De la lampe à la lumière en Crète minoenne (3200 – 1100 av. J.-C.)

© Astrid Amadieu (illustration/graphisme).

Dans le courant de l’âge du Bronze (IIIe-IIe millénaires av. J.-C.), dès 1900 av. J.-C., on assiste, en Crète, à l’émergence de palais autour desquels se forment de premières villes et une administration centralisée. Dans ce qui fut l’une des premières sociétés étatisées, la production de lampes n’a cessé de se diversifier, jusqu’à sa diminution progressive à partir de 1450 av. J.-C., moment d’une destruction généralisée et d’une présence mycénienne dans l’île.

Le lien qui les unit à la lumière peut sembler évident et pourtant, parmi les dispositifs d’éclairage naturel et artificiel[1] identifiés dans l’habitat minoen, les lampes sont les seules à ne pas avoir fait l’objet d’une étude fonctionnelle approfondie. Dans un élan de formalisation des données scientifiques, elles ont plutôt, depuis les années 1970, été envisagées comme marqueurs chronologiques et régionaux.

S’intéressant à leur forme, mais aussi aux techniques par lesquelles elles ont été fabriquées ainsi qu’aux traces d’utilisation et aux résidus organiques, ma thèse vise à examiner le fonctionnement des lampes, de la mèche à la lumière produite. Ce sont, en creux, les techniques du corps, les perceptions sensorielles et le rythme des activités en lien avec la lumière qui sont étudiés. À cet effet, j’ai analysé un corpus de 567 objets (422 lampes, 32 lampes dont l’identification est incertaine et 113 cônes[2]) issus de sept sites minoens (fig. 1). Mes interprétations concernant leur fonction et leur fonctionnement[3] sont fondées sur un programme expérimental, des reconstitutions en trois dimensions d’éclairage de pièces et des analogies ethnographiques.

Figure 1 : Répartition spatiale et chronologique du corpus.

Les lampes minoennes : identification et échantillonnage

L’identification des lampes minoennes repose sur deux critères principaux : la forme et/ou la présence de dépôts de suie. Une forme « canonique » caractérise les récipients en argile et en pierre – rarement en métal – dont le réservoir est fermé, doté d’un ou de plusieurs becs / échancrures, destinés à recevoir la mèche et, du côté opposé, d’une ou de plusieurs anses / tenons, de forme horizontale ou verticale ; ils sont parfois dotés d’un pied bas ou d’un piédestal haut. Des coupelles ou des bols ont occasionnellement été utilisés comme lampes, comme en témoignent les dépôts de suie identifiés sur leur bord.

Ne pouvant évidemment étudier la totalité des lampes minoennes (dont j’estime le nombre à plusieurs milliers d’exemplaires, publiés ou non), j’ai sélectionné des sites dont la séquence chronologique couvre l’ensemble de l’âge du Bronze. J’ai ainsi entrepris une analyse diachronique des techniques d’éclairage avec les lampes dont le répertoire morphométrique est peu ou prou représentatif de celui qui caractérise l’ensemble des sites minoens (fig. 2). Il faut signaler, toutefois, un probable effet de sources : la conservation exceptionnelle du Quartier Mu de Malia, ensemble clos du Minoen Moyen II (1800 – 1700 av. J.-C., figs. 1 et 3), dont les bâtiments en terre crue ont fondu sous la chaleur des flammes qui provoqua leur abandon, figea en place un unique horizon de destruction et protégea les vestiges sous une solide chape d’argile (Poursat, 1992). En d’autres termes, le Quartier Mu de Malia est le site le mieux conservé. Il livre un instantané des derniers temps de l’occupation et un corpus de lampes particulièrement fourni. Pour toutes ces raisons, il a été érigé en site-pilote de l’étude.

Figure 2 : Les lampes minoennes. Un répertoire morphométrique varié.

Le corpus comprend :

  • 4 brasiers de Myrtos Phournou Korifi (1. sur la carte), une agglomération agglutinée de l’époque prépalatiale.
  • 66 lampes et 26 cônes du bâtiment de Chrysolakkos à Malia (2. sur la carte), aux fonctions domestiques et/ou funéraires, de la fin de l’époque prépalatiale au début de l’époque néopalatiale.
  • 179 lampes, 23 lampes dont l’identification est incertaine et 84 cônes du Quartier Mu de Malia (3. sur la carte), un quartier d’époque protopalatiale réunissant des maisons-ateliers d’artisans et des bâtiments administratifs liés au palais voisin.
  • 64 lampes et 3 cônes du Bâtiment Pi (4. sur la carte), un bâtiment domestique des époques proto- et néopalatiale.
  • 54 lampes de Kommos (5. sur la carte), une ville occupée de l’époque protopalatiale à l’époque postpalatiale, comportant des bâtiments civiques, administratifs et un hangar à bateaux.
  • 39 lampes de Palaikastro Roussolakkos (6. sur la carte), une ville des époques proto- et néopalatiale.
  • 15 lampes et 5 lampes dont l’identification est incertaine de La Canée Place Aghia Aikaterini (7. sur la carte), une réoccupation postpalatiale dite « éphémère » ou « squat » de bâtiments plus anciens.

De la lampe à la lumière : un programme expérimental

La forme, en elle-même, n’est pas un indicateur suffisant pour saisir le fonctionnement des lampes ; celui-ci a été reconstitué à travers un programme expérimental découpé en trois étapes (fig. 4) : les matériaux expérimentaux, les processus de combustion et les traces qui en découlent, vestiges sur lesquels s’appuie l’analyse des lampes trouvées en contexte archéologique.

En ce qui concerne les matériaux, 28 répliques de luminaires minoens, en pierre et en argile, ont été fabriquées. Grâce aux données paléoenvironnementales, épigraphiques et à l’archéologie biomoléculaire, 21 combustibles et 5 végétaux pour les mèches ont été réunis.

Je laisse ici de côté la caractérisation des surfaces (étanchéité, radiance, conductivité)[4] pour me concentrer sur la combustion en tant que telle. Des tests de transport, effectués lampe en main, ont permis d’établir des critères de mobilité des lampes. Leur poids, leur encombrement, la présence d’éléments de préhension, la forme du corps et l’orientation du bord, favorisent plus ou moins le transport. Fondée sur des critères volumétriques, cette approche est cependant limitée car elle ne peut tenir compte du caractère culturel des techniques du corps (Mauss, 1950). Si, par exemple, le transport d’une lampe à deux mains me paraît être une contrainte parce qu’elle ne favorise pas les autres mouvements, des fresques minoennes témoignent pourtant du transport de grands récipients de service et de présentation avec une telle gestuelle.

La durée de combustion a été mesurée dans des lampes de capacités variables, avec différents combustibles et différentes mèches. La capacité constitue le principal paramètre pour caractériser la durée de combustion, ce qui m’a encouragé à la mesurer dans un échantillon significatif d’exemplaires minoens (n = 311). Les enregistrements expérimentaux témoignent de durées de combustion allant de quelques heures à une semaine, sans intervention aucune, selon le type de lampes utilisé.

Enfin, un intérêt a été porté à la lumière, aux odeurs et à la chaleur des flammes. Les ambiances lumineuses produites par chaque combustible et mèche ont été enregistrées avec une cellule photométrique comportant un thermocolorimètre. Les mesures montrent qu’à chaque « famille » de combustibles (huiles végétales, graisses animales, cire d’abeille) correspondent des ambiances différentes. Disposer de ces mesures permet désormais de reconstituer l’éclairage de manière photoréaliste avec des logiciels de modélisation en trois dimensions ; de premiers modèles ont d’ores et déjà été réalisés pour les fins de cette thèse. Les combustibles produisent également des flammes plus ou moins chaudes, suggérant, d’après certains modèles ethnographiques, une utilisation possible pour le chauffage. Quant aux odeurs, pour l’instant appréciées arbitrairement, elles feront, je l’espère, l’objet d’une enquête approfondie par la suite.

Après la combustion, les dépôts de suie formés sur la surface des lampes ont fait l’objet d’un examen attentif. La création, pour la première fois, d’un référentiel, a montré qu’ils constituaient de puissants indicateurs de la nature des combustibles utilisés et qu’ils résistaient particulièrement bien à l’effet du temps et du sédiment. Ce sont donc ces dépôts qui ont servi de porte d’entrée pour caractériser la fonction des lampes minoennes dans leur contexte archéologique.

Figure 4 : Protocole expérimental avant, pendant et après la combustion.

De l’éclairage au rythme des activités : les lampes dans l’habitat minoen

Les contextes permettant une analyse de l’éclairage in situ dans les bâtiments sont rares car, en dehors des lampes à piédestal que l’on peut supposer peu transportables, il n’y a aucune preuve qu’une lampe trouvée dans une pièce – même en position primaire – y ait été utilisée. C’est donc avec une grande prudence que l’analyse spatiale a été conduite. Les résultats sont généralement déduits des grandes tendances observées d’un site à l’autre même si l’attention a également été portée sur les différences visibles.

Dans chaque site, on trouve des lampes à l’intérieur et à l’extérieur des édifices. Celles en place à l’extérieur témoignent du prolongement de certaines activités après le crépuscule, par temps chaud et sec (veillées nocturnes, repas, circulation, etc.). Celles en intérieur permettent d’envisager l’éclairage d’activités domestiques et/ou artisanales diurnes lorsqu’elles proviennent de pièces peu éclairées. Des modèles ethnographiques ont, à cet égard, été mobilisés pour éclairer, à partir des indices de produits finis et semi-finis mis au jour, le type d’activités qui pouvaient être concernées. De premiers modèles en trois dimensions ont par ailleurs été réalisés sur l’atelier de potier du Quartier Mu de Malia.

Les gestes de l’éclairage ont été déduits de la position stratigraphique de certains exemplaires tombés d’une zone en hauteur (table, étagère) ou posés au niveau du sol (sur une natte, une peau ?). Aucune usure caractéristique d’une suspension des lampes n’a été remarquée. Dans certains contextes, enfin, l’analyse des dépôts de suie conduite dans un échantillon significatif d’exemplaires (n = 311) a permis de mettre en évidence, à côté des contraintes socio-économiques, l’importance de l’expérience sensible dans le choix des combustibles.

C’est, finalement, un espace multisensoriel que cette étude sur les lampes contribue à révéler. Un espace qui n’était pas uniquement visuel, mais « représentatif », olfactif, moteur, etc. (Poincaré, 1914). Un espace vécu longtemps négligé, peut-être parce qu’il nécessite de porter une attention plus importante à la vie quotidienne, aux objets les plus simples et aux techniques. Nul doute que les lampes sont en mesure de jeter un éclairage nouveau sur ces questions.

Pour en savoir plus …

Mauss, M., 1950. « Les techniques du corps ». Journal de Psychologie 32, 365–386. 
Poincaré, H., 1914. La Science et l’hypothèse. Ernest Flammarion, Paris.
Poursat, J.-Cl., 1992. « Guide de Malia au temps des premiers palais. Le Quartier Mu ». De Boccard, Paris.
Sigaut, F., 1991. « Un couteau ne sert pas à couper, mais en coupant. Structure, fonctionnement et fonction dans l’analyse des objets », in: 25 ans d’études technologiques en Préhistoire: bilan et perspectives. XIe rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. Actes des rencontres 18-19-20 Octobre 1990. Editions APDCA, Juan-les-Pins, France, pp. 21–34.


[1] Ouvertures et structures de combustion.

[2] De forme conique, ces objets ont notamment été interprétés comme des éteignoirs de lampes (Poursat, 1992, p. 124).

[3] Je distingue, suivant la définition de François Sigaut, le fonctionnement et la fonction des lampes : « le fonctionnement d’un objet, c’est son mode d’action. Sa fonction, c’est l’ensemble des finalités pour lesquelles il est mis en œuvre » (Sigaut, 1991, p. 21).

[4] Réalisée en collaboration avec le Laboratoire de Tribologie et de Dynamique des Systèmes (École centrale de Lyon – UMR 5513) et le Laboratoire d’Archéologie Moléculaire et Structurale (Sorbonne Université – UMR 8220).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.