Blanc de Chine : entre tradition et modernité

Yongsong Zheng, doctorant à la Sorbonne et chargé d’études et de recherche depuis octobre 2019 à l’INHA, est l’organisateur et l’un des commissaires de l’exposition « Blanc de Chine : entre tradition et modernité » qui se tiendra prochainement à Paris.

Le vernissage de l’exposition intitulée « Blanc de Chine : entre tradition et modernité » aura lieu le 13 décembre 2019 dans la galerie 1618, située 16 rue Richer dans le IXe arrondissement à Paris. Vingt-deux sculptures en porcelaine de sept artistes les plus représentatifs de Dehua y seront exposées afin d’appréhender la technique de réalisation de ce type de porcelaine et l’histoire de sa fabrication. L’environnement artistique de Dehua sera recréé afin de montrer la spécificité de cette porcelaine et ses possibilités de développement dans l’avenir.

« Blanc de Chine » est une expression française traduite telle quelle en chinois moderne (zhongguo bai 中國白). Elle sert à désigner la porcelaine blanche provenant de Dehua, dans la province côtière du Fujian. Cette ville est réputée, depuis la seconde moitié du Xe siècle, pour la qualité exquise de sa porcelaine à la teinte blanche translucide. Ses productions étaient principalement des statuettes religieuses, des vases imitant des bronzes antiques chinois, ainsi que des objets destinés au cabinet de lettrés. Elles ont été très demandées par le marché chinois et celui d’outre-mer jusqu’au XXe siècle. La production du Blanc de Chine a non seulement contribué à l’histoire des échanges culturels et commerciaux, mais elle a aussi profondément influencé la fabrication de la porcelaine européenne : dès qu’il eut atteint l’Europe, le Blanc de Chine est devenu une source d’inspiration pour les manufactures royales, celles de Meissen en Allemagne, de Vincennes et de Saint-Cloud en France.

Cependant, Dehua reste méconnu en dehors de la Chine. Cela s’explique par deux raisons principales : les lacunes actuelles des recherches sur le blanc de Chine et la sédentarisation des artistes de Dehua. Cette exposition vise à offrir une plate-forme internationale aux artistes de Dehua afin d’ouvrir leur création et de leur donner un nouveau souffle.

L’exposition s’organise autour de deux thèmes : la tradition et la modernité. Elles sont une illustration exacte de la création locale. Aujourd’hui, la plupart des artistes de Dehua, regroupés dans « le courant traditionnel », reprennent les motifs des anciens. Néanmoins, ils ne se contentent pas de les copier. Ils étudient la nature de la porcelaine pour améliorer et perfectionner les techniques ancestrales de fabrication, à partir de la composition chimique de la pâte et de la couverte, des techniques de cuisson et du modelage.

À presque quatre-vingt-dix ans, Qiu Shuangjiong se consacre à la création de sculptures en porcelaine depuis la fin des années 1980. Il s’est lancé dans l’amélioration du procédé de cuisson, en remplaçant les fours à bois par des fours électriques.

Shuangjiong Qiu, Bodhidharma, 24 x 19 x 39.5 cm, porcelaine de Dehua, 2017.

Diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Xiamen, sous la direction du grand sculpteur chinois Wang Zejian, Li Jinfeng perfectionne les techniques ancestrales et est très sensible aux détails des œuvres, tels les doigts de Guanyin.

Chen Mingliang et son fils Chen Shiwei nous montrent la transmission du savoir-faire de génération en génération. Par ailleurs, cela mérite d’être souligné, le premier est un collectionneur érudit de la porcelaine ancienne de Dehua.

Lihua Jian et Yihui Chen, Objet I, 5.5 x 6 x 13.5 cm, porcelaine de Dehua, 2017.

Bien que les sujets traditionnels occupent une place incontournable à Dehua, certains artistes essaient de dépasser les limites de la tradition. Ils ne manifestent pas une attitude de rupture totale mais adoptent l’idée confucéenne du « juste milieu » : en s’inspirant des motifs anciens et ajoutant des créations personnelles, comme l’œuvre intitulée Objets du couple Jian Lihua 简丽华 et Chen Yihui 陈艺辉. Cette série résulte d’une combinaison entre les motifs anciens du Blanc de Chine (le trait de vêtements, les fleurs, etc.) et des objets de la vie quotidienne (Coca-cola, la boîte de yaourt).

Lihua Jian, Métaphore, 20 x 8 x 35 cm, porcelaine de Dehua, 2018.

Ou encore l’exemple du « papier » de leur professeur, Su Xianzhong 苏献忠, qui met en valeur les matériaux et représente un papier volant afin de souligner la spécificité de la pâte de Dehua et de sa technique de fabrication : délicate, facile à manipuler mais fragile.

Cette exposition durera jusqu’au 12 janvier 2020. Un blanc de Chine, de la réalisation de la pâte à la cuisson, doit traverser plus d’épreuves qu’Hercule. Nous espérons que les visiteurs pourront mieux connaître la porcelaine blanche et trouver du plaisir à sa contemplation !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search