La recherche confinée : trucs & astuces 1/2

Bibliothèques universitaires fermées, centres d’archives inaccessibles, séjours de recherche reportés, poursuivre l’écriture d’un mémoire ou d’une thèse est particulièrement difficile en cette période de confinement. Beaucoup d’entre nous ont le sentiment d’être dans une impasse mais comment avancer malgré tout ? Nous vous partageons toutes nos astuces dans ce billet !

Chambre des députés, la bibliothèque, photographie de presse, Agence Rol, 1922, BNF, Paris (Gallica).

Aménager plus confortablement son espace et son temps de travail. 

Nombreux sont les étudiants et les doctorants pour qui la bibliothèque universitaire offre un bien meilleur environnement de travail que la maison. Confinement oblige, il faut rester chez soi, mais alors comment aménager un espace de travail efficace ? 

  • Fabriquer un lutrin.

Un lecteur de la bibliothèque de l’INHA nous a soufflé une idée : fabriquer un support pour livre avec un cintre en métal ! L’astuce est simple, facile à réaliser et ne vous prendra qu’une petite demi-heure tout au plus. Le tutoriel est disponible en ligne. Attention, il faudra vous munir de pinces.

  • Bricoler un double écran.

Il existe de multiples applications pour faire de votre tablette un second écran (notamment pour Apple). À défaut, les utilisateurs de Windows pourront utiliser la fonction « Snap to edge » optimisant au mieux l’espace de l’écran disponible.

  •  Adopter de bonnes postures de travail.

Lorsque vous prenez place à votre bureau pour plusieurs heures, être correctement positionné est indispensable. L’important : garder le dos et les lombaires droits et reposés. Pour cela, installez-vous dans une chaise confortable que vous placerez à distance raisonnable de votre table de travail. Les avant-bras reposent entièrement sur celle-ci et les coudes sont placés dans le prolongement (cette position sauvera certainement vos épaules et vos poignets). Il est également essentiel de conserver les pieds au sol en évitant de presser l’arrière des genoux, une position avachie pouvant être à l’origine de nombreuses douleurs. Surtout, n’hésitez-pas à surélever vos pieds si l’assise de la chaise est un peu haute. Enfin, votre tête doit être droite de manière à n’exercer aucune pression sur la nuque. Attention, le menton ne doit pas être trop baissé. Surélever votre écran vous garantira une posture confortable. Enfin, dernier conseil : desserrez les dents ! Cette mauvaise habitude, due au stress ou à une extrême concentration, engendre souvent de douloureuses tensions dans la nuque et le trapèze… 

Portrait de François-Vincent Raspail, 1848, lithographie, Paris, BNF (Gallica).

  • Et le plus important : organiser son emploi du temps en respectant son rythme naturel et sans culpabilité ! 

Selon nos tempéraments, nous réagissons tous différemment à la situation anxiogène que constitue le confinement. Certains sont incapables d’ouvrir un livre quand d’autres se noient dans le travail pour oublier, au milieu de ceux préoccupés par d’autres urgences : s’occuper d’un enfant, d’un proche âgé, ou d’un malade. Pas de panique ! La priorité est avant tout de s’aménager des moments de détente et de profiter des moments passés avec vos proches confinés avec vous, qu’importe si le planning de thèse prend quelques semaines de retard . 

Poursuivre ses recherches bibliographiques 

Après un mois de confinement, votre pile de livres empruntés en urgence à la bibliothèque s’épuise sans doute… Voici quelques astuces afin de poursuivre vos recherches bibliographiques, et ainsi, optimiser votre retour en bibliothèque post-confinement.

  • Récupérer quelques tables des matières.

Le saviez-vous ? Certaines bibliothèques allemandes numérisent systématiquement les tables des matières des livres qu’elles acquièrent. Il est même possible de les obtenir en format PDF. Franziska Heimburger, historienne, explique la marche à suivre dans un billet disponible sur l’indispensable Boîte à outils des Historiens.

  • Isidore Recherche, votre assistant de recherche personnalisé.

Isidore est moteur de recherche spécialisé en sciences humaines et sociales qui  permet d’explorer plus de 6 millions de ressources issues de plusieurs centaines de sites (Persée, Open Edition, HAL, Erudit…). L’indexation sémantique des contenus offre des résultats performants, notamment pour repérer certaines publications en open access d’un auteur. 

  • Pas d’accès à l’ouvrage ? Pensez « recension » !

Malheureusement, de nombreux ouvrages indispensables n’existent qu’en format papier et n’ont pas été numérisés. En revanche, leurs recensions sont peut-être  accessibles en ligne ! Une bonne recension donne un aperçu précis du contenu d’un ouvrage et vous permettra de préparer au mieux votre lecture ou de cibler les quelques pages que vous pourrez éventuellement  demander sur BibliSolidaire. Comment trouver les recensions ? C’est simple, utilisez Isidore ! Cherchez la fiche de l’auteur et sélectionnez l’onglet « ressources parlant de cet auteur », vous trouverez certainement votre bonheur !

  • Ruser pour accéder aux ressources de Google Books.

Au cours de vos recherches, vous avez certainement déjà utilisé les numérisations d’ouvrages proposés sur Google Books, accessibles en totalité ou en partie. Comme le souligne Damien Petermann dans son carnet de recherche, certains ouvrages du domaine public subissent un filtrage géographique qu’il est possible de contourner afin d’accéder à la totalité de la numérisation (la légalité de la chose est exposée en début d’article). Dans un autre billet, il explique comment télécharger l’aperçu proposé par Google Books. Enfin, indiquons tout de même que si Google Books ne propose ni version numérique ni aperçu d’un document, il possède parfois la totalité de celui-ci, sans qu’il soit accessible aux internautes. Il est alors possible de faire une recherche plein texte dans le livre, et avoir un aperçu des occurrences d’un terme.

  • La BibliSolidaire.

Vous pouvez aussi compter sur la solidarité des communautés de chercheurs ! Il vous manque un livre, la page d’un ouvrage que vous avez oublié de photographier lors de votre dernière séance à la bibliothèque ? Postez un message sur le groupe Facebook BibliSolidaire ! À celui-ci s’associe un salon Discord où il est possible d’échanger avec la communauté. Sur Twitter, le hashtag #BibliSolidaire vous permet aussi de poster vos demandes. Avec un peu de chance, vous entrerez en contact avec le possesseur du titre recherché qui acceptera de vous envoyer les pages désirées. Dans le cas contraire, d’autres membres vous fourniront peut-être des titres ou des articles sur le même sujet dont vous ignoriez l’existence !  

  • Surfez sur la sérendipité du web.

À défaut de toujours trouver ce que l’on cherche sur Internet, nous découvrons parfois des articles ou des contenus ouverts qui citent la référence recherchée. Ne négligez pas ces ressources qui vous offriront certainement de nouvelles pistes !

  • Quelques ressources bibliographiques disponibles en ligne.

Le recensement des facilités offertes par les éditeurs par le consortium Couperin.
La liste non exhaustive et évolutive des ressources accessibles établie par la BIS.
Les ressources en ligne de l’INHA.
Les ressources accessibles en ligne pour les lecteurs de la BNF.
La liste des initiatives des éditeurs et des bibliothèques pour faciliter l’accès aux ressources électroniques établie par la bibliothèque Diderot de Lyon.
Et pour les historiens et historiennes de l’art, nous rappelons le très riche bouquet de ressources numériques offerts par la bibliothèque de l’INHA, notamment en termes de revues (pensez à vous connecter au préalable sur le site de la bibliothèque). L’offre est présentée plus en détail sur le blog Sous les coupoles.

Poursuivre son exploration des sources : archives, musées, documentation…

Recensement à Paris, photographie de presse, Agence Rol, 1911, Paris, BNF (Gallica).

  • Les numérisations d’archives disponibles en ligne.

Des recherches à mener sur des fonds d’archives ? Archives nationales, départementales, municipales, nombreuses sont les institutions qui ont numérisé une partie de leurs fonds. Les recherches généalogiques en ligne, par exemple, sont relativement facilitées à distance. Le site des Archives de France offre un bon aperçu des fonds disponibles en ligne. En complément des sites institutionnels, des bénévoles participent, eux aussi, à l’effort de numérisation ! Ainsi, le site Geneanet, outil absolument nécessaire pour qui veut se lancer dans la généalogie, propose de nombreuses numérisations des Archives nationales notamment les cartons du Minutier central mais aussi ceux du Châtelet (série Y). Attention néanmoins, certaines fonctionnalités ne sont accessibles qu’avec un abonnement payant.

  • Retronews, (presque) en accès libre.   

Vous pestez habituellement parce qu’un journal que vous recherchez n’est accessible que sur Retronews ? C’est le moment d’y faire toutes vos recherches ! Le temps du confinement, toute l’offre Retronews est gratuitement accessible, il suffit de s’inscrire !

Le Monde illustré, 21 décembre 1878, Paris, BNF (Gallica).

  • Préparer ses prochaines visites aux Archives en explorant les instruments de recherche.

C’est le moment idéal pour éplucher exhaustivement les introductions des inventaires de fonds et d’en dépouiller tout le détail. Vous consolidez vos connaissances de ceux-ci et gagnerez en efficacité à la réouverture des salles de lecture ! Listez les côtes à consulter, renseignez-vous sur les fonds que vous allez mobiliser et avec un peu de chance, vous découvrez des informations inédites.

  • Utiliser WikiCommons pour les œuvres d’art et les scénographies de musée.

Vous avez déjà épuisé les sites institutionnels de collections en ligne (Pop, photo RMN, sites de musées…) ? Faites un tour sur WikiCommons ! Des bénévoles y ont peut-être déjà versé les images des oeuvres qui vous intéressent ! Vous pouvez vous aussi rendre service à la communauté en versant vos photos de musées. 

Archivage de la scénographie de l’exposition Mirabilis, Avignon, 2018 sur WikiCommons.

Solliciter des chercheurs 

Si les auteurs des articles dont vous avez besoin sont toujours en activité, n’hésitez pas à les solliciter, soit par mail, soit via leur page Academia s’ils en ont une. Certains vous enverront directement leurs travaux par mail, d’autres en profiteront pour les verser sur HAL. 

Certains enseignants-chercheurs assurent une ou plusieurs fois par semaine des permanences en ligne pour leurs étudiants. C’est également l’occasion de solliciter un rendez-vous pour échanger sur votre sujet de recherche ! 

M. de Royaumont, conservateur du Musée Balzac, photographie de presse, Agence Rol, 1909, Paris, BNF (Gallica)

Cela vaut aussi pour les autres professionnels du milieu culturel. De nombreuses bibliothèques et certains centres d’archives, ont maintenu ou instauré un service de questions/réponses à distance (SINDBAD pour la BnF, Eurêkoi pour la BPI et de nombreux autres référencés sur l’annuaire de bibliopédia). N’hésitez pas à y poser vos questions. Le site Experts de la BnF offre également un annuaire de son personnel scientifique, pratique pour identifier l’interlocuteur idéal ! Si votre question concerne spécifiquement l’Histoire de l’Art, l’Archéologie et le Patrimoine, nos collègues de la bibliothèque de l’INHA seront ravis de vous répondre : le service info-bibliothèque[a]inha.fr est présenté sur cette page du blog Sous les coupoles. 

Les responsables de fonds ou les conservateurs de musées peuvent aussi être sollicités, ils n’attendent sans doute que vos demandes pour les tirer de l’ennui du confinement !

La suite au prochain épisode …

Billet collectif rédigé avec le concours de Johanna Daniel, Claire Dupin de Beyssat, Coline Desportes, Mecthilde Airiau, Bastien Rueff, Camille Ambrosino et Justine Gain.

 

 

 

 


Johanna Daniel

Doctorante au LARHRA (Lyon 2) et chargée d'études et de recherche à l'Institut national d'Histoire de l'Art (Paris), rattachée au Service numérique de la recherche. Historienne de l'estampe, consacrant sa thèse aux vues d'optique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bonjour,

    En ce qui concerne les Archives Départementales du Rhône, la société de généalogie a numérisé un nombre incroyable de répertoires de notaires à partir de la fin du XVIème siècle jusqu’au XIXème, d’autres documents également, parfois des minutes entières de notaires. Il faut se rendre sur la page « Lyon » de généanet (ou d’ailleurs les autres communes du Rhône » pour accéder aux photos. Les Archives ont elles-mêmes utilisé les ressources des bénévoles généalogistes sur le site des ADR, mais je conseillerai plutôt généanet, plus pratique pour l’exploitaion des photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search