La recherche confinée : trucs & astuces 2/2

Chambre des députés, la bibliothèque, photographie de presse, Agence Rol, 1922, BNF, Paris (Gallica).

Voici la suite de nos conseils pour une recherche confinée réussie ! Vous retrouverez la première partie du billet ici.

À faire

Pourquoi ne pas profiter du confinement pour cesser de procrastiner et s’attaquer enfin aux tâches fastidieuses et répétitives qui s’amoncellent au fur et à mesure qu’avancent vos recherches ? L’astuce : les associer au visionnage d’une série ou à l’écoute d’un podcast ! Vous vous en réjouirez dès votre retour en bibliothèque tant vous aurez gagné en efficacité.

  • Nettoyer son Zotero.

Que diriez-vous d’un grand rangement de printemps de votre Zotero qui, avouons-le, en a grand besoin ? Sur son carnet de recherche, Johanna Daniel vous expose sa méthode. Et si vous n’êtes pas encore usager de Zotero, vous pouvez vous former ici et découvrir des dizaines d’astuces sur le blog du Zotero Francophone

Articles de ménage, affiche, 1891, Paris, BNF (Gallica).
  • Ranger son disque dur et faire ses sauvegardes.

Une fois le rangement de Zotero effectué, poursuivez sur cette bonne lancée avec le tri de vos disques durs et la mise en place d’une routine de sauvegarde.

  • Triez vos photos !

Les historiens de l’art accumulent des milliers de photographies d’œuvres d’art, de visites de musées et de monuments historiques, souvent dans le désordre le plus complet. Il est alors bien difficile de s’y retrouver le jour où vous aurez besoin de la photographie en question. Voici une technique en bonne et due forme pour mieux organiser votre photothèque personnelle !

  • Verser ses productions sur HAL.

L’Open-Access sauve bon nombre d’entre nous en cette inattendue période de confinement. Participez à l’effort collectif en proposant vos propres travaux en libre accès sur HAL ! Le Centre pour la communication scientifique directe propose actuellement des formations en ligne et gratuites, de quoi vous familiariser avec l’utilisation de Hal, CV-Hal et Id-Hal ect…

Commencer à rédiger ?

Si pour vous le confinement est synonyme de conditions matérielles et psychologiques propices au travail, le moment est idéal pour vous lancer dans des tâches plus exigeantes !

Gustave Doré La bibliothèque (salle de travail), 1854, estampe, Paris, BNF (Gallica).
  • Faire des frises chronologiques.

Doctorante à l’EHESS, Akhésa Moummi explique, dans son carnet de recherche, sa méthode pour créer une frise chronologique à l’aide d’un logiciel de carte mentale, un outil qui lui donne une vision plus interactive du contexte historique dans lequel s’inscrivent ses recherches.

  • Rédiger un point d’étape de vos recherches.

À défaut de nouvelles découvertes, la quarantaine pourrait vous permettre de faire le point sur les informations que vous avez déjà rassemblées. Revoir ses sources, explorer ses notes de lecture sous un nouvel œil, poser de nouvelles problématiques, inventorier les pistes encore à explorer vous permettra de rédiger un bilan d’avancement qui peut s’avérer très constructif. Vous voulez en savoir davantage sur la question ? C’est ici !

  • Construire un plan.

Au moment de l’annonce du confinement, vous envisagiez peut-être de débuter la rédaction de vos recherches? Sans avoir accès aux ouvrages, il est sans doute difficile de démarrer l’exercice. Construire un plan détaillé vous occupera quelques jours, pour ce faire, vous trouverez ici quelques pistes méthodologiques. Rédigez les parties pour lesquelles vous disposez de ressources : l’historiographie, un cas d’étude spécifique que vous intégrerez plus tard dans votre prose finale.

  • Faire l’historiographie de son sujet.

Si vous travaillez depuis longtemps sur votre sujet, vous avez peut-être accumulé de nombreuses notes de lectures, photocopies, ouvrages, travaux relatifs à votre objet de recherche. Relisez-les dans l’ordre chronologique de publication afin de rédiger une historiographie détaillée de votre sujet ! Elle s’intégrera parfaitement à votre future introduction ! Deux billets, signés Emilien Ruiz et Fabrice Cahen sur le carnet Devenir historien.ne, offrent quelques clés à ce sujet. 

  • Transcrire ses entretiens.

Bonne nouvelle, le confinement n’empêche pas la poursuite d’entretiens téléphoniques! La retranscription d’un entretien est une tâche assez fastidieuse et longue – pour une heure de discussion, comptez 5 à 6 heures de travail. Afin de retranscrire l’entretien et si votre interlocuteur vous y autorise, il est indispensable d’enregistrer votre conversation. Pour vous faciliter la tâche et retourner facilement aux moments de la conversation qui vous intéressent le plus, prenez des notes pendant l’entretien en indiquant le time-code de votre enregistrement. Ces indications vous seront d’autant plus précieuses que la retranscription intégrale des entretiens en annexe de votre mémoire n’est plus la règle et vous gagnerez un temps précieux. Attention, les consignes diffèrent d’un directeur à l’autre et il s’agit bien sûr de suivre leurs directives. De plus, contrairement à l’histoire de l’art, la transcription intégrale des entretiens est toujours exigée dans les disciplines où les « enquêtes » forment la base de l’étude.  Dans le cas d’un nombre restreint d’entretiens, les logiciels de reconnaissance vocale auront un intérêt limité. Les plus performants sont payants et ne reconnaissent que la voix de l’enquêteur, pas de la personne interrogée. 

Parmi les logiciels gratuits, nous vous recommandons oTranscribe, accessible en ligne. Son fonctionnement est simple, il permet d’avoir sur la même page l’enregistrement et le texte. Sur une session de plusieurs heures, il est très pratique de ne pas devoir naviguer sans cesse d’une page à l’autre pour arrêter l’enregistrement ou revenir en arrière de quelques secondes. Pour aller plus loin et vérifier notamment les règles de mise en forme typographiques, vous pouvez vous référer à cet article très complet : Thibaut Rioufreyt, La transcription d’entretien en sciences sociales : Enjeux, conseils et manières de faire.

  • Quelle mise en page pour vos images ?

Il existe de nombreux logiciels de traitement d’images comme Illustrator ou Inkscape. Avec Photoshop ou Gimp, vous pourrez retoucher vos photos et images. De plus, des logiciels de mise en page, comme Indesign, vous aideront à organiser et soigner vos planches de documents.  

  • Créer des cartes.

Pour illustrer vos travaux, vous avez peut-être besoin de réaliser des cartes. UMap, Magrit, QGis, ArcGis et de nombreux autres logiciels vous permettront de travailler à partir de données géoréférencées que vous pourrez croiser et explorer à votre guise. Si vos cartes n’ont qu’un but purement illustratif, privilégiez l’uniformisation de fond de carte sur lequel vous placerez des points, des lignes et des polygones avec Illustrator ou Inkscape.

Plan de Paris, vers 1600, estampe, Paris, INHA (Bibliothèque numérique).

Anticiper l’après, la rédaction et la mise en page de vos recherches. 

Dans un travail universitaire, il est important de réfléchir à la mise en page et à l’organisation de vos recherches en amont. Cette tâche, parfois fastidieuse, ne doit pas être considérée comme une perte de temps mais, au contraire, comme un gain considérable.

  • Façonner sa propre feuille de style Zotero.

Vous utilisez peut-être par défaut une feuille de style Zotero qui ne répond pas parfaitement à vos besoins ? C’est l’occasion de l’adapter à vos exigences bibliographiques ! Claire Dupin de Beyssat vous suggère le logiciel CSL Editor, dans son  billet « Comment citer un catalogue d’exposition avec Zotero », elle y donne aussi un exemple de modification du code d’une feuille de style pour Zotero. 

  • Réfléchir à la mise en page de son travail universitaire.

Si votre thèse ou votre mémoire n’est pas encore rédigé, vous pouvez d’ores et déjà réfléchir à la forme que vous souhaitez qu’il ou elle adopte, une tâche chronophage qui exige rigueur et réflexion. Vous pouvez, par exemple, configurer votre propre feuille de style Word, apprendre à générer un index ou encore vous familiariser avec les bonnes pratiques typographiques à l’aide des vidéos de la Boîte à outils des historiens.

  • Préparer ses données pour les annexes

Si vous n’avez pas terminé votre rédaction, que vos textes ne sont pas encore définitifs, réfléchissez aux documents qui iront dans vos annexes. Pour cela, vous pouvez en dresser une liste détaillée dans un tableur, passer en revue les documents à scanner, à télécharger, ou à transcrire et placer cet ensemble dans un dossier défini sur votre ordinateur. 

Se former 

Pour pallier le manque d’occupation, vous pouvez anticiper vos futurs besoins, en vous formant en ligne grâce à de nombreux supports disponibles gratuitement. 

Il vous est ainsi possible de suivre des cours via FUN (France Université numérique), la plateforme de Mooc de l’enseignement supérieur français. L’INALCO peut aussi vous permettre d’apprendre de nouvelles langues. Si vous souhaitez apprendre l’Arabe ou le Tchèque, cette plateforme est idéale ! Dans un autre registre, Paris I vous permettra de découvrir l’histoire des sciences modernes ou encore les métiers du patrimoine. L’EPHE propose également une initiation à l’histoire de la sculpture grecque quand le CNAM et l’INRIA proposent des cours pour apprendre à coder. Il existe plus 550 cours, de quoi occuper nos cerveaux durant ce confinement ! Tout est fait pour que nous, chercheurs et étudiants, puissions continuer nos activités dans les meilleures conditions. 

Billet collectif rédigé avec le concours de Johanna Daniel, Claire Dupin de Beyssat, Coline Desportes, Mecthilde Airiau, Bastien Rueff, Camille Ambrosino et Justine Gain.


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.