’aie réalisé que je devais travailler en étroite collaboration avec le gouvernement local, le « Projet Bishan » a donné aux gens le fort sentiment d’un projet non officiel. C’est en fait très contradictoire. D’un côté, je me rends compte qu’il faut coopérer avec le gouvernement local, mais d’un autre côté, il faut garder une certaine distance. Je ne veux pas que ce que nous fassions soit englouti par le cadre administratif. Bien que le « Projet Bishan » ait cessé, l’une des choses qu’il m’a apportées est que la recherche utopique qui l’a accompagnée est maintenant devenue un grand projet d’écriture pour moi. Depuis deux ans, j’écris un livre intitulé Utopia Fields, qui couvre les pratiques communautaires alternatives à travers le monde depuis le XIXe siècle. En réalité, la construction rurale et l’utopie sont aussi liées en un sens. Lorsque nous étudions les utopies historiques, nous constatons que nombre de ces pratiques ont eu lieu dans des zones sauvages, dans certaines zones rurales reculées et des endroits éloignés du courant dominant. De plus, on peut également considérer la construction rurale en République de Chine comme une pratique utopique, car c’est une action possible lorsque les zones rurales de la Chine sont confrontées à une crise. C’est essentiellement une utopie : insatisfaite de la réalité. Cherchez ensuite une autre possibilité.

JIAO Xingtao : En pratique, le plus gros problème était que nous ne savions pas quoi faire, les villageois ne savaient pas quoi faire et ils ne savaient pas ce que nous voulions faire. Nous n’avions qu’une vague direction, mais personne ne savait exactement quels objectifs nous voulions atteindre, et quels effets nous voulions produire. Par conséquent, dans ce processus, nous avions toujours adhéré au but de ne pas avoir d’effets spécifiques et de ne pas apporter d’objectifs spécifiques. Alors comment se déroulait notre pratique ? Il s’agissait de construire des relations intéressantes entre les gens. Nous travaillions avec des amateurs d’art locaux, créions des histoires intéressantes avec eux, créions des mondes intéressants, puis établissions une relation plus étroite avec eux. Tout cela afin qu’ils pensent que nous sommes des gens inoffensifs, qu’ils pensent que les artistes peuvent apporter de la joie, qu’ils ne font peut-être pas d’argent, mais qu’ils peuvent faire des découvertes intéressantes. Cela peut être plus intéressant.

Quant à la réussite, je ne pense pas qu’on puisse en parler. La chose la plus précieuse est probablement la persévérance. Ce projet n’est peut-être qu’une manière de pratiquer l’art contemporain chinois, y compris la relation entre l’art et la vie, le système artistique lui-même, les enjeux spécifiques de la campagne, en soulevant quelques questions et en apportant quelques idées. Quant aux changements dans la campagne elle-même, le gouvernement est de la plus grande aide. Nous n’avons vraiment rien changé. Ce que nous pouvons vraiment changer, c’est la relation entre plusieurs personnes et la possibilité de grandir ensemble avec des amis locaux. Au cours de la dernière décennie, j’ai l’impression que Yangdeng est devenue ma ville natale spirituelle. C’est peut-être le plus gros changement. 

Ces pratiques ont aussi un effet très éclairant sur ma propre création artistique, qui me permet de recomprendre la relation entre l’art et la vie. Le monde de la vie et le monde de l’art sont-ils si distincts ? L’art doit-il être produit dans un musée et certifié avant de pouvoir prendre effet à travers ce système artistique ? Quelle est donc la relation entre l’art et la réalité d’aujourd’hui ? Surtout depuis l’épidémie, vous constaterez que c’est ce genre d’art qui peut être le premier à se diffuser en ce monde. Donc, si l’art doit devenir un élément indispensable de la vie humaine, il doit vraiment participer à notre vie quotidienne. Ce sont quelques-unes de mes opinions personnelles.

CHI Xin’an : Initialement, nous rencontrions encore de nombreux obstacles lors de notre communication avec les villageois et les services gouvernementaux de la municipalité. Notamment, nous ne pouvions pas percevoir rapidement les besoins réels des villageois et il était difficile de leur faire comprendre les termes ou concepts architecturaux. Il existait un processus de transformation mutuelle ou de traduction de la cognition. Avec la participation d’enseignants et d’étudiants de différentes professions dans l’équipe, et après des années d’exploration, nous avons pu résoudre ces problèmes sereinement. Durant ces périodes, de grands changements ont eu lieu dans les campagnes. Les jeunes qui ont grandi à la campagne sont revenus dans leur village d’origine après avoir fait leurs études en ville : ils ont combiné leurs connaissances avec leurs contacts locaux et ont largement contribué à la construction et au développement de la campagne. C’est une force importante dans le développement rural. 

WAN Li : La réalisation des projets ruraux est en fait assez aléatoire, ou dépend du destin. Au cours des dix dernières années, nous avons enquêté sur plus de cent projets, et seuls quelques-uns ont pu être menés à terme. Cela peut être dû à notre mode opératoire fondé sur les villageois. Nous considérons ce travail comme un apprentissage mutuel et une co-création entre villageois et professionnels, plutôt qu’une production unilatérale par une partie et une acceptation passive par l’autre partie. Par conséquent, la volonté et la capacité des villageois est un facteur très important pour déterminer la direction du projet. Le rythme du projet doit également être conforme aux conditions réelles du folklore, du climat, des rythmes agricoles et d’autres aspects. Le cycle peut être long ou court, avec une grande souplesse. De plus, étant donné que le projet « One University One Village » est constitué par une équipe de recherche scientifique, nous espérons également qu’il pourra suivre des méthodes et une logique scientifique et systématiques, et porter la contribution sur le domaine de la recherche et le développement rural lui-même. Cela signifie également que les différentes parties prenantes impliquées dans le projet peuvent communiquer efficacement et parvenir à un consensus dans une certaine mesure. Le public pense souvent que les professionnels vont à la campagne pour apporter leur contribution, mais je pense que mes propres changements et bénéfices dans ce processus sont très importants. De la jeunesse à l’âge mûr, c’est la pratique rurale qui a aiguisé mon courage et ma résilience. Qu’il soit académique ou personnel, le milieu rural m’a façonnée et nourrie. Les enfants avec les fesses nues qui jouaient sur les chantiers ruraux sont maintenant grands et commencent à explorer leur propre chemin dans la vie. Les artisans ont cessé d’être timides et ne manquent plus de confiance : ils prennent la parole, ne se contentant plus d’écouter les ordres, mais ont leurs propres idées et créations pour la technologie. Sous la bâche rouge, blanche et bleue après le tremblement de terre, le grand-père et la tante aux yeux éteints peuvent désormais se lever pour accueillir les invités étrangers qui visitent leur village et étudient chez eux. Ce sont de vrais changements qui sont arrivés à chaque personne ordinaire.

Projet de démonstration de reconstruction post-catastrophe dans le village de Guangming dans la province du Yunnan, réalisé par l’équipe du projet « One University One Village », cliché : Wang Ce.


Schéma de conception du projet de démonstration de reconstruction post-catastrophe dans le village de Guangming au Yunnan, cliché : Wan Li et Chi Xin’an.

Comment traiter le problème de l’« agentivité » ? Autrement dit, comment respecter la volonté, l’identité, l’individualité voire l’initiative des villageois ? Est-ce que vos activités ont été remises en cause ?

OU Ning : L’« agentivité » est bien sûr la question la plus importante et la plus essentielle dans la pratique de la construction rurale. Le problème de l’agentivité existe car notre mode de travail est d’entrer dans un village rural inconnu de l’extérieur, et de participer à la vie locale en tant qu’étranger. Toutes sortes de relations vont se nouer là-dedans, il n’y a pas trop de problèmes dans la vie quotidienne et je m’entends très bien avec les villageois. Cependant, lorsque vous le considérez comme un projet de construction rurale, vous devez faire face à la question de la construction de l’agentivité. Il semble que le plus gros problème dans les zones rurales chinoises est la perte d’agentivité des agriculteurs. Si vous voulez vous engager dans la construction rurale et résoudre des problèmes, vous devez reconstruire cette agentivité.

La soi-disant perte d’agentivité est due au fait que la valeur de la ville occupe un poids important dans le courant dominant de la société. Tout le monde pense qu’une vie réussie se passe en ville, donc les agriculteurs se sont toujours méfiés de leur propre mode de vie. Ils se sentent agriculteurs, vivent dans une maison à la campagne, et vivre à la campagne est sans espoir, surtout pour leurs descendants. Par conséquent, ils ne peuvent pas construire leur confiance en eux à travers leur vie rurale. Toutes les ressources et tous les talents sont absorbés par la ville. Ils estiment, de nos jours, que la ville est signe de réussite dans la vie. Ainsi, de nombreux jeunes iront travailler dans les villes et de nombreux parents ruraux espèrent que leurs enfants réussiront dans les villes. Ce manque de confiance en la vie rurale est une manifestation du manque d’agentivité. À la campagne, les agriculteurs ne songent pas à se procurer chaque jour quelque chose, à donner libre cours à leur initiative, comme si tous leurs efforts visaient à entrer dans la vie urbaine. C’est le manque d’agentivité. 

La manifestation la plus simple de l’agentivité est la confiance en soi dans la vie rurale. C’est très important, mais c’est très compliqué et difficile à réaliser, parce qu’il existe encore de grandes différences entre la classe intellectuelle et les gens ordinaires. Par exemple, nous nous intéressons à l’histoire, aux bâtiments anciens, aux différences régionales et avons même tendance à être nostalgiques. Mais les gens ordinaires sont différents de nous. Ils aiment juste les choses modernes et veulent une vie pratique. Vous dites qu’ils n’ont pas un fort sentiment d’identité à travers la protection de l’histoire. C’est la différence. Et cette différence fait que la construction rurale est confrontée à de grandes difficultés. 

Lorsque je travaillais sur le « Projet Bishan », j’ai toujours pensé que nous devions parvenir à un état de coexistence entre plusieurs sujets. Qu’ils soient agriculteurs ou intellectuels, ils ont leurs propres forces et faiblesses. Étant au même endroit et dans le même espace, chacun devrait apprendre des forces de l’autre. Nous devions essayer d’activer l’agentivité des villageois. En prenant Bishan comme exemple, pourquoi tant de beaux bâtiments d’Huizhou sont apparus ici, et pourquoi la culture clanique a pu y construire une si magnifique salle des ancêtres. Cela montre que leur créativité dans l’histoire a été très puissante. Par conséquent, j’ai moi-même toujours cru à la créativité du peuple, y compris dans de nombreux projets que je mène aujourd’hui qui mettent l’accent sur leurs talents. Ce que nous faisons n’est pas de les changer, mais d’apprendre d’eux, ou de créer des plateformes, afin que la créativité de la société d’en bas puisse éclater. Dans ce processus, nous engagerons les villageois en faisant des activités culturelles, en espérant qu’ils montreront leurs talents, leur créativité sur la plate-forme que nous avons créée et qu’ils gagneront en agentivité.

JIAO Xingtao : Le soi-disant problème d’agentivité, en particulier, dans la pratique de Yangdeng est de considérer comment les villageois voient leurs changements, ou comment le village veut que cela change. Ce point est très important. Par exemple, entre 2014 et 2015, Yangdeng a remporté une  subvention et a bétonné toute la rive du fleuve. Certains artistes estimaient que ce projet détruisait l’environnement naturel de la rive et l’enlaidissait. Nous avons discuté de ce sujet et une brève enquête a été menée localement. Nous avons interrogé plus d’une dizaine d’habitants au hasard. Ils ont tous donné un avis très favorable au projet car ils voulaient vivre comme des citadins. La discussion a finalement abouti à répondre négativement à la question de savoir si le village devait satisfaire une certaine vision nostalgique : les artistes espèrent que les villageois vivent dans un hangar au toit de chaume, ou dans certaines maisons très esthétiques mais dans de très mauvaises conditions. Est-ce correct ? Les villageois aspirent à des conditions de vie modernes et urbaines et souhaitent vivre dans une maison en forme de boîte en ciment sans souci du sentiment esthétique de l’artiste. Leurs exigences ne devraient-elles pas être respectées ? Face aux mutations du paysage, le plus important n’est pas l’esthétique, mais le respect de la logique de son apparition. Qu’il s’agisse de transformation du paysage, de l’industrie ou du changement humain, il doit y avoir une logique interne, la plus importante. Et nous, artistes, ne devons rien faire de plus que suivre cette logique et chercher un point de connexion avec l’art sur cette prémisse. 

Je pense que ce respect mutuel entre les deux partis est la meilleure façon de traiter la question de l’agentivité. L’artiste n’est que l’initiateur, et ce rôle est son plus grand droit dans ces projets artistiques ou événements artistiques. Mais après le lancement, le résultat final du projet, ce n’est pas quelque chose que les artistes doivent mener ou encadrer. Ils doivent être très ouverts aux accidents qui continuent de se produire au cours des projets. Ce sont les différents participants qui vont donner à ces projets ou événements artistiques leur apparence finale. Je pense que ce genre d’art est intéressant. Si les projets artistiques à la campagne ne peuvent pas apporter d’avantages matériels aux habitants, alors cela doit être au moins amusant pour eux. Ceci est de la plus haute importance. Le plaisir lui-même les conduit à changer leur point de vue sur la culture, la vie et le monde qui les entoure. 

L’exemple le plus typique concerne un arbre à côté de notre studio. Nous avions un studio à l’époque, qui servait de lieu où les artistes pouvaient rester, discuter et collecter des matériaux. Cette maison était très proche du terrain voisin. Le fermier nous a dit que notre noyer avait poussé au-delà des limites, bloquant la lumière du soleil sur son champ, et de ce fait, empêchait les cultures de son champ de bien pousser. Il fallait que nous coupions les branches de cet arbre. C’était sa demande. Nous avons installé un échafaudage et coupé l’arbre à ras. C’est comme si nous avions abattu un avion d’un coup de couteau. C’était à nous de décider comment abattre l’arbre, et nous avons également répondu aux exigences des résidents d’à côté. Je pense que c’est cela la forme de l’art dans la vie. 

Projet « Retrancher les branches d’un arbre », 2012, cliché : Jiao Xingtao. 

Quant aux disputes et aux doutes du monde extérieur, nous ne les avons pas rencontrés. Yangdeng est vraiment connu du grand public, probablement en raison d’un discours que j’ai prononcé en 2017 à Yixi – une série de conférences chinoises organisées comme TED. Après cela, « à quoi servez-vous » est devenu une question à laquelle nous répondons souvent. Oui, nous sommes inutiles. Il nous est impossible de répondre directement aux besoins matériels de la population locale, et nous ne pouvons pas non plus apporter de changements spécifiques à l’apparence de la campagne. Ce que nous pouvons changer, c’est le moral des habitants et apporter à tout le monde un quotidien amusant et intéressant. L’artiste trouve ça intéressant là-bas, et les villageois trouvent également intéressant de jouer avec nous. Que faut-il apporter d’autre ?

WAN Li : L’agentivité des villageois est l’une des valeurs rurales que notre équipe valorise particulièrement. L’architecture, la culture et l’art sont tous créés et transmis par le peuple, et ils le sont aussi pour le peuple. Je suis tout à fait d’accord avec les mots de l’architecte allemande Anna Heringer : « Architecture is a tool to improve lives ». Dans le concept de développement durable, la durabilité économique et sociale est indissociable de l’agentivité humaine. Bien sûr, notre travail a également rencontré de nombreux doutes, comme penser que nous « faisons du bien public, pas de l’architecture », ou penser que « la construction en terre ne peut pas être encouragée et cela ne constitue pas une solution d’avenir », etc. En fait, tout cela implique une question : comment évaluer les avantages et les inconvénients de l’architecture rurale ? Quels types de bâtiments sont « bons » pour la campagne ? C’est justement le sujet de ma thèse de doctorat. Les résultats de cette recherche ont été utilisés pour guider la pratique des projets de notre équipe, je n’ai donc aucun doute là-dessus. Grâce aux liens établis avec d’innombrables villageois, travailleurs de base, experts, bénévoles et équipiers, après avoir vu la croissance et les changements réels de chaque personne, je suis indifférente aux voix extérieures qui expriment des doutes.

D’après votre expérience personnelle, comment les étrangers peuvent-ils participer efficacement à la construction de la culture et de l’environnement locaux ?

OU Ning : Permettez-moi de donner un exemple spécifique, celui de l’ouverture d’une librairie et d’une chambre d’hôtes, littéralement minsu 民宿 en chinois. C’est ce que faisait le « Projet Bishan » dans les premières années, et ce genre de « librairie + minsu » semble définir un mode de base de la construction rurale. Mais jusqu’à aujourd’hui, le fonctionnement de la librairie Bishan à la campagne est très différent de celui de certaines librairies rurales parce qu’il est maintenant profondément entré dans la vie des villageois. La majorité d’entre eux s’y rendent souvent pour lire et de nombreuses activités leur sont proposées. Dans la librairie, il y a un vieil employé local nommé Wang Shouchang. Il était le directeur du village de Bishan. Après sa démission, il est devenu librairie. Wang Shouchang aime beaucoup peindre des paysages de Bishan. Ces peintures sont transformées en cartes postales par la librairie, et elles se vendent très bien. Grâce à la librairie, le talent de Wang Shouchang a été exposé, ce type de coopération respecte strictement les droits d’auteur, et la librairie lui verse régulièrement des redevances. Il y a aussi un vieil homme nommé Yao Lilan. Il était à l’origine un enseignant à la retraite. Après que nous soyons allés à Bishan, il a commencé à créer son propre atelier, bien habillé, prenant des photos partout. Il y avait des voyages d’études, et il a pris l’initiative de les guider. Avant notre arrivée, il n’était en fait pas aussi dynamique. Le « Projet Bishan » lui a donné des ailes. Plus tard, il a également rassemblé les chansons et les proverbes folkloriques du district de Yixian, qu’il considérait comme étant son travail. 

Intérieur de la librairie Bishan, source Internet.

Yao Lilan dans l’atelier, cliché : Xu Kuangzhi. 

Notre minsu est différent de nombre de chambres d’hôtes rurales actuelles. De nombreux jeunes de Bishan travaillent à l’extérieur et de nombreuses maisons sont vides. J’ai mobilisé des villageois pour nettoyer les maisons vacantes sans dépenser d’argent en rénovation. Il faut seulement nettoyer un peu les toilettes, puis nous utilisons Airbnb pour les aider à trouver des clients. C’est une vraie famille d’accueil, et son corps principal est constitué des villageois. À l’époque, nous avons préconisé des familles d’accueil sans service, c’est-à-dire que si vous vivez dans la maison d’une famille de villageois, vous mangez avec eux, vous pouvez faire ce qu’ils font habituellement. Tous les revenus de la famille d’accueil sont transférés aux villageois. À ce moment, Airbnb n’était pas encore entré en Chine et ne collectait pas de devises étrangères. Chaque fois que je recevais l’argent, je l’échangeais en Renminbi pour les villageois. Les chambres d’hôtes actuelles sont en fait devenues une industrie, une entreprise dédiée au service des touristes. Elles ne s’appellent pas vraiment des minsu, ce ne sont que des variantes d’hôtels. De plus, le grand capitalisme pénètre dans les zones rurales reculées, de nombreux minsu sont esthétiquement sans rapport avec l’endroit où ils se trouvent. De telles « chambres d’hôtes » se sont éloignées du sens des minsu

Les exemples que j’ai cités ci-dessus ont tous suscité l’agentivité des villageois. Réellement, plus il y a d’influences extérieures, plus il est probable que la personnalité  des villageois se développe sous la stimulation d’étrangers. Nous avons besoin d’une plate-forme ou d’une opportunité pour faire entendre leur voix. En fait, il existe de nombreux sujets d’auto-création dans les zones rurales.

JIAO Xingtao : Depuis sa création en 2012 et pendant les cinq ou six années suivantes, les membres de la coopérative d’art de Yangdeng ont été un nombre fixe d’une dizaine personnes. En fait, c’est un groupe artistique qui n’a fondamentalement pas été ouvert au monde extérieur. Après 2018, davantage d’artistes ont progressivement participé. La raison en est que nous ne voulions pas que les artistes fassent des créations particulièrement sensibles et superficielles après un court séjour dans la région par curiosité ou caprice. 

Le cœur du changement dans l’environnement rural est d’établir des liens humains. La plus grande réussite de la coopérative d’art de Yangdeng est qu’elle a formé, en près de dix ans, trois artistes amateurs locaux. Ces trois personnes sont très créatives et n’ont jamais été touchées par l’art contemporain :  ce sont Linghu Changyuan, Guo Kaihong et Xie Xiaochun. Établir le contact avec eux, je pense que c’est notre plus grande réussite. 

WAN Li & CHI Xin’an : Pour développer et mettre à jour un système, il faut des entrées et des sorties. Si le système rural est en difficulté, alors l’injection de capitaux étrangers, de ressources humaines, de connaissances et de technologies sont des facteurs nécessaires pour aider le village à se sortir du pétrin. Mais comme mentionné précédemment, ce type de soutien est fondé sur les villageois en tant que corps principal, les contributions multipartites et la co-création. Cela signifie que les étrangers doivent avoir suffisamment de temps et de patience pour établir un contact avec le corps principal du village fondé sur la confiance, la compréhension mutuelle et le soutien. C’est un peu comme sortir de sa zone de confort et trouver une zone de confort plus grande. Sans cette fondation et sans ce processus, ce type d’intervention peut être déroutant et gênant tant pour les étrangers que pour les villageois. Par conséquent, l’efficacité des projets sera affectée par l’établissement des objectifs, du rythme et du positionnement de l’intervenant.

La sculpture en bois réalisée par un villageois Guo Kaihong, cliché : Jiao Xingtao.

Quels sont les dilemmes auxquels les campagnes chinoises sont actuellement confrontées ?

OU Ning : Maintenant, avec la poursuite de la promotion de la politique de revitalisation rurale, vous constaterez que le pouvoir du secteur privé diminue. De nombreux projets en construction rurale sont commandés par le gouvernement. Le pouvoir du peuple est donc absorbé et avalé, et nombre de personnes sont transformées en constructeurs professionnels de villages. Ces derniers sont mobiles. Ils peuvent réaliser un projet dans ce village puis en reprendre un autre dans le village suivant. La construction rurale est devenue une construction urbaine professionnelle mobile. À l’époque, ma famille tout entière a déménagé à Bishan : j’ai envoyé mes enfants à l’école primaire locale, j’ai emmené mes deux parents et je suis devenu un nouveau villageois de Bishan. C’est totalement différent. En termes simples, la construction rurale professionnelle consiste à prendre en charge le travail du gouvernement et à le faire bien. Le « Projet Bishan » était un exemple très solitaire dans les premières années. C’était complètement spontané. Personne ne m’a invité, personne ne m’a confié de tâche ni engagé. Je devais trouver moi-même des ressources et un financement, et même utiliser mes économies pour mener à bien mon projet. Aujourd’hui, la politique de revitalisation rurale a réuni diverses ressources pour former un vaste système d’absorption. Toutes les personnes du secteur privé impliquées dans la construction rurale sont maintenant effectivement employées par le gouvernement. De nos jours, non seulement il n’est plus nécessaire d’entamer des recherches pour collecter des fonds, mais cela peut même générer des revenus. La revitalisation des campagnes menée par le gouvernement devient parfois une discipline politique, voire une discipline esthétique. Ainsi, bien que la construction rurale soit devenue populaire aujourd’hui, du moins de mon point de vue personnel, c’est loin de ma volonté initiale.

De plus, dans le cadre de la grande politique de revitalisation rurale, diverses ressources sont coordonnées par l’État, notamment un important capital commercial, ce qui fait de la construction communale une réaffectation des ressources. Puisqu’il y a des restaurants haut de gamme dans les villes, il doit y avoir des restaurants haut de gamme à la campagne. Mais la véritable construction rurale n’est pas seulement la redistribution des ressources, ce n’est pas seulement la redistribution de certaines ressources de la ville vers la campagne. La vraie pratique est encore une construction subjective comme indiqué précédemment : comment laisser les villageois à leur place à la campagne. Cela est, me semble-t-il, le véritable sens de la construction rurale. 

Si vous redistribuez simplement certaines ressources et transformez la campagne en un lieu de consommation pour les citadins, en particulier dans le cadre d’un tourisme culturel, cela peut facilement devenir une sorte de consommation touristique. C’est en fait loin de l’intention initiale de la construction rurale. De nombreux restaurants, galeries d’art et librairies soi-disant haut de gamme ne peuvent pas activer l’agentivité s’ils ne sont pas gérés par les villageois eux-mêmes, ou ne sont pas reconnus et fréquemment utilisés par les villageois. Mais ce sont des idées concrètes. Par exemple, l’ouverture d’un restaurant haut de gamme ou d’une boutique-hôtel fera sentir qu’au moins en termes de conditions matérielles, la campagne et la ville sont égales. Cette redistribution des ressources peut être facilement diffusée à travers des images, des vidéos, visibles par tous, et le gouvernement peut récolter ses fruits politiques. Cependant, la majorité des villageois ne sont pas partie prenante. La plupart d’entre eux ne peuvent pas percevoir ces éléments, et ces éléments ne sont pas très pertinents pour leur vie quotidienne. Mais maintenant, cela est devenu un courant dominant.

WAN Li & CHI Xin’an : Les zones rurales de la Chine sont très complexes et diversifiées, et il est difficile de généraliser. En fait, nous avons toujours été prudents en parlant du concept de « la construction de la campagne ». Le dilemme ici et là est souvent différent, et la construction de la campagne ici et là est également souvent différente. Dans les zones rurales pauvres du sud-ouest de la Chine où nous travaillons souvent, les transports sont peu pratiques, l’économie est sous-développée et un environnement écologique relativement fragile s’accompagne souvent de nombreuses catastrophes naturelles. Le modèle de construction rurale qui repose principalement sur un soutien externe échoue souvent dans ces domaines et peut avoir des effets à court terme, mais la durabilité est relativement faible. Mais nous ne pensons pas que ces obstacles soient difficiles à surmonter. Dès que les vrais problèmes sont identifiés, le changement s’est déjà produit. Ce qui est vraiment difficile à changer, c’est la perception et l’impression inhérentes au public. Ce changement demande aussi du temps et de l’énergie. Il en est de même pour les villes et les villages. Cependant, trouver une issue dans les zones rurales pauvres nécessite des méthodes scientifiques et une pensée innovante, et cela doit également remettre en question la cognition et l’impression inhérente aux intervenants étrangers et des villageois locaux. C’est aussi la raison pour laquelle nous mettons l’accent sur une série de détails opérationnels tels que l’ajustement des rôles, l’établissement de liens et de confiance, la démonstration d’abord, l’apprentissage par la pratique, la participation volontaire et les principes d’encouragement.

Plusieurs années de pratique dans la campagne vous apportent-elles de nouvelles réflexions ? Avez-vous de nouveaux projets ou de nouvelles réflexions pour l’avenir ?

OU Ning : La plus grande inspiration que Bishan m’a donnée au cours des six dernières années est d’approfondir ma croyance en la créativité des personnes dites ordinaires, ou de la classe inférieure. Les exemples que j’ai donnés m’ont tous convaincu que chaque terroir se forme en réalité par l’accumulation et l’évolution de l’histoire et la combinaison de la création contemporaine. Alors maintenant, dans chaque projet que je mène, j’insiste pour réduire la présence des artistes, des commissaires d’expositions et des architectes. J’espère qu’ils ne pourront jouer qu’un rôle stimulant. Il ne s’agit pas de mettre en valeur les artistes que j’ai amenés d’ailleurs, ni de montrer leur style ou  leur esthétique, mais de permettre à ces ressources artistiques de former un mécanisme stimulant. Ce ne sont pas eux les protagonistes, mais les villageois. Le projet de rénovation de Dacaoping 大草坪, littéralement la Grande Pelouse, que je mène à Chengdu en est un exemple typique. Il y avait un parking sous la Grande Pelouse et de nombreuses sorties pour piétons et sorties de voiture ont détruit l’intégrité de cet ensemble : ces issues étaient particulièrement laides, de sorte que le gouvernement local a dû les rénover. En fait, la transformation physique et l’optimisation visuelle ne sont pas un problème pour les artistes, les designers et les architectes. Mais je demande aux participants de ne pas utiliser cet endroit comme leur propre lieu d’expositions pour montrer leur soi-disant créativité, mais à travers certains bâtiments ou installations temporaires, de laisser les habitants les utiliser. Et sur cette base, les laisser se développer pour former un nouveau « terroir », faisant de ce lieu un endroit où ils aiment aller, un lieu avec un sentiment d’identité. 

J’ai commencé à retravailler fin 2020 et j’écris des livres depuis deux ans. Quand j’ai repris le travail, j’avais beaucoup de nouvelles idées et je devais faire quelque chose de différent. Par exemple, le projet sonore que j’ai réalisé à Suzhou visait en fait l’environnement de l’art et le mécanisme d’exposition actuels. Le modèle actuel de production d’expositions est trop circonstanciel ; j’invite donc les professionnels qui n’ont aucune formation artistique à participer via un recrutement ouvert. Par ailleurs, le choix du médium sonore est aussi une réponse à l’hégémonie visuelle actuelle. Bien qu’il y ait des projets ruraux qui me demandent, si je ne peux pas inventer une nouvelle méthode de travail, un nouveau concept, un nouveau discours dans ces projets, ou si je dois rester au niveau de « l’art construisant la campagne », je ne suis pas intéressé. Ce n’est que lorsqu’il est possible d’inventer de nouveaux concepts, discours et méthodes que je peux reprendre le travail rural. La revitalisation rurale est trop populaire maintenant. Il semble que tant que nous faisons quelque chose à la campagne, nous pouvons appeler cela « construction rurale ». Mais le noyau le plus important de la construction rurale est l’agentivité. Pour y parvenir, nous devons peut-être encore inventer de nouveaux modèles, au lieu de toujours utiliser les anciens.

JIAO Xingtao : Aujourd’hui, de nombreux changements ont eu lieu chez les habitants de Yangdeng. Ils ont de plus grandes attentes. Ils peuvent penser que cette méthode de la coopérative d’art Yang Deng est inutile, inefficace et incapable de répondre aux besoins réels. 

Pendant tant d’années, nous avons maintenu une sorte de « lien faible » avec le gouvernement local, ce qui signifie que si je ne prends pas l’initiative d’aller le trouver, s’il vient à moi, je ne refuserai pas ; je l’aide pour ce qui est faisable. Je lui dis clairement ce qui n’est pas possible. Ainsi, le gouvernement local ne sait pas ce que nous faisons depuis tant d’années, ni à quoi nous sommes utiles. Il sait au moins que nous sommes inoffensifs. C’est pourquoi notre projet peut durer depuis près de dix ans dans cette petite ville, et il est très important de pouvoir s’entendre avec lui. Mais maintenant, les attentes du gouvernement à notre égard sont de plus en plus fortes. Une demande aussi forte a changé la relation que nous avons toujours entretenue avec lui, et elle est susceptible de changer l’intention initiale de se connecter avec des personnes spécifiques et la nature folklorique que nous avons toujours soulignées. L’intervention du gouvernement signifie que nombre de choses auront des délais, des objectifs, des performances et une évaluation. C’est précisément ce que nous sommes le moins disposés à faire. Yangdeng appartient au district de Tongzi dans la ville de Zunyi dans la province de Guizhou. Cette année, le responsable du musée d’art de Zunyi espère surtout organiser une exposition sur le projet Yangdeng. J’hésite beaucoup à la faire. Si cette exposition devient purement une affaire de musées d’art, est-ce que cela va à l’encontre de l’intention originelle de notre projet ? Mais si je refuse, cela semble aller à l’encontre du désir ardent du gouvernement local. C’est effectivement très contradictoire.

Je ne pense pas clairement à l’avenir. Je pense juste que nous finirons quand il le faudra. Par exemple, les artistes trouvaient que l’endroit était complètement ennuyeux, et quand c’est devenu un travail à temps partiel pour le gouvernement, nous n’avons pas voulu y aller. OK, la coopérative d’art Yangdeng a pris fin. Ou les habitants ou le gouvernement municipal ne veulent plus que nous soyons là, et sentent que nous freinons leur aspiration à une vie meilleure, bien sûr, nous pouvons partir. En fait, nous n’avons pas besoin de juger de ce qui se passera dans le futur. Il suffit de suivre.

WAN Li : Au fil des ans, je suis passée d’une réflexion sur la façon dont les architectes conçoivent l’architecture rurale à une réflexion sur la question de savoir si la campagne a besoin d’un architecte et de la conception architecturale au sens général. De la réflexion sur ce qu’est une conception architecturale classique à la réflexion sur la valeur de l’architecture vernaculaire, sur ce qu’est la principale force motrice du développement rural. Il semble maintenant que l’accent et les problèmes de pensée se soient progressivement déplacés d’eux-mêmes vers les villages et les villageois.

En tant que mère de deux enfants, j’ai découvert le concept de « Scaffolding Instruction » dans le processus d’apprentissage de la psychologie et des connaissances parentales. Amener progressivement à approfondir, afin que les apprenants eux-mêmes puissent petit à petit grimper le long de « l’échafaudage », se construire régulièrement et développer constamment de nouvelles capacités. Cela nécessite de rester proche de la langue de l’apprenant, de prêter attention à la position de la cognition de l’autre, puis de guider. Je pense à l’échafaudage quand je pense à mon rôle ici. En fait, il s’agit plutôt de construire des échafaudages pour les villageois et le développement durable des villages. L’échafaudage lui-même ne peut exister seul. Et il n’existera pas pour toujours. Il y aura un jour où il sera démoli. Mais personne ne peut nier la valeur de l’échafaudage. 

Depuis la reconstruction initiale des maisons des villageois après le tremblement de terre nous avons beaucoup progressé : que ce soit par la rénovation de bas en haut de bâtiments délabrés dans de nombreux villages, par la formation d’artisans villageois et d’équipes féminines de construction, par la mise en place de bourses d’études pour les enfants d’artisans. Enfin, avec l’aide des artistes Cao Minghao et Chen Jianjun, nous avons porté conjointement la construction réalisée par l’équipe de femmes et la nouvelle technologie de la terre battue à la Biennale de Shanghai. Notre stratégie a changé et s’est élargie car nos échafaudages sont construits de manière flexible en fonction de la situation réelle des villageois et de l’environnement. Les résultats de la recherche scientifique sont également publiés en continu. Récemment, nous avons également commencé à préparer la publication d’ouvrages universitaires et d’ouvrages de vulgarisation scientifique. À l’avenir, nous continuerons à travailler en nous appuyant sur le concept d’équipe, et nous nous réjouissons de coopérer avec plus de personnes de professions et d’identités différentes, dans une perspective plus riche et plus approfondie. Grâce à tout cela, nous apporterons notre force au développement durable de la campagne.

L’équipe du projet « One University One Village » portant la nouvelle technologie de la terre battue à la Biennale de Shanghai, cliché : le musée d’art contemporain de Shanghai.


  • Pour voir cet entretien en version chinoise, veuillez consulter sur :                        
    In situ : Art en Chine 访谈第六期:艺术乡建,能否再造乡村?
  • Le texte a été traduit par Yongsong ZHENG. Nous remercions chaleureusement Camille Ambrosino, Elodie Russu et Jacqueline Birée pour la relecture de cet article.

Cette série d’entretiens est initiée par Yidan PANG, curatrice indépendante et doctorante à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Kuangzhi XU, rédacteur en chef de la plateforme chinoise « Kongbai yilun » consacrée à la théorie de l’art et à la critique, Yongsong ZHENG, chargé d’études et de recherche de l’INHA depuis 2019 et doctorant à Sorbonne Université. Ces entretiens seront lancés conjointement sur le carnet de recherches des Jeunes Chercheurs de l’INHA, avec le soutien de ses rédactrices en chef, Camille Ambrosino et Justine Gain, mais aussi sur « Kongbai yilun », et publiés tous les deux mois en version bilingue, chinois et français.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search