Dans les ateliers de tapisserie du Mobilier National, une conversation avec l’artiste Chloé Bensahel.

L’attention à l’histoire des techniques artistiques, l’approche matérielle de nos objets d’études d’historiens et d’historiennes de l’art permet, comme l’écrit Valérie Nègre, la (ré)conciliation de la technè et de l’épistémè1 . Pour le chercheur, la chercheuse, découvrir puis étudier par la pratique et au contact de celles et ceux qui la font, permet une exploration à la fois précise et sensible des processus de création et de production. Cet article présente en plusieurs volets les expériences de la technique à travers des formations pratiques reçues par des CER. Aussi Coline Desportes a-t-elle été accueillie en janvier 2021 dans l’atelier de tapisserie de basse-lisse des manufactures du Mobilier National dirigé par Isabelle King tandis que Mecthilde Airiau s’est plongée dans la fabrication de couleurs à partir de pigments lors d’un stage avec François Perego, auteur du Dictionnaire des matériaux du peintre, en janvier 2020. 

Dans les ateliers de tapisserie du Mobilier National, une conversation avec l’artiste Chloé Bensahel.

S’agissant de la tapisserie de lisse, l’attention à la technique permet de saisir les contradictions et les négociations d’un médium dont l’histoire est faite de relations et de figures complexes.
Expérimenter la technique permet de comprendre les enjeux du travail dans l’atelier et le rôle de chacun, de faire l’expérience du temps de la création et de comprendre – littéralement – sur le métier, les innovations et les permanences qui émaillent son histoire.

La tapisserie de lisse se pratique sur un métier à tisser vertical (haute-lisse) ou horizontal (basse-lisse). Elle tire son nom des cordelettes auxquelles sont reliés les fils de chaine, les lisses. Deux pédales actionnent les lisses, qui séparent alternativement les fils de chaine impairs et pairs, permettant d’y passer le fil de trame. Cet entrelacement des fils de chaine et des fils de trame construit peu à peu le tissu. Particularité de la tapisserie de lisse, le fil de trame est ensuite tassé jusqu’à recouvrir entièrement le fil de chaine. Dans l’atelier d’Isabelle King sont formés les futurs lissiers et lissières qui officieront en basse-lisse au Mobilier National. L’atelier accueille régulièrement des stagiaires, élèves des écoles d’art souhaitant apprendre ou se perfectionner. Aussi cette formation fut-elle l’occasion de nombreuses rencontres et permit une conversation avec l’artiste Chloé Bensahel, en résidence depuis 2018 au Mobilier national. Au cœur de nos échanges, la technique de la tapisserie, à la fois inspiration et incarnation poétique et savante de ses recherches.

 

Chloé Bensahel tissant sur un métier de basse-lisse dans l’atelier de formation de basse-lisse (Mobilier National) Crédits : Léo Cannone

Née en 1991 en France, Chloé Bensahel a vécu la majeure partie de sa vie aux États-Unis, où ses parents se sont installés quand elle était enfant. De son histoire familiale, elle retient les déplacements : exils contraints ou volontaires, voyages. Chloé Bensahel identifie dans cette histoire plusieurs points de chute et de départ : le Maroc, que son grand-père quitte lorsqu’il prend la nationalité française, la France, les États-Unis.
L’histoire du tissu est multiculturelle. Les innovations et les inspirations propres au tissage de la fibre ont passé toutes les frontières. Procédant par rapprochements et métaphores, l’artiste lie l’histoire de la technique et celle de sa famille, dont les différentes générations ont emprunté des routes tracées en partie par les évènements du XXème siècle, liés à la colonisation et à l’histoire des juifs d’Afrique du nord.

L’artiste revendique une approche à la fois sensible et savante du médium. Alors qu’elle découvre adolescente la pratique du tissage, elle se tourne vers la tapisserie, une technique longue et difficile à maitriser. Elle poursuit cette initiation à travers plusieurs résidences autour du monde. Dans les manufactures de tapisseries de Melbourne, l’atelier parisien de l’américaine Sheila Hicks, auprès des tisserands japonais et aujourd’hui au Mobilier National où elle se perfectionne en basse-lisse et produit elle-même plusieurs œuvres.

Cet apprentissage revêt pour elle un aspect spirituel. Elle conçoit cette approche de la technique dans le respect de l’histoire et du temps, sans la dénaturer. La matière se fait ainsi source de connaissances, porteuse d’une mémoire des gestes à laquelle Chloé Bensahel est particulièrement sensible et qui résonne avec ses questionnements autour de la mémoire, des héritages, des circulations artistiques et culturelles et de la psychogénéalogie.

 

Chloé Bensahel et sa tapisserie Sanctity (Words Weave Worlds) Crédits : Thibaut Chapotot

Comment fabriquer un textile qui parle ?

Puisant son inspiration dans l’histoire mondiale des traditions de tissage, elle se reconnaît dans la figure du tisserand comme vecteur du spirituel. C’est dans cet esprit qu’elle porte une attention particulière aux chants qui accompagnent le travail manuel, par lesquels on se donne du courage, on rythme les gestes, et on fait parfois circuler des messages secrets, inaccessibles aux non-initiés. Cet intérêt pour le chant rencontre celui des textes et des langues. Les tissus qu’elle produit comprennent souvent des mots, des phrases. Ils peuvent être cachés : dans certaines pièces, l’encre des mots colore le papier dont elle fabrique du fil, le texte est illisible mais il teinte tout le tissu.
Dans la série We Are, elle incorpore dans la matière des poèmes. Ces poèmes furent envoyés au printemps 2020 par ceux et celles qui préparaient les lots d’équipements médicaux spécifiques à la crise sanitaire, circulant de pays en pays.

 

Série “We are…”, tapisserie (encre, papier japonais), 2020. “We are the waves of the same sea, the leaves of the same tree, the flowers of the same garden.”

Certains de ses textes s’inscrivent dans une herméneutique des livres sacrés, explorant traductions, frontières et exils. Les tissus lui permettent également de restituer la part fantôme de langues qu’elle ne parle pas ou peu. À travers l’évocation de l’hébreu et l’arabe qu’elle ne comprend pas, elle mêle les évènements historiques violents et les politiques coloniales assimilationnistes, mais évoque aussi les ressacs de sa propre trajectoire. Elle ne parle pas ces langues, mais affirme les porter dans son corps, héritages d’une histoire, de rencontres et de traumatismes familiaux. Dans son œuvre, le tissu est pensé dans son rapport au corps, comme un intermédiaire entre soi et le milieu, opérant dans le système dans lequel nous vivons. Aussi, s’est-elle demandée : comment fabriquer un textile qui parle ? Chloé Bensahel a imaginé comme point de rencontre de ses recherches, un textile qui s’éveille et se met à parler quand on le touche.

Words Weave Worlds, 2019, installation interactive, tapisseries de lin, fils conducteur Google Jacquard, métal, maille, LED, Mac mini. Composition et musique par Caroline Shaw, ingénieurie et programmation Jonathan Tanant and Oliver Bau, tissage en partenariat avec la Manufacture de Beauvais. Production: Atlas V, Mentorat : Pamela Golbin et Memo Atken, soutien de Google Jacquard and Google Arts and Culture.

Ce désir de faire parler la fibre a pris corps grâce à une collaboration avec la fondation Google art et culture et les ingénieurs Jonathan Tanant et Olivier Bau. Revenant toujours à l’histoire de la technique et à ses ramifications, Chloé Bensahel rappelle que les composants électroniques des origines furent eux-mêmes conçus d’après la technique du tissage jacquard. Incorporant des fils conducteurs Google Jacquard, les tapisseries de l’installation Words Weave Worlds s’animent quand on les touche et poussent des sons conçus et chantés par la compositrice Caroline Shaw. Les tapisseries semblent suffoquer quand le visiteur effleure le mot « Supremacy », et se font tour à tour soupirantes ou mélodieuses quand on touche les mots « Fragility », « Erasure », « Sanctity », « Obliteration », « Atonement ». Dans la dernière tapisserie de l’ensemble, une pièce blanche, tous les sons, doux et durs, se retrouvent, permettant d’explorer les différentes connotations évoquées par le blanc. Avec Words Weave Words, Chloé Bensahel présente au Mobilier National une œuvre reflétant ses préoccupations, une œuvre mélancolique et poétique qui nous souffle que l’histoire des peuples et des cultures est enchevêtrée comme les fils d’un tissage.

Chloé Bensahel tissant à partir de fil de papier, janvier 2021. Crédits : Coline Desportes

Chloé Bensahel présentera le 25 février 2021 à l’INHA une performance inédite à suivre sur instagram @galerieodileouizeman et sur la chaine YouTube de l’INHA : de 9 heures à 10 heures dans la salle Labrouste et à 11 heures dans la Rotonde. 
Performance de Chloé Bensahel, en collaboration avec Jonathan Tanant (ingénierie), Léo Cannone (réalisateur) et Vincent Blanot (compositeur).

 

Vue sur l’atelier de Chloé Bensahel au Mobilier National Crédits : Coline Desportes

Coline Desportes remercie très chaleureusement Chloé Bensahel, Isabelle King, artiste et lissière, responsable de l’atelier de formation de Basse-Lisse au Mobilier National, Mona Cara et les élèves de l’atelier.

 

  1. Valérie Nègre, David Bomford, Erma Hermens. De l’histoire des techniques de l’art à l’histoire de l’art. Perspective – la revue de l’INHA : actualités de la recherche en histoire de l’art, Institut national d’histoire de l’art / A. Colin, 2015, p.29 []

Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search