Campagnes de recrutement & contrats doctoraux, comment s’y préparer ? 1/2

Le mois de mai commence et les appels à candidatures sont d’ores et déjà lancés pour permettre aux futurs doctorantes et doctorants en histoire de l’art et en archéologie d’obtenir un financement. Celui-ci prend le plus souvent la forme d’un contrat doctoral. Écoles, universités et autres institutions culturelles procèdent alors à une campagne de recrutement sous la forme d’une sélection en deux temps. Le dossier requis doit généralement comporter un CV, une lettre de motivation, éventuellement une ou plusieurs lettres de recommandation et un projet de thèse élaboré. Après cette première étape, le jury sélectionne parmi les dossiers reçus quelques candidats, qui sont convoqués pour la seconde, l’entretien. Dans ce billet, nous vous proposerons quelques-uns de nos conseils de doctorants pour préparer soigneusement l’une et l’autre épreuve.

Étudiantes anglaises à La Madeleine, photographie de presse, 1928, Agence Rol, Paris, BNF (Gallica).

Préparer son dossier de candidature

Un curriculum vitae en bonne et due forme

Élément essentiel de votre dossier, le CV doit suivre un format classique, décrivant :

  •  la formation universitaire 

Il est préférable d’y inclure le sujet de vos mémoires de master, ainsi que les mentions obtenues. L’évocation de séminaires spécialisés peut également être un plus.

  • les domaines de recherche qui vous intéressent
  • les bourses et financements obtenus pour des projets scientifiques
  • les expériences professionnelles
  • les éventuelles publications et communications, aussi bien scientifiques que de vulgarisation
  • les activités de bénévolat et expériences de participation à l’organisation d’événements scientifiques
  • les compétences en langues et en humanités numériques

Les expériences hors du domaine de la recherche stricto sensu peuvent également valoriser votre profil. Un CV universitaire peut dépasser une page, mais il n’est pas indispensable d’y faire la liste de toutes vos activités si celles-ci n’avantagent pas directement votre candidature.

Concernant la forme que prendra votre CV, privilégiez un aspect sobre, sans excentricités. Plusieurs modèles sont disponibles en ligne, notamment sur des sites comme Overleaf.

Les lettres de recommandation

Optionnelles, à l’exception de celle, indispensable, du directeur de recherche, elles sont particulièrement utiles et permettent d’apporter à votre candidature le témoignage d’un professionnel de musée, d’un chercheur ou d’un expert avec qui vous avez collaboré. Il ou elle pourra ainsi décrire les missions effectuées et attester de vos compétences. Cependant, ces lettres demeurent subsidiaires et seront certainement moins déterminantes pour votre admission que votre profil et votre projet.

Lettre de Théodore Chassériau recommandant Valentine de Chaponay, mars 1856, Paris, INHA (Bibliothèque numérique).
La lettre de motivation

Elle présente votre parcours dans son ensemble. Il s’agit d’y mettre en valeur les expériences et compétences qui vous permettront de mener à bien votre projet de recherche, et surtout de vous insérer au sein des activités de votre potentielle institution d’accueil. 

Dans votre projet de recherche, vous mettez en lumière votre sujet. Dans votre lettre de motivation, c’est votre parcours que vous mettez en avant. 

Gardez à l’esprit qu’il s’agit d’une candidature à un emploi, avec des attentes spécifiques au monde de la recherche. Parlez brièvement de vos travaux, sans trop détailler : le projet de thèse doit se suffire à lui-même. La lettre de motivation met d’abord en lumière les compétences vous permettant de le réaliser. Montrez en quoi votre parcours universitaire vous a préparé à la thèse. N’oubliez pas que vous allez intégrer une équipe de chercheurs spécialisés et des projets aux thématiques précises. Vos connaissances des spécificités du laboratoire, de l’école doctorale ou du centre de recherche auquel vous candidatez doivent apparaître dans la lettre, ainsi que la manière dont vous pourrez y contribuer. Il n’y a pas de profil-type : un double parcours, des années passées dans le monde professionnel ou à l’étranger ne vous seront jamais reprochés si vous les intégrez pertinemment dans votre démonstration. Évitez absolument les candidatures génériques : personnalisez toujours votre lettre en fonction de l’institution que vous souhaitez rejoindre.

Insistez sur l’ « investissement » que représente un contrat doctoral, à savoir une enveloppe attribuée – par un ministère ou une autre organisation – pour permettre à de jeunes chercheurs et chercheuses d’amorcer un parcours scientifique. Il faut démontrer que l’investissement ne sera pas vain et que vous avez la capacité et l’envie de vous insérer dans le monde de la recherche. N’hésitez pas à évoquer un éventuel projet professionnel s’il est intégré judicieusement à votre candidature. 

Mary Cassatt, La lettre, estampe, vers 1891, Paris, INHA (Bibliothèque numérique).
Rédiger le projet de thèse

Chaque institution énonce ses règles de rédaction et de présentation. Le nombre de pages attendues, par exemple, peut varier d’une structure à l’autre. Il faut donc, en premier lieu, relever attentivement les consignes. 

Certains établissements proposent même sur leur site des rapports du jury, une ressource indispensable pour connaître les attentes de la commission d’experts qui analysera votre dossier. Tel est le cas de l’Institut national d’histoire de l’art, qui publie chaque année une synthèse argumentée sur le sujet.

Jean-Louis Forain, Soldat écrivant assis, lithographie, début du XXe siècle, Paris, INHA ( Bibliothèque numérique).

Parallèlement, renseignez-vous sur l’établissement en question. Quelles sont ses activités majeures ? Quelles missions sont confiées aux doctorants ? Les doctorants financés seront certainement ravis d’échanger sur leurs expériences. Et si vous candidatez au poste de chargé d’études et de recherche de l’INHA, il vous suffit de contacter l’un d’entre nous via les pages des chercheurs de l’institution. 

La particularité de l’INHA, comme celle d’autres organisations, est le recrutement de doctorants en début de parcours mais aussi de chercheurs ayant déjà amorcé leur thèse et s’apprêtant à s’inscrire en deuxième année. Si tel est votre cas, il faudra montrer comment vos travaux sont engagés en faisant un rapide bilan de ce qui a déjà été effectué. 

Très concrètement, lors de la rédaction d’un projet de thèse, il faudra organiser ses idées et construire un plan pertinent mettant en valeur votre sujet de thèse

Si sa forme peut varier selon les domaines d’application, certains points doivent néanmoins y figurer obligatoirement.

  • L’introduction.

Il s’agit d’une présentation générale de votre sujet qui doit être préciser son insertion dans un contexte historique, géographique, politique… Présentez et contextualisez vos recherches.

  • Un bilan historiographique.

Il faut justifier l’intérêt de vos recherches et démontrer comment elles s’inscrivent dans le débat académique. Montrez ce que votre sujet apporte aux travaux scientifiques déjà publiés.


Fernand Bisson de La Roque, Médamoud : monument, portique ptolémaïque du temple, 1926, photographie, Paris, BNF (Gallica).
  • La définition préliminaire d’un corpus.

Si celui-ci s’esquisse dans votre esprit, il est utile d’en faire la mention dans votre projet de thèse. Le jury pourra ainsi circonscrire plus concrètement le thème de vos recherches. Vous pouvez également évoquer les sources et autres archives que vous comptez utiliser. Montrez précisément sur quels objets portera votre thèse.

Eugène Chéron, Album de l’exposition des œuvres de Gustave Courbet à l’Ecole des Beaux-Arts, Paris, INHA ( Bibliothèque numérique).
  • Proposer une méthodologie et un calendrier

À partir du matériel évoqué, expliquez comment vous mènerez votre recherche une fois vos données récoltées. Expliquez votre méthode de travail et présentez les approches conceptuelles mobilisées.

  • La conclusion.

Rappelez les principaux enjeux liés à votre sujet et résumez en une phrase la pertinence et l’absolue nécessité de celui-ci. Rappelez, en somme, pourquoi il faut ABSOLUMENT vous financer.

 Nos conseils de rédaction 

Même s’ils semblent évidents, ils gagnent à être répétés :

  • Soignez la mise en page.

Un dossier bien présenté met le jury dans de bonnes dispositions à votre égard tandis qu’une mise en page hasardeuse pourrait le décourager de s’engager dans une lecture approfondie. Ayez à l’esprit que la disposition de votre projet traduit la structuration de vos idées. Justifiez le texte et mettez en valeur les différentes parties efficacement : le lecteur doit pouvoir percevoir la structure au premier coup d’œil ! 

  • Vous êtes le seul expert de votre sujet !

Les jurys ne sont jamais constitués uniquement de spécialistes de votre période, et certains concours sont ouverts à plusieurs disciplines, parfois tous domaines confondus. Il convient donc d’adopter un ton conciliant, une rigueur scientifique et de la clarté. Certains concepts ne sont évidents que pour vous, et il n’est jamais inutile de définir, même brièvement, les notions centrales de votre projet, sans tomber toutefois dans le travers inverse d’une vulgarisation trop réductrice. Le jargon propre à votre champ de recherche doit donc être utilisé avec précaution.

  • Pensez à vos lecteurs.

Les membres du jury doivent lire plusieurs dizaines de projets, et à qualité équivalente, la forme peut vous permettre de vous démarquer. Privilégiez la fluidité de l’expression, évitez les phrases trop longues et les accumulations de propositions relatives : une phrase de cinq lignes gagne toujours à être fragmentée. Pensez à structurer votre propos à l’aide de paragraphes cohérents, illustrant une progression logique. Soyez synthétiques : vous n’avez que trois ou quatre pages pour transmettre un maximum d’informations, chaque phrase doit être pensée de façon à enrichir votre propos. Ne dépassez pas la longueur imposée pour le projet : le jury ne lira pas les parties superflues. De préférence, faites-vous relire par quelqu’un qui ne connaît pas votre sujet : un avis extérieur est toujours précieux pour éclaircir d’éventuels points nébuleux.

  • La bibliographie est votre amie. 

La bibliographie est, d’ordinaire, obligatoire. Afin de savoir si elle doit être comprise dans le nombre de pages alloué au projet de thèse ou non, renseignez-vous sur ce point auprès de l’institution ou d’actuels doctorants sous contrat. Présenter sa bibliographie séparément permet de montrer l’étendue de celle-ci, sans perdre votre lecteur évidemment – se restreindre à un nombre limité de pages est conseillé. Cependant, si elle doit être comprise dans le projet de thèse, une sérieuse synthèse sera de mise. 

Néanmoins, la bibliographie n’est pas une simple annexe : multipliez les renvois dans le texte du projet, et pas uniquement dans le paragraphe historiographique. Votre projet doit montrer que vous êtes capables de situer vos travaux dans le champ de votre discipline, de prendre position et d’explorer certains aspects encore peu étudiés. Pour cela, chaque référence doit être choisie avec soin. Ne vous limitez pas à la bibliographie en français des dix dernières années – à moins que votre projet ne porte sur un sujet tellement inédit que personne n’en a parlé avant vous, ce qu’il faudra dans ce cas expliquer. Variez la nature des sources aussi bien que leur provenance, afin de montrer que vous connaissez tant les manuels incontournables que les revues étrangères plus pointues, que vous lisez la pointe de la recherche anglo-saxonne tout autant que les travaux d’érudits locaux du siècle dernier. Si votre sujet concerne une aire linguistique particulière, inclure des références dans des langues rares démontrera que vous êtes prêts à vous investir dans l’apprentissage d’une nouvelle langue. Présentez la bibliographie en respectant une norme précise, appliquée à chaque titre. La mise en forme de la bibliographie, comme du reste du projet, fait partie des savoir-faire attendus des candidats. N’intégrez que des références que vous maîtrisez.

Pour plus d’informations, voici quelques articles

Doré Émilie, « Comment écrire un projet de thèse convaincant ? », Réussir sa thèse, 4 décembre 2017.
Huz Aurélie, « Sur les traces du Projet de Thèse », Billet, Populeum.
Ruiz Émilien, « Comment (et pourquoi) écrire un projet de recherche ? », Billet, Devenir historien-ne.

Retrouvez la suite de nos conseils dans un prochain billet ! 

Billet collectif réalisé avec la participation de Coline Desportes, Claire Dupin de Beyssat, Johanna Daniel, Mecthilde Airiau, Euan Wall, Nicolas Varaine, Camille Ambrosino et Justine Gain.


Coline Desportes

Doctorante en histoire des arts de l'Afrique à l'EHESS et à l'INHA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search