L’interview confinée de Yongsong Zheng

Depuis plusieurs mois désormais, les doctorants en histoire de l’art et archéologie ont déserté bibliothèques, terrains d’investigation et centres d’archives – Covid 19 oblige – pour poursuivre leurs travaux chez eux. Pour les chargés d’études et de recherche de l’INHA, il a aussi fallu tout réformé : les recherches de thèse comme le travail pour l’institution. Yongsong Zheng, CER depuis octobre 2019, nous fait part de son expérience pendant le confinement.

Musée national des arts asiatiques – Guimet, Donation Ernest Grandidier, 1894, G 535 © RMN-Grand Palais (MNAAG, Paris) / Thierry Ollivier.

Dans quelles conditions ton confinement s’est-il déroulé ?

En 2019, comme bien des étudiants, j’habitais dans un petit studio. Heureusement, j’ai déménagé avec ma copine dans un appartement plus grand. Ce changement a sans aucun doute beaucoup amélioré les conditions dans lesquelles j’ai vécu le confinement. Comme vous le savez, les Chinois ont été les premières victimes de cette épidémie. Mes parents et mes amis m’avaient conseillé de faire des provisions de nourriture et de prévoir des masques si jamais la France était touchée. Pendant cette période, j’ai reçu un e-mail de la direction de l’INHA m’informant de la possibilité de retourner dans mon pays pendant cette période difficile. Cela m’a beaucoup touché mais j’ai décidé de rester auprès de mes camarades pour affronter cette difficulté. J’étais sûr aussi que la France pouvait résoudre ce problème. En respectant les consignes du gouvernement, je suis très peu sorti, seulement pour les courses, une fois tous les 10 jours. Quel dommage de manquer les premiers rayons du soleil mais en dehors de cela, j’ai eu l’impression d’avoir simplement changé de lieu de travail.   

Comment tes journées se sont-elles organisées ?

Les journées du confinement ont été assez chargées. Nous n’avons pas perdu du temps. D’une part, je travaille à distance pour le programme de l’INHA ; d’autre part, il faut aussi penser à ma thèse. Mes collègues CER, comme Claire Dupin de Beyssat, Johanna Daniel, Bastien Rueff ont gentiment organisé des formations diverses, à distance via Discord,  nous permettant d’appréhender de nouveaux outils informatiques (Zotero, Gephi et d’autres encore). Les universités et autres associations ont aussi proposé de nombreux cours et conférences à suivre en ligne. Dans un sens, nous nous étions plus que jamais réunis. 

Sur mon temps de loisir, j’ai examiné des fragments céramiques récupérés sur le terrain et je me suis également exercé à la calligraphie. La préparation des repas m’a aussi pris beaucoup de temps et c’est toujours un problème philosophique qui se pose : que va-t-on manger aujourd’hui ?

As-tu réussi à avancer sur ta thèse, et comment ? 

La réponse est peut-être oui. Dans le cadre de mon master, j’ai déjà travaillé sur le blanc de Chine. Pour ma thèse, il s’agit donc d’un travail de continuité. Ainsi, je me consacre à la documentation et au plus important : le récolement de mes sources et la constitution de la table des matières de ma thèse. J’arrive enfin à écrire quelques pages et à approfondir mes réflexions.

Bleu et blanc sur le site des fours archéologiques Meiling 梅岭窑, © Yongsong Zheng.

Qu’en est-il de ton travail pour l’INHA ?

Je suis affecté au programme « Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (XIVe-XIXe siècle) » depuis novembre 2019. Ma mission est de participer à la constitution d’une base de données cartographiques qui sera une des ressources documentaires produites par le programme. Plus précisément, à partir de la bibliographie existante, les membres de l’équipe, Camille Ambrosino, Coline Desportes – deux autres CER – et moi-même, avons préparé une notice sur chaque musée attribué par notre directrice, Claire Bosc-Tiessé. L’idée principale de ce travail est de reconstituer une histoire des collections d’art africain dans chaque musée afin de faciliter les travaux des chercheurs. On peut trouver de nombreuses références sur Internet grâce à la visibilité de ressources en ligne comme sur la bibliothèque numérique de l’INHA ou sur Gallica. Par ailleurs, le groupe de Facebook BiblioSolidaire, initié par Euan Wall, un autre collègue CER, nous aide aussi dans le parcours de la documentation. Il s’agit d’un groupe qui réunit toutes les spécialités, surtout en histoire de l’art et archéologie, où l’on peut partager notre bibliographie et des ouvrages disponibles. Mais il y a quand même nombre d’ouvrages qui devront être consultés sur place. Parfois, il est difficile d’approfondir notre connaissance. 

Four dragon durant sa cuisson, Dehua, © Yongji Zheng.

Afin de faire face aux nouvelles conditions qu’imposent la prudence sanitaire, les organisateurs du séminaire « Collection »  décident d’organiser quelques-unes de leurs séances en ligne. Le 11 juin prochain, Yongsong Zheng est donc l’invité de ce séminaire, notamment organisé par Pauline d’Abrigeon, également chargée d’études et de recherche. 

« Le Blanc de Chine dans les musées français » sera donc le sujet de la prochaine intervention de Yongsong, en vidéoconférence. À partir du XVIIe siècle, le Blanc de Chine est exporté vers l’Europe, où se constituent progressivement de nombreuses collections que l’on retrouve ensuite dans nos musées comme la collection Grandidier au musée Guimet à Paris.

Le programme « Collection » n’étant pas celui sur lequel tu travailles initialement à l’INHA, comment s’est présenté cette opportunité ? De quelle façon ton sujet de thèse s’inscrit-il dans le séminaire ? 

Avant mon entrée à l’INHA, je connaissais déjà Pauline d’Abrigeon, l’ayant rencontrée à l’occasion d’une conférence sur la céramique chinoise au Collège de France. Nous avons échangé sur nos sujets de recherche, relativement proches. Pauline connait bien mon travail sur les collections françaises de blancs de Chine, que j’ai débuté dans le cadre de mon master. Elle m’a donc proposé de donner cette conférence en liaison avec le programme « Collection », étant elle-même une des organisatrices de ce séminaire. Ce sera une occasion précieuse pour élargir la réflexion sur mon sujet de thèse à partir des questions de participants. J’ai donc accepté avec plaisir.  Une partie de cette présentation a été exposée au mois de janvier lors de la journée d’étude en histoire de l’art à la Sorbonne. Dans ces derniers mois, j’ai approfondi les problématiques autour du blanc de Chine, concernant principalement l’intérêt que portait Grandidier à cette porcelaine, son identification et sa datation. Il est donc important pour moi de ne pas manquer cet événement ! La proposition d’effectuer cette conférence en ligne a été conçue dans le contexte sanitaire actuel. Cette méthode a été beaucoup pratiquée pendant le confinement pour suivre des cours, des réunions, organiser des rendez-vous entre amis, etc. Cela fonctionne bien et permet de respecter les consignes tout en poursuivant nos activités.

Pourquoi avoir choisi l’exemple de la collection Grandidier ? Quelle est son importance dans ton travail de recherche ? 

Portrait d’Ernest Grandidier (1833-1912). Source : Koeclin Raymond, Les Collections d’Extrême Orient du Musée du Louvre et la donation Grandidier : Notice lue à l’Assemblée générale de la Société des Amis du Louvre, le 16 janvier 1914, Paris, Imprimerie générale Lahure, 1914, p. 2.

Ernest Grandidier (1833-1912) est l’un des plus grands collectionneurs érudits de la céramique asiatique à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. À partir des années 1870, il est tombé amoureux de la porcelaine occidentale. Cette passion lui permet de collecter environ 6000 objets. Dès 1894, il a offert toute sa collection au Louvre. D’après Lucie Chopard, doctorante préparant une thèse intitulée « La collection Ernest Grandidier : une étude de la réception de l’art chinois en France de 1870 à 1914. », le musée du Louvre a attribué 6 000 francs chaque année à Grandidier pour constituer librement la collection du musée. Et à partir de 1945, la très importante collection Grandidier est transférée au musée Guimet afin de participer à la création d’un musée national des arts asiatiques. 

Parmi cette collection, se trouvent une centaine du blanc de Chine qui représente la moitié des collections de cette porcelaine au musée Guimet. La collection Grandidier des blancs de Chine est remarquable par sa diversité des sujets : des objets rituels, des pièces destinées aux cabinets des lettrés et des statuettes religieuses. On peut y trouver des chefs-d’oeuvre, comme une statuette Guanyin assise (G 535) réalisée par un maître He Chaozong. Les créations de cet artisan sont très recherchées par les grands collectionneurs sur le marché.  

La diversité et l’intégralité de cette collection peuvent sans doute nous donner une idée concrète sur la production du blanc de Chine. De plus, elle a été très peu exposée au musée et donc peu connue comme la présidente de la Société Française d’ Études de la Céramique Orientale, Monique Crick, le remarque. Par ailleurs, l’une des motivations de Grandidier pour collectionner ces céramiques est de reconstituer une histoire complète de la céramique chinoise. Il a publié son fameux ouvrage, La Céramique Chinoise, en 1894. Il faut aussi citer d’autres archives, les inventaires Grandidier, aujourd’hui conservés à Guimet, rédigés par le collectionneur lui-même et récolés en 1915 par Marquet de Vasselot. Ces deux ouvrages témoignent en partie du goût esthétique à cette époque et des enjeux contenus dans sa chasse pour ces belles porcelaines.  

Artiste en scène, Yihui CHEN, ©Bingbing Chen.

Pour entendre Yongsong Zheng plus longuement sur les Blancs de Chine de la collection Grandider, rendez-vous le 11 juin ! Pour ce faire, il suffit de s’inscrire au collection.seminaire@gmail.com.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.