Lettre ouverte aux chercheurs en quarantaine

Petit manuel de la quarantaine studieuse en histoire l’art et archéologie
ou
Le billet du confinement

Confinement. Jour 7.

Chers confinés,

Colloques annulés, voyages d’études reportés, formations suspendues, Institut national d’histoire de l’art fermé (RIP à la salle Labrouste), le coronavirus menace et nous, chargés d’études et de recherche de l’INHA, sommes également priés de rester chez nous.

Malgré ces temps de « guerre » (cf. discours présidentiel), nous avons jugé opportun de vous faire part de quelques propositions afin de tromper l’Ennui. Il s’agit de transformer ce confinement forcé en aubaine, ce temps de claustration en opportunité inespérée de faire les mille choses essentielles que les charges de cours et autres occupations doctorales vous ont fait remettre à plus tard.

Voici donc quelques recommandations pour envisager vos 15 prochains jours, et peut-être plus.

1. La quarantaine sans procrastination

L’isolement, c’est l’occasion de transcrire les kilomètres d’archives dépouillées ces derniers mois et que vous avez nonchalamment laissées sur la carte mémoire de votre appareil photo. Pour rendre cette tâche moins difficile, nous vous signalons deux options qui pourront sans doute vous prémunir d’une plongée un peu trop abrupte dans lesdites archives.

Tout d’abord, Tropy ! Facile et rapide d’utilisation, ce logiciel vous permet de gérer vos images – archives ou autres – et d’y intégrer les métadonnées de votre choix, ainsi qu’un commentaire dans le champs prévu à cet effet.

https://tropy.org/

Deuxième outil, cette fois-ci dédié à la transcription stricto sensu, Transkribus est LE logiciel révolutionnaire pour ceux qui – comme certains d’entre nous – ignorent l’existence de l’offre numérique proposée aux chercheurs. Pensé pour les archivistes, il segmente votre document en repérant en-têtes, lignes et paragraphes. La transcription devient fluide puisque le traitement de texte suit automatiquement les lignes de votre archive numérisée. Vous pouvez également y inclure des tags censés baliser les noms de lieux, de personnes, d’institutions ou les dates que vous jugerez utiles d’implémenter à votre document.

https://transkribus.eu/Transkribus/

Agence Rol, Bibliothèque de l’Institut, photographie de presse, 1922, BNF, Paris.
[Source : gallica.bnf.fr – Bibliothèque nationale de France]

Historien de l’art ou archéologue, une bibliothèque fournie est l’environnement idéal et usuel de tout un chacun – comprendre l’environnement du chercheur studieux. Le coronavirus rendant difficile tout déplacement en salle Labrouste ou à la BNF, Euan Wall, chargé d’études et de recherche depuis 2019, a eu la brillante idée d’une bibliothèque solidaire du confinement ! Le principe est simple : partager sa bibliothèque virtuellement. Vous faites part de vos besoins sur le groupe Facebook et les membres – plus de 30 000 désormais ! – y répondent en vous fournissant fichiers Pdf et photographies d’ouvrages selon les trésors que contienne leur bibliothèque. Évidemment, plus on est d’avertis, mieux l’initiative fonctionne alors vous aussi, rejoignez-nous ! #Bibliosolidaire

https://www.facebook.com/groups/bibliothequesolidaire/

De nombreuses ressources sont également disponibles en ligne. Persée, Cairn, Google Book, Gallica, Jstor ou la bibliothèque numérique de l’INHA – corporate nous sommes – deviendront vos sites favoris s’ils ne l’étaient pas déjà !

Et puisque vous en avez le temps, vous pouvez également vous former aux logiciels permettant de traiter la donnée, produit de vos recherches. Quelques explications sont disponibles en ligne concernant notamment le logiciel Omeka S :

Et si ce logiciel ne nous dit rien, il vous suffit de consulter le site Digital Muret, conçu avec le concours de plusieurs chargés d’études et de recherche – Euan Wall et Bastien Rueff pour ne pas les citer. Il s’agit d’une plateforme permettant d’éditorialiser un corpus d’œuvres afin de le rendre intelligible et consultable en ligne, en d’autres termes que vos recherches ne restent pas lettres mortes sur vos disques durs.

https://digitalmuret.inha.fr/s/digital-muret/page/accueil

Dans une veine un peu différente, Gephi est un logiciel particulièrement utile pour visualiser des réseaux sociaux, notamment artistiques. En témoigne cette sublime visualisation de Claire Dupin – réalisée avant le confinement – illustrant les liens entre maîtres et élèves pour les peintres du Salon de la seconde moitié du XIXe siècle.

2. Les confinés s’instruisent.

Le temps d’un café entre deux chapitres d’un ouvrage que vous auriez déjà dû lire bien avant l’arrivée de l’épidémie, le moment est venu de vous « détendre » et ce, toujours de la plus studieuse des manières.

Les musées et autres institutions culturelles du monde entier proposent, depuis de nombreuses années déjà, des rediffusions des conférences qui se tiennent dans leurs murs ! Si vous ignorez tout de la faïence française dans les collections américaines ou si Mary Cassat et le goût pour l’impressionnisme aux États-Unis vous intéressent, les lectures de la Frick Collection vous offrent une séance de rattrapage !

Idem pour la National Gallery of Art de Washington. Dans une des Summer Sunday Lecture, Heidi Applegate, conférencière invitée, brosse rapidement l’histoire de la peinture américaine.

L’INHA – nous sommes toujours corporate – vous propose également le contenu de ses conférences en ligne. Vous pourrez ainsi découvrir qu’est-ce qu’une vue d’optique grâce à Johanna Daniel et son intervention dans le cycle « Trésors de Richelieu ». Redécouvrez également l’histoire de Notre-Dame de Paris, monument de la littérature et des arts.

Écoutez J. E. Berger, vous l’adopterez ! Cet historien suisse vous enseigne avec passion toute l’histoire de l’art, des pyramides d’Égypte aux fantaisies du Caravage.

Bien sûr, ce ne sont là que quelques exemples de l’offre culturelle numérique, en d’autres termes, vous avez de quoi devenir des historiens de l’art aguerris. 

Contenu sans image, le podcast est aussi une autre alternative. Le bienaimé site de France Culture traite des sujets les plus variés mais aussi d’histoire de l’art et d’archéologie ! Vous pourrez tout aussi bien entendre le récit du Paris haussmannien – à l’époque où les parisiens arpentaient les rues sans retenue – ou redécouvrir les expositions du musée d’Orsay !

https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-oeuvres/haussmann-un-premier-grand-paris-14-devenir-un-createur

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/penser-la-prostitution-14-splendeurs-et-miseres

https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs

À plus petite échelle, Passions médiévistes vous fait également découvrir quelques histoires du Moyen-Âge, comme celle que nous raconte Marion Loiseau, chargé d’étude et de recherche, sur les femmes et leurs images dans les Livres d’Heures.

Sorties interdites. Musées fermés. Ces derniers répondent à la quarantaine aussi par la solution numérique et vous donnent à voir leurs collections virtuellement. En voici quelques exemples : 

  1. Pinacoteca di Brera – Milan https://pinacotecabrera.org
  2. Galleria degli Uffizi – Florence https://www.uffizi.it/mostre-virtuali
  3. Musei Vaticani – Rome http://www.museivaticani.va/content/museivaticani/it/collezioni/catalogo-online.html
  4. Museo Archeologico – Athènes https://www.namuseum.gr/en/collections/
  5. Prado – Madrid https://www.museodelprado.es/en/the-collection/art-works
  6. Louvre – Paris https://www.louvre.fr/en/visites-en-ligne
  7. British Museum – Londres https://www.britishmuseum.org/collection
  8. Metropolitan Museum – New York https://artsandculture.google.com/explore
  9. Hermitage – Saint Petersbourg https://bit.ly/3cJHdnj
  10. National Gallery of art – Washington https://www.nga.gov/index.html
  11. Le cimetière duu Père-Lachaise – Paris https://pere-lachaise.com/
  12. Visite et restitution de la ville de Rome antique http://www.unicaen.fr/cireve/rome/index.php
  13. 3000 panoramas de paysages https://www.virtualparks.org/index.html
  14. La Grotte Chauvet – Pont-d’Arc https://archeologie.culture.fr/chauvet/fr/visiter-grotte/salle-brunel-sud
  15. Grotte de Lascaux Montignac https://archeologie.culture.fr/lascaux/fr#/fr/00.xml
  16. Paris 3D Saga – vues 360°, extraits vidéos et comparaisons avant/aujourd’hui https://www.3ds.com/stories/paris-3d/

3. La minute littéraire des CER

Les chargés d’études et de recherche que nous sommes vous proposent :

« La sélection de la Quarantaine »

La Chronique Parisienne, journal illustré, Arts, Littérature, Modes, Finance & Industrie.., 1880, BNF, Paris.
[Source : gallica.bnf.fr – Bibliothèque nationale de France]

Léonor de Recondo, Pietra Viva. 1505, Michel-Ange vient d’apprendre la mort d’un moine à la beauté fascinante mais aussi de recevoir la commande du tombeau de Jules II. À Carrare où il se rend pour choisir le marbre digne d’un tel chantier, il s’interroge sur la portée de la création.

Maylis de Kerangal, Un monde à portée de main. Paula, étudiante en école d’art, se spécialise dans la réalisation de décors et trompe-l’œil. Le roman est un fascinant aperçu d’une peinture où prime la matière dans tous ses aspects.

Matthias Enard, Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants. Michel-Ange encore, mais à Constantinople cette fois-ci, est invité par le sultan Bajazet à construire un pont, une rencontre entre l’Italie de la Renaissance et le monde ottoman où le geste créateur est aussi une main tendue vers l’autre.

Tout ce que j’aimais de Siri Hustvedt est la fresque d’une amitié entre un artiste et un historien de l’art dans le New York des années 70 à nos jours, où à travers les étapes de la construction d’une œuvre singulière se font écho les explorations de la scène artistique états-unienne du second vingtième siècle.

Au nord par une montagne, au sud par un lac, à l’ouest par les chemins, à l’est par un cours d’eau (par Laszlo Krasznahorkai) est un détour par le Japon, où le narrateur assiste à toutes les étapes de la reconstruction d’un temple. L’architecture rejoint le rituel dans ce récit d’une grande force poétique.

Pierre Michon, Maîtres et serviteurs. Goya avant Goya, Piero della Francesca face à son commanditaire, Watteau et son Gilles : c’est par la petite porte que l’on entre dans l’œuvre des grands peintres avec ces trois textes de Michon, spécialiste des vies minuscules.

Susan Sontag, L’amant du volcan. Naples, fin du XVIIIe siècle. Autour de l’ambassadeur d’Angleterre, collectionneur invétéré se voyant comme le Pygmalion d’Emma Hamilton, défile tout ce que l’Europe compte de beaux esprits. Sontag, plus connue pour son travail d’essayiste, livre ici une subtile réflexion sur l’amour de l’art.

Léonor de Recondo, La leçon de ténèbres. Face à face avec Greco dans la nuit de Tolède. Biographie romancée du peintre crétois, ce texte est aussi le récit de la possibilité d’une rencontre du peintre et de l’autrice à travers les siècles.

Nicolas Varaine, conseiller littéraire adoubé des CER

Dans Giovanni’s Room, James Baldwin raconte l’histoire d’un américain à Paris, dans le Paris homosexuel, le Paris des bars, des cafés. Entre penchant naturel et raison, entre égoïsmes, devoir, amour et lâcheté, Baldwin décrit le caractère humain face aux relations amoureuses, sans détours hormis ceux de la complexité des personnages. Universel, ce roman est aussi une plongée dans la littérature noire américaine des années 1960.

Justine Gain

Une autre pépite, unique en son genre, vaut aussi le détour. Journaliste et historienne culinaire, Marie-Claire Frédéric a publié tout récemment Pourri. À l’opposé de notre idée d’une société régie par les normes d’hygiène, notamment dans le domaine de l’alimentation, une société cherchant à aseptiser au maximum la nourriture, nos mets préférés sont fabriqués par des bactéries et moisissures et sont donc pourris ! Du camembert au surrströmming suédois, du huitlacoche mexicain aux narezushis japonais, ce livre emporte le lecteur dans un tour du monde culinaire et anthropologique original, et ce, de son canapé !

La bande dessinée Leonard 2 Vinci vous fera aussi voyager. Stéphane Levallois, à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci et de l’exposition du musée du Louvre, a été chargé de réaliser la BD officielle de l’événement. Mêlant histoire de l’art et science-fiction, l’auteur nous plonge dans un futur très lointain (15 018 pour être précis) où le reste de l’humanité est regroupé dans le vaisseau Renaissance. Après des recherches menées par deux astronautes et ingénieurs dans ce qui reste du musée du Louvre, des empreintes digitales du maître de la Renaissance Léonard de Vinci sont retrouvées sur ses toiles. C’est ainsi que deux scientifiques vont cloner l’artiste et donner naissance à Léonard 2.0. Par la brillante éducation qui lui sera inculquée, à la hauteur de son génie, Léonard 2 Vinci fait revivre le passé de son ancêtre pour trouver les inventions qui permettront de sauver l’humanité.

Camille Ambrosino

Et pour ceux qui n’auraient pas dévalisé les libraires avant le confinement, il vous reste toujours litteratureaudio.com ou l’application AudioCité (gratuite et légale !) pour découvrir des centaines de monuments de la littérature française !

En espérant que vous passiez ces semaines de confinement de la meilleure des manières,

Bien à vous,

Les chargés d’études et de recherche de l’INHA

 

Postscriptum : Terminons sur une note fleurie, sélectionnée avec soin par Marion Loiseau.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. elisabeth antoni dit :

    Bonjour,
    En tant que chercheure, je découvre votre site…le confinement est presque fini mais les informations que vous donnez sont si riches que je les ai imprimées pour les garder et les exploiter… merci beaucoup et je vous laisse mon adresse. Bien crdt. E.Antoni, docteur en Histoire des Techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search