Salomon Reinach, l’esprit universel de la IIIe République

Alix Peyrard, chargée d’études et de recherche récemment recrutée en octobre 2020, revient sur ses recherches de master pour le carnet des doctorants de l’INHA. Une passionnante introduction au personnage de Salomon Reinach, archéologue et homme de la IIIe République.

Les frères Reinach – que les chansonniers aimaient à qualifier de « Je-sais-tout » en raison de leur réussite aux concours des grandes écoles de la République et de l’initiale de leur prénom (Joseph, Salomon, Théodore) – sont parmi les érudits les plus connus de leur époque. Salomon (1858-1932) et Théodore Reinach (1860-1928) ont consacré leur vie à la philologie, à l’archéologie et à histoire de l’art, alors que l’ainé Joseph (1856-1921) choisit de se mettre au service de la politique et devient membre du cabinet de Léon Gambetta (1838-1882). Son fils Adolphe (1887-1914) suit les traces de son oncle Salomon en entrant à l’École française d’Athènes. Esprits universels, issus de la grande bourgeoisie juive originaire de Francfort, ces « Fous de la République1 » sont des figures incontournables de leur siècle, pourtant leur apport à l’archéologie reste encore aujourd’hui en partie méconnu.

Henri Manuel, Photographie de Salomon Reinach

J’ai choisi pour mon mémoire de Master 2 de m’intéresser plus particulièrement à la personne de Salomon Reinach (1858-1932), figure originale par son profil biculturel (franco-allemand), qui sut opérer un mélange inédit entre les principes laïques de la IIIe République et les préceptes de l’Altertumswissenschaft. A partir de la correspondance de Salomon Reinach conservée à la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence et au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye, j’ai souhaité entamer une cartographie du réseau scientifique de ce savant pour mieux comprendre les transferts culturels qui ont pu exister entre lui et les archéologues germaniques. Constitué de deux cent seize lettres, dont plus de la moitié sont en allemand, mon corpus m’a permis de définir les régions d’origine et les institutions de rattachement des correspondants de Salomon Reinach, puis de mieux cerner les thématiques abordées entre ces savants. Par le prisme de cette correspondance particulière, il a été possible de retracer de manière originale la naissance de l’archéologie nationale en tant que science autonome dans le contexte de la fin de siècle qui a vu en France comme en Allemagne la montée des tensions nationalistes.

Elève au lycée Condorcet, Salomon Reinach poursuivit ses études en classe de Mathématiques spéciales, puis se tourna vers l’Ecole Normale Supérieure, avant de passer le concours d’entrée à l’Ecole française d’Athènes et d’obtenir une agrégation de Grammaire. Conservateur du musée d’Archéologie nationale de 1896 à 1932, il fut aussi le directeur de la prestigieuse Revue Archéologique qu’il codirigea de 1903 à sa mort avec Georges Perrot (1832-1914), puis avec Edmond Pottier (1855-1934). Passionné par les civilisations antiques non classiques, il mit à l’honneur la préhistoire et les civilisations celtes dans le cadre de ses fonctions au musée. Il développa tout particulièrement la dimension ethnologique du musée avec la salle d’Archéologie comparée. Mieux à même de comprendre la culture germanique de par son profil biculturel, Salomon Reinach s’en inspira aussi pour donner ses lettres de noblesse à l’Archéologie nationale française qui accusait un retard certain sur les Allemagnes2.Ainsi, il poursuivit la politique d’échanges de moulages entre musées initiée par son prédécesseur au poste de conservateur, Alexandre Bertrand (1820-1902). Sur le modèle allemand du Musée romano-germanique de Mayence, Salomon Reinach fit appel à ces moulages pour remettre en contexte les œuvres du musée et usa également de leur dimension pédagogique, déjà bien connue dans le cadre des universités allemandes3 .

Dès ces premières années à l’Ecole Normale Supérieure, Salomon Reinach établit des liens particuliers avec la philologie des pays germaniques.  Il traduisit ainsi un essai d’Arthur Schopenhauer (Über die Freiheit des menschlichen Willens) et adapta et réactualisa le Triennum de Wilhelm Freund. Dans la préface de cet ouvrage, il affirme l’importance de la pédagogie et sa volonté de rendre accessible la connaissance. Ce n’est qu’au début des années 1880 que Salomon Reinach s’orienta vers l’Archéologie à proprement parler, lors de son séjour en Asie Mineure, comme membre de l’Ecole française d’Athènes. Il se consacra alors à l’étude des nécropoles et des terres cuites à Myrina avant de poursuivre ses fouilles à Kymé et dans les îles grecques4 . Après ses années à l’Ecole française d’Athènes, Salomon Reinach est recruté par l’ambassadeur de France à Constantinople, Charles-Joseph Tissot (1828-1884) dans la commission archéologique de Tunisie (1883-1886), où il l’aida à finaliser son ouvrage sur l’Histoire de l’Afrique romaine, accompagné d’un Atlas.

Photographie des ruines du forum de Zian prise par Georges Balagny durant la missio archéologique de Salomon Reinach avec Ernest Babelon.

C’est à cette époque qu’il commence une correspondance avec le célèbre épigraphiste et historien, Theodor Mommsen (1817-1903), danois germanophone, spécialiste du droit de la Rome antique. Parmi les projets que Mommsen évoque dans sa correspondance avec Salomon Reinach figure le Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), qui visait, dans la tradition encyclopédique allemande, à récolter toutes les inscriptions latines à travers le monde et à les centraliser dans une seule et unique œuvre. Si l’étude de la correspondance passive de Theodor Mommsen conservée à la bibliothèque Méjanes à Aix a permis de mettre en lumière les rivalités entre savants allemands et français, après la guerre franco-prussienne de 1870-1871, elle a aussi été l’occasion de nuancer cette première approche.

Jacobs, Portrait de Théodor Momsen, 1903.

Ainsi, elle rend compte de la participation régulière de Salomon Reinach à la collecte d’inscriptions que le savant allemand voulut la plus large possible. Ancien membre de la commission archéologique de Tunisie, Salomon Reinach fut bien un interlocuteur privilégié de Theodor Mommsen, qui savait trouver en lui un immense érudit. Ainsi la relation des deux hommes, même si elle n’est pas exempte de rivalité, renoue en partie avec « la Belle Internationalité des sciences » du début du siècle5 .

Je me suis aussi intéressée à la figure de l’archéologue, Adolf Michaelis (1835-1910) qui occupa la chaire d’archéologie à l’université de Strasbourg en 1872 et qui fut un correspondant régulier de Salomon Reinach. Les lettres échangées entre les deux hommes mettent surtout l’accent sur le statut particulier accordé aux moulages au tournant de du XIXe-début XXe siècles. Ces moulages furent pour les universités un instrument de savoir à part entière, susceptible de remplacer les objets originaux. Cette volonté pédagogique est à mettre en parallèle avec les activités du conservateur au Musée d’Archéologie Nationale (1896-1932). Il y publia un grand nombre de répertoires et catalogues illustrés, qui visaient à diffuser la connaissance et à présenter les collections du musée à un public de non spécialistes. Si l’élaboration systématique de ces répertoires montre que Salomon Reinach s’inscrit dans la tradition encyclopédique allemande de la Wissenschaft, elle révèle aussi les distances qu’il entend prendre avec les savants allemands, en particulier, avec l’archéologue et historien de l’art badois Adolf Furtwängler (1853-1907). Alors que celui-ci privilégiait la photographie dans ces travaux, Salomon Reinach use majoritairement du dessin diminuant, de la sorte, les coûts pour de tels ouvrages et les rendant accessibles à un plus large public.

Salomon Reinach, Planche du Répertoire de la statuaire grecque et romaine, tome II, 1931.

Source d’inspiration, la science allemande est aussi l’occasion pour les savants français d’affirmer leur différence ainsi que leur volonté de s’en démarquer et de consolider une Archéologie nationale en retard sur l’Allemagne. L’analyse des diverses correspondances met en lumière les tensions qui ont pu exister entre les savants des deux côtés du Rhin. Salomon Reinach fut un acteur important de certaines d’entre elles.  L’affaire de la tiare de Saïtaphernès, ne fut pas la seule « bataille » que conduisit Salomon Reinach. La correspondance de Salomon Reinach conservée à la bibliothèque Méjanes évoque ainsi les controverses qu’il entretint avec Adolf Furtwängler (en 1896) concernant les terres cuites d’Asie Mineure ou celle relative à la nature de l’installation à Troie avec Heinrich Schliemann (1822-1890). Bien que scientifiques, ces polémiques sont aussi le reflet de la montée des nationalismes au début du XXe siècle. C’est la raison pour laquelle il m’a semblé essentiel de consacrer la dernière partie de mon mémoire à l’impact du contexte politique sur les correspondants de Salomon Reinach. On peut y observer une restructuration du réseau de l’archéologue français à cette époque. En effet, les courriers en provenance de savants allemands se font plus rares à l’approche du premier conflit mondial. La correspondance de Salomon Reinach avec l’espace germanique reprend ensuite graduellement tout au long des années 1920 pour culminer au moment de la conférence de Locarno en 1925, puis de l’entrée de l’Allemagne weimarienne dans la Société des Nations le 8 septembre 1926 à la suite de ces accords. Ainsi, Salomon Reinach retrouve-t-il une « Belle Internationalité des sciences », avant que l’accélération des tensions nationalistes qui caractérisent les années 1930 ne viennent à nouveau la remettre en cause.

L’analyse des relations archéologiques franco-allemandes au prisme de la carrière de Salomon Reinach est apparue riche de nouvelles informations et surtout de nouvelles perspectives. En effet, l’étude menée dans ce mémoire de Master 2 ne se concentrait que sur les lettres envoyées à Salomon Reinach. Dans le cadre de ma thèse6 , je souhaite poursuivre mes recherches en travaillant sur des fonds d’archives des savants allemands, contenant les lettres reçues de Salomon Reinach. Cela permettra de compléter, voire de nuancer certains résultats, mais surtout de réinscrire l’action du savant français au sein de sa fratrie et dans le cadre plus large des recherches archéologiques françaises et allemandes.

  1. Pierre Birnbaum a créé cette expression dans son ouvrage Les Fous de la République, Paris, Fayard, 1992, p. 512 []
  2. Bien que ma période d’études se concentre sur une époque où l’Allemagne a déjà été unifiée, je garde le terme « les Allemagnes », qui renvoie au morcellement du territoire allemand avant 1871, considérant l’Allemagne dans sa dimension culturelle. Il s’agit donc d’étudier un espace qui ne correspond pas seulement à l’Allemagne de 1871, mais qui apparaît plus comme une « Prusse élargie » (Joseph Rovan). []
  3. Sous l’impulsion d’Adolf Michaelis, l’université de Strasbourg, refondée et germanisée par les Prussiens en 1872, fut la première à s’engager dans ce mouvement. []
  4. A Délos, dans les Cyclades et durant sa croisière à bord du Latouche-Tréville en aout-octobre 1880, financée par son frère aîné Joseph, au cours de laquelle il récolte des inscriptions. []
  5. L’expression « belle internationalité des sciences » a été employée par Theodor Mommsen en 1866 et reprise par Eve Gran-Aymerich pour caractériser l’atmosphère de collaboration internationale avant la guerre franco-prussienne. []
  6. Les Reinach et l’espace germanique : approche transnationale de l’Archéologie sous la IIIe République []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Barbara Sémel dit :

    Merci pour ce texte très intéressant. Est-il possible de consulter en ligne votre mémoire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search