L’actualité des C.E.R. – Décembre 2020

Malgré le confinement et la vie au ralenti induite par l’épidémie de Covid-19, les chargés d’études et de recherche tentent de maintenir tant bien que mal leurs activités.

D’abord, des nouvelles des anciens ! Thibault Boulvain, chargé d’études et de recherche entre 2013 et 2016, publie prochainement sa thèse L’art en sida – 1981-1997 aux Presses du Réel ! La publication est prévue pour le premier trimestre 2021 mais l’ouvrage est d’ores et déjà disponible en précommande.

Toujours dans le registre des publications, Justine Gain publie un article dans les Livraisons de l’histoire de l’architecture intitulé « 150 ans plus tard, 150 mètres plus loin, la chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly, un patrimoine déplacé », un essai issu d’une communication effectuée en juin 2019 lors de la journée doctorale « Patrimoines ! » qui s’est tenue à l’École du Louvre, en collaboration avec la Fondation du Patrimoine. Justine vous fait ainsi découvrir l’histoire de la chapelle Saint-Ferdinand de Neuilly située Porte Maillot, depuis sa construction en 1843 jusqu’à son déplacement dans les années 1960 pour ériger le palais des Congrès.

Yongsong Zheng publie lui aussi un article dans la revue chinoise Art et design, sur son sujet d’étude : « 白色作为一种时尚—德化瓷的古与今 (Le blanc est à la mode : la porcelaine de Dehua) » (Pékin, novembre 2020, p. 179-184). 

Sorti mi-décembre, Antonin Liatard a co-écrit « Les danses populaires et leurs représentations : l’exemple du livre et de l’album de fête du XIXe siècle », avec Pauline Chevalier, conseillère scientifique à l’INHA, et le comité scientifique de la revue Recherches en danse. Cette publication est plus particulièrement axée sur les représentations de la danse dans les albums et livres de fêtes du XIXe siècle, conservés à la bibliothèque de l’INHA. 

Détail d’un groupe de danseuses dans le rouleau de la fête des Vignerons de 1833, Planche polychrome gravée d’après le dessin de Christoph-Théophile Steinlen, Lausanne, Spengler & Cie, 1833
Paris, Bibliothèque de l’INHA, Fol Res 896.

C’est avec un peu de retard – et parce que nous voulions vous réserver ce cadeau pour Noël – que nous vous présentons le cru 2020 des chargés d’études et de recherche !

Marion Bélouard rejoint donc les équipes de l’INHA au sein du programme « Paradis perdus : colonisation des paysages et destruction des éco-anthroposystèmes » en même temps qu’elle mène ses recherches de thèse : Peindre la nature, échanger les savoirs. Jean-Jacques Audubon, un oiseau rare dans l’histoire atlantique. Pour ce faire, elle est dirigée par Soazig Villerbu à l’université de Limoges. Après une formation en design, Marion s’est spécialisée en art contemporain à l’École du Louvre où elle poursuit son cursus jusqu’en master.

Après un double master en histoire et en histoire de l’art à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, Léa Checri débute sa thèse qui porte sur les Archétypes byzantins revisités par la peinture de la Première Renaissance en Italie centrale (XIIIe – XVe siècles) : émergence de nouvelles formes de pensée, de spiritualité et de pouvoir ?. Nadeije Laneyrie-Dagen et Michele Bacci dirigent Léa dans ses recherches, respectivement à l’École Nationale Supérieure et à l’Université de Fribourg. Ce sujet la destinait tout logiquement à rejoindre le programme « Icônes : la fabrique matérielle du visuel » mené par Sigrid Mirabaud à l’INHA.

Lucille Garnery est l’antiquisante de cette promotion 2020 avec un sujet de thèse qui porte sur L’atelier de Nikosthénès : Production, organisation et rayonnement d’un atelier attique dans la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. Elle est également doctorante à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, où elle a effectué toute sa formation, sous la direction d’Anne Coulié et de Cécile Jubier-Galinier. C’est tout naturellement qu’elle participera au programme « Répertoire des ventes d’Antiques en France au XIXe siècle » au sein du domaine « Histoire de l’art antique et de l’archéologie ».

Virginia Grossi débute son parcours en histoire de l’art à l’École Normale Supérieure de Pise ainsi qu’à l’Université de Pise. Elle est aujourd’hui doctorante au sein de l’Université Aix-Marseille, en codirection avec l’Université de Pise et poursuit ses recherches de thèse sur Les portiques mamelouks : matérialité, fonctions et rôle dans l’aménagement urbain. Le cas du Haram al-Sharif à Jérusalem (1261-1516). À l’INHA, Virginia rejoint le programme « MedievalKâshi Online ».

Alix Peyrard parfait sa formation en histoire de l’art à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne. Lors de sa deuxième année de master, elle commence à s’intéresser à la figure de Salomon Reinach, à propos de laquelle Alix a rédigé un article disponible sur notre carnet. Elle poursuit cette étude dans une thèse intitulée : Les Reinach et l’Allemagne : approche transnationale de l’archéologie sous la IIIe République, dirigée par Alain Duplouy. À l’INHA, Alix contribue au programme portant sur « La Bibliothèque d’art et d’archéologie de Jacques Doucet : corpus, savoirs et réseaux ».

Lucie Prohin vient également rejoindre le rang des dix-neuvièmistes de l’INHA avec une thèse portant sur L’habitat ouvrier dans la seconde moitié du XIXe siècle. Étude transnationale d’une culture architecturale aux ancrages locaux dirigée par Jean-Philippe Garric. Lucie est d’abord diplômée d’une double licence en sciences sociales et en histoire de Sciences Po Paris avant de s’orienter vers l’architecture lors d’un séjour à l’Universiteit van Amsterdam. Elle rejoint également le programme de la Bibliothèque Jacques Doucet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search