La cartographie « Le monde en musée », un outil pour les étudiants et les étudiantes en histoire de l’art

Lorsqu’on souhaite poursuivre ses études d’histoire de l’art en s’engageant dans un master de recherche, il est parfois difficile de déterminer un thème de mémoire. Si les directeurs et directrices de recherche proposent souvent des sujets en fonction de nos intérêts, certains outils peuvent être exploités par ailleurs par les étudiants et les étudiantes. Ainsi, la cartographie « Le monde en musée », dont la mise en ligne est prévue pour l’été 2021, a été conçue en partie à destination des jeunes chercheurs et chercheuses qui s’intéressent à l’histoire des institutions, l’histoire des collections, l’histoire des arts d’Afrique et/ou d’Océanie.

En effet, l’INHA prépare sous la direction de Claire Bosc-Tiessé et en collaboration avec le Musée d’Angoulême et le service numérique de la recherche – Antoine Courtin et Pierre-Yves Laborde -, une cartographie en ligne des collections africaines et océaniennes dans les musées français. Plusieurs CER contribuent au projet. Depuis octobre 2019, Camille Ambrosino, Yongsong Zheng  et Coline Desportes  poursuivent les recherches initiées par leurs prédécesseurs (Floriane Phillipe, monitrice étudiante 2017-2018, Jacopo Ranzani  2017-2019, Louise-Elisabeth Queyrel  2018-2019).

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Les objets d’Afrique sous les feux des projecteurs : enjeux politiques et questions d’actualités de la recherche

Depuis octobre 2017, les objets d’Afrique et d’Océanie conservés dans les musées français font l’objet d’une attention renouvelée. En effet, alors qu’il s’adresse à des étudiants réunis à l’université de Ouagadougou, le président Emmanuel Macron annonce qu’il souhaite voir réunies les conditions pour des restitutions temporaires ou définitives des objets africains conservés en France. La publication en 2018 du rapport qu’il commande à Felwine Sarr et Bénédicte Savoy et les controverses qui l’accompagnent, relance les débats et incite les institutions et leurs actrices et acteurs, historiennes et historiens de l’art, professionnels du patrimoine, conservateurs, conservatrices, documentalistes et archivistes, à entamer ou poursuivre les investigations sur l’origine des collections dont ils ont la charge. Le programme Vestiges, Indices, Paradigmes  est antérieur aux annonces présidentielles. Par-delà ces nouveaux enjeux politiques, à travers ce projet de cartographie et les séminaires qui l’accompagnent, l’INHA entend mener une réflexion qui s’inscrit dans les débats scientifiques récents, comme les interrogations sur la pertinence des catégories appliquées aux arts de l’Afrique – comme en témoigne la proposition publiée par Yaëlle Biro et Susan Glagiardi dans la revue African Arts ainsi que les réponses en plusieurs volets qui leur sont adressées . Dans ce billet de présentation, Claire Bosc-Tiessé retrace la généalogie du projet, les modalités pratiques de son élaboration en collaboration avec Émilie Sallaberry, directrice du musée d’Angoulême. Elle revient sur le choix d’établir des notices distinctes pour les collections d’Afrique ou d’Océanie et le positionnement de telles catégories par rapport à celle « d’extra-occidentale » toujours en usage dans nombre d’institutions faute de terme plus pertinent. Enfin, l’autrice rappelle que faire l’histoire de ces objets en France (celle de leurs trajectoires, celle de leur patrimonialisation) ne doit pas dispenser de se pencher sur leur histoire dans les territoires où ils furent produits.

La cartographie « Le monde en musée », un outil pour les étudiants et les étudiantes en histoire de l’art

La cartographie présentera toutes les institutions françaises, publiques comme privées – dont les collections sont accessibles au public -, conservant des objets africains et océaniens de toutes périodes – à l’exception du très contemporain. En effet, depuis le début du XIXe siècle, plusieurs centaines de milliers d’objets furent ajoutés aux collections européennes. Si le musée du Quai Branly conserve environ 70 000 objets d’Afrique, nombreux sont les musées français comptant des objets d’Afrique dans leurs collections – la cartographie en présente près de 300. L’étudiant, l’étudiante en histoire de l’art pourra naviguer parmi des notices par institution et découvrir une synthèse de son histoire et de ses fonds africains et océaniens.

Et pourquoi pas, y trouver l’inspiration pour un sujet de recherche ? En effet, les notices mentionneront sources et archives liées aux objets, ainsi qu’une bibliographie lorsqu’elle existe. La recherche par critères et la recherche plein texte permettront de faire des liens entre les objets, les institutions, les donateurs ou collecteurs.

Les notices sont ainsi autant d’invitations à poursuivre les recherches sur l’histoire des collections et des institutions. Dans cet esprit, les institutions disparues seront également présentées, afin de suivre l’évolution et les circulations d’objets.

A l’heure où les musées sont à nouveau inaccessibles et avant la mise en ligne de la cartographie, une série de billets de blog publiée sur le carnet hypothèses Carnet d’Afriques, présentera plusieurs institutions susceptibles de faire naitre la curiosité des étudiants souhaitant se saisir de tels sujets de recherche.

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Pour aller plus loin : quelques exemples de travaux réalisés par des jeunes chercheurs et chercheuses, à partir des collections africaines conservées en France 

Dans son mémoire de master soutenu en 2015 à l’école du Louvre, Gwenaël Ben Aïssa présente et analyse les collections conservées par plusieurs organisations missionnaires bretonnes. Elle en a tiré un article qui paraitra prochainement : « De l’Afrique à la Bretagne. Arts missionnaires, arts coloniaux : une mission et un destin communs ? », in Les arts coloniaux. Circulations d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies, LIGNER Sarah et JARASSE Dominique, Kremlin-Bicêtre, éditions Esthétiques du divers, à paraître.

Dans le livre écrit d’après sa thèse de doctorat soutenue en 2012, Viviane Delpech retrace l’histoire du château conçu par Antoine d’Abbadi. Ce savant du XIXe siècle part pour l’Éthiopie en 1837, pour une mission d’exploration qui durera onze ans. Lauréat du prix Second Empire en 2015, le livre retrace la construction du Château d’Abbadie, projet grandiose voire mégalomaniaque pour lequel son propriétaire fit appel à Viollet-le-Duc, afin d’édifier une demeure inspirée de son voyage africain – parmi d’autres. Delpech Viviane, Abbadia: le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, Presses universitaires de Rennes, 2014, 334 p.

Étudiante à l’École du Louvre, Noémie Fillon s’est intéressée à la collection dite « extra-européenne » de l’artiste Victor Brauner – récemment célébré au Musée d’art moderne de la ville de Paris –  conservée notamment au MAMC de Saint-Étienne. Fillon Noémie, «  « Rejoindre les civilisations », Victor Brauner et sa collection d’arts extra-européens », Les Cahiers de l’École du Louvre. Recherches en histoire de l’art, histoire des civilisations, archéologie, anthropologie et muséologie, no 14, 5 novembre 2019, École du Louvre.

Toujours dans les Cahiers de l’École du Louvre, Alexandre Girard-Muscagorry, lauréat pour cet article du prix des publications du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, présente la trajectoire et la réception d’un ensemble d’objets offerts en 1978 à Valery Giscard d’Estaing à l’occasion d’un voyage diplomatique en Côte-d’Ivoire. Les objets sont aujourd’hui conservés au MQB. Cet article s’inscrit dans la continuité d’un mémoire de master consacré aux cadeaux diplomatiques africains postcoloniaux. 

 

Dessin par Camille Ambrosino, extrait du dossier graphique pour la future cartographie en ligne « Le monde en musée »

Si vous avez réalisé un travail de recherche qui traite d’objets d’Afrique conservés en France, n’hésitez pas à nous le signaler en commentaire !


Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS (CRAL) et à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Luc Piralla dit :

    Bonjour,
    Je n’ai pas travaillé sur des objets africains mais sur des objets indianisés entrés dans les collections publics par l’Exposition permanente des Colonies du Palais de l’Industrie dans la 2e partie du 19e siècle sous la dir. De D. Jarassé il est possible qu’un certain nombre d’objets africains aient transité aussi par cet outil de valorisation économique des colonies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search