Campagnes de recrutement & contrats doctoraux, comment s’y préparer ? 2/2

L’entretien

L’entretien se partage généralement en deux temps, un premier de présentation, souvent d’une dizaine de minutes, suivi des questions avec le jury. 

Présenter son projet

La présentation orale ne doit pas reprendre littéralement la présentation écrite incluse dans le dossier. Il s’agit ici d’adapter le projet à l’exercice de l’entretien et de faire un exposé dynamique et efficace. Il s’agit d’incarner votre sujet : si vous êtes là, c’est que le jury a considéré votre projet intéressant – première victoire ! -, ce n’est donc pas essentiel de mener à nouveau ce combat. En revanche, il faut maintenant le convaincre que la personne la plus à même de traiter ce fabuleux et passionnant projet, c’est vous. 

S’il est conseillé de parler librement à partir d’un texte rédigé plutôt que d’improviser à partir de ses notes, pensez également à rendre votre lecture vivante.  Regardez le jury, évitez de lire d’un ton monocorde, essayez de donner rythme et vie à votre texte. Pour cela, il peut être utile de l’imprimer dans une grande taille de caractères, avec un interligne important afin d’en rendre la lecture plus fluide. Vous pouvez aussi y insérer des repères de temps, indispensables le jour J. Utiliser un surligneur ou indiquer des marques ou des mots-clés dans la marge peut s’avérer tout aussi utile. Ne pas hésiter non plus à mettre dans une police différente les mots sur lesquels vous insistez lors de votre présentation. 

L’entraînement est donc indispensable ! Un bon entraînement consiste à présenter son projet à l’oral, chronomètre à portée de main, devant un public renouvelé d’amis ou de collègues. Il vous faut être audible et votre débit de parole mesuré. L’idée n’est pas d’en dire le maximum en 10 minutes mais d’imprégner le jury de la pertinence de votre projet. Affinez le texte au fil des entraînements : coupez-le s’il est trop long, changez les formulations sur lesquelles vous trébuchez à l’oral. Au moment de passer, vous le connaîtrez quasiment par cœur, ce qui vous permettra de lever la tête et regarder le jury en parlant. Vous aurez également l’impression de parler beaucoup trop lentement. Rien de plus normal : il est impératif de rester intelligible auprès de votre auditoire. 

Pour l’histoire de l’art : quid des images ? 

Le Power Point imagé est le plus souvent interdit lors des oraux de ce type, il faut donc rendre votre projet non seulement lisible, mais aussi visible. N’hésitez pas à convoquer des œuvres phares, quitte à en faire une critique contextualisée. À l’inverse, certaines écoles doctorales autorisent des présentations devant respecter des consignes bien précises et qu’il vous faudra suivre à la lettre. 

Les questions du jury

Première chose à savoir : il n’y a pas de questions types. Elles seront adressées à chaque candidat selon son projet de thèse. Les jurys sont composés de chercheurs aux spécialités variées, il est donc difficile de les prévoir avec certitude. On peut cependant s’y exercer et tenter d’imaginer des questions après relecture de son dossier et de son texte d’audition. Mobiliser vos proches, notamment des doctorants déjà passés par cette épreuve. En travaillant les questions qui nous mettraient éventuellement en difficulté, vous palliez les éventuelles  faiblesses de notre sujet. 

Toutes les questions formulées sont bonnes à entendre et vous aideront à ne pas être pris au dépourvu le jour J. Chaque question est une main tendue et l’occasion pour vous de développer des idées, et non un piège tendu par le jury. Une question peut très bien orienter votre discours dans un sens que vous n’avez pas eu le temps d’approfondir. Si une question vous déstabilise, si on évoque une référence que vous ne connaissez pas, n’oubliez pas que les questions du jury sont là pour susciter une vraie discussion entre chercheurs confirmés et en devenir. Essayez de répondre à l’aune de votre sujet ou de votre angle d’étude, en mobilisant des ressources bibliographiques et théoriques proches afin de poursuivre la discussion. 

Généralement, il est possible de savoir la composition du jury avant l’oral : renseignez-vous rapidement sur leurs centres d’intérêt et leurs thèmes de recherche de prédilection. Préparez des réponses aux questions que certains spécialistes pourraient éventuellement vous poser, compte tenu des intersections entre votre sujet et leurs recherches. 

Donner une impression d’arrogance ou de naïveté, c’est ce qu’il faut à tout prix éviter. Vous débutez votre doctorat, le jury ne s’attend évidemment pas à ce que toutes les questions soient résolues. Au contraire ! Problématisez votre sujet, indiquez le cas échéant les domaines dans lesquels vous devez vous perfectionner, les directions que devront emprunter vos recherches etc. Ne pas faire preuve de naïveté c’est aussi ne pas sous-estimer le travail à venir. Si le jury vous interroge sur la taille conséquente de votre corpus, pas d’affolement ! Décrivez simplement la méthode que vous comptez utiliser afin de rassurer le jury sur vos compétences et votre évaluation de la situation.

Quel dress code pour le Jour J ?

Votre apparence est la première impression que vous donnerez au jury, avant même d’avoir prononcé ne serait-ce qu’un seul mot. Comme toute composante de votre entretien, elle est donc essentielle. Il faudra, pour l’occasion, s’habiller « universitaire ». Le tout est d’arborer une allure sérieuse, digne de confiance. Votre tenue ne doit en aucun cas détourner l’auditoire de votre discours qui doit être la pierre angulaire de votre présentation.

Quelques ressources en ligne pour aller plus loin :

Faire un doctorat ou de la recherche en histoire de l’art en France, guide des financements par l’INHA.
Brun Sarah, « La campagne pour les postes d’ATER : quelques conseils », Billet, ENthèSe – Ressources pour la thèse.
ENthèSe Association, « La campagne des ATER : comment et pourquoi postuler ? », Billet, ENthèSe – Ressources pour la thèse, 30 septembre 2014.
Moummi Akhesa, « Passer du master au doctorat, un bilan (1) », Billet, Rêves de laïcité, 2 avril 2020.
Périnaud Clémentine, « Les contrats doctoraux délivrés par les Écoles Doctorales et les autres financements », Billet, ENthèSe – Ressources pour la thèse, 17 mars 2014.
Truan Naomi, « Trucs et astuces pour postuler à une bourse Fulbright – Programme doctorant·e·s », Billet, Ici et là.
« Quelques conseils pour la première inscription en thèse », Billet, ENthèSe – Ressources pour la thèse, 23 septembre 2015.
Peslier-Peralez Bénédicte, « Vade-mecum du début de thèse », Billet, ENthèSe – Ressources pour la thèse, 10 décembre 2012.
Ruiz Émilien, « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? », Billet, Devenir historien-ne.

Billet collectif réalisé avec la participation de Coline Desportes, Claire Dupin de Beyssat, Johanna Daniel, Mechtilde Airiau, Euan Wall, Nicolas Varaine, Camille Ambrosino et Justine Gain.

 


Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS et à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search